206 fans | Vote

Heroes
#105 : Hiros

"

Matt utilise son pouvoir pour aider son marriage en difficulté, pendant que Niki perd une nouvelle fois le contrôle d'elle-même.
D.L. s'échappe de prison avec la ferme intention de rendre visite à sa femme, Niki.
Claire avoue à son père ce que le quaterback lui a fait lors de la soirée, alors qu'à Las vegas, les choses se compliquent pour Hiro et Nathan.
Peter reçoit un étrange message.

*** Captures ***

Popularité


5 - 2 votes

Titre VO
Hiros

Titre VF
Hiros

Première diffusion
23.10.2006

Première diffusion en France
07.07.2007

Plus de détails

Réalisé par: Paul Shapiro
Ecrit par: Michael Green

HEROES
1X05: HIROS
ORIGINAL AIR DATE ON NBC: 10/23/2006
TRANSCRIBED FROM NBC

Starring:
SANTIAGO CABRERA as Isaac Mendez
NOAH GRAY-CABEY as Micah Sanders
GREG GRUNBERG as Matt Parkman

ALI LARTER as Niki (Jessica) Sanders
MASI OKA as Hiro Nakamura
HAYDEN PANETTIERE as Claire Bennet

ADRIAN PASDAR as Nathan Petrelli
SENDHIL RAMAMURTHY as Mohinder Suresh
LEONARD ROBERTS as DL Hawkins
MILO VENTIMIGLIA as Peter Petrelli

Guest Starring:
JAMES KYSON LEE as Ando Masahashi
LISA LACKEY as Janice Parkman
ASHLEY CROW as Sandra Bennet
MATT LANTER as Brody Mitchum

EUGENE BYRD as Campaign Manager
ARCHIE KAO as ER Doctor
DEIRDRE QUINN as Tina
DANIELLE SAVRE as Jackie Wilcox

MICHAEL REILLY BURKE
NICOLE BILDERBACK as Ms. Sakamoto

and
JACK COLEMAN as Mr. Bennet (HRG)

Music by: WENDY MELVOIN & LISA COLEMAN
with the voice of SHENKAR

Co-Producer: ARON ELI COLEITE
Co-Producer: LORI MOTYER
Produced by: JIM CHORY

Supervising Producer: ADAM ARMUS
Supervising Producer: KAY FOSTER

Consulting Producer: BRYAN FULLER

Co-Executive Producer: MICHAEL GREEN
Co-Executive Producer: NATALIE CHAIDEZ
Co-Executive Producer: JEPH LOEB
Co-Executive Producer: JESSE ALEXANDER
Co-Executive Producer: GREG BEEMAN

Executive Producer: ALLAN ARKUSH
Executive Producer: DENNIS HAMMER
Executive Producer: TIM KRING

Written by: MICHAEL GREEN
Directed by: PAUL SHAPIRO

==========================
END CREDITS 
==========================

nbc.com

* Tailwind Productions
* NBC Universal Television Studio

Co-Starring:
JIMMY JEAN-LOUIS as The Haitian
ADAM HARRINGTON as Paramedic
MIKE FOY as Crackhead (Convenience Store Robber)

Casting by: JASON LA PADURA, C.S.A. & NATALIE HART, C.S.A.

Associate Producer: MIKE KETELSEN

Director of Photography: JOHN ARONSON
Production Designer: RUTH AMMON

Edited by: DONN ARON, A.C.E. 

Unit Production Manager: DANIEL SCHNEIDER

First Assistant Director: PAT DUFFY
Second Assistant Director: DIANE CALHOUN

Costume Designer: DEBRA McGUIRE
Art Director: MICHAEL BUDGE
Set Decorator: DENA ALLEN
Property Master: ROSS ANDERSON
"A" Camera Operator: NATE GOODMAN
"B" Camera Operator: LOREN YACONELLI
Production Sound Mixer: STEPHEN HALBERT

Costume Supervisor: LAURA GUZIK
Key Makeup Artist: LORI MADRIGAL
Key Hairstylist: VICKY PHILLIPS
Key Grip: CHUCK CRIVER
Chief Lighting Technician: DERRICK KOLUS

Artistic Consultant: TIM SALE
Script Supervisor: ROBIN ANDERSON
Production Accountant: LARRY COGAN
Construction Coordinator: DAVE DEGAETANO
Location Manager: ALLEN REID / STEVEN HASSON

Production Coordinator: LISA HACKLER
Transportation Coordinator: BRIAN STEAGALL
Script Coordinator: OLIVER GRIGSBY
Special Makeup Effects: GLENN HETRICK / BRYAN BLAIR
Video Playback Supervisor: MARK MARCUM

Assistant Production Coordinator: ERIC NORMAN
Stunt Coordinator: IAN QUINN
"A’ Camera 1st Assistant: GREG MORRIS
"B" Camera 1st Assistant: SHEREEN SALEH
Special Effects Supervisor: GARY D’AMICO

Post Production Supervisor: DANIEL RODRIGUEZ
Assistant Editor: KRISTOPHER LEASE
Graphics Coordinator: LINDSAY LEVITT
Music Editor: JENNIFER BARAN / MICDI PROD.
Music Supervisor: ALICEN CATRON SCHNEIDER

Sound Supervisor: STEPHEN GRUBBS
Re-Recording Mixers: GERRY LENTZ / RICH WEINGART
Visual Effects Supervisors: MARK KOLPACK
Visual Effects Producer: KIM BOYLE

Assistant to Executive producer: ANDREW CHAMBLISS / TIMM KEPPLER / CHAD DARNELL
Assistant to Co-Executive producers: NICOLE CLAUDRONE / PHERLUIGI COTHRAN
Assistant to Producer: FOZ MCDERMOTT

Promotional Consideration Furnished by: NISSAN NORTH AMERICA / APPLE

(c) 2006 NBC Studios. All Rights Reserved.

New York, dans le métro. Le Hiro du futur a arrêté le temps pour tout le monde, excepté pour Peter. Il dit à Peter qu’il est différent sans la cicatrice. Apparemment il connaît bien Peter. Ce dernier est un peu effrayé. Hiro se présente, et il lui dit qu’il doit sauver la fille, la cheerleader. C’est le seul moyen de l’empêcher. Quand Peter demande quoi, il répond simplement « tout ». Hiro lui dit d’aller voir Isaac, que lui saura. Il ajoute que quand il appellera, il devra lui dire où ils se rencontreront. Tout est très énigmatique. Hiro lui dit qu’il lui a souvent dit à quel point il se sentait perdu quand tout a commencé, et que ce message est ce que Peter attendait. Puis Hiro s’en va, et le métro repart.

 

Claire a été conduite à l’hôpital. Les médecins s’occupent d’elle, mais elle va bien. Ils arrêtent son lit juste à coté de celui de Brody. Il est encore en vie. La mère de Claire arrive, elle appelle Mr Bennet.

 

Las Vegas, dans le Nevada. Mr Bennet et son assistant emmènent Nathan Petrelli de force, en le menaçant avec une arme. Le téléphone de Mr Bennet sonne. Il lâche Nathan qui en profite pour s’enfuir. Il s’envole à une vitesse phénoménale, et disparaît dans le ciel.

 

Niki se réveille dans la suite de Nathan. Il n’est plus là, mais son assistant lui demande où est-ce qu’il est. Niki ne sait pas ce qu’il s’est passé la nuit précédente, puisque son double avait prit sa place. Mlle Sakamoto arrive dans la suite, et l’assistant de Nathan s’en va. Puis elle montre une vidéo de ses ébats avec Nathan à Niki. Elle lui dit qu’elle a payé sa dette envers Mr Linderman, et qu’elle peut rentrer chez elle avec son fils.

 

Dans le métro, Peter essaye de convaincre Mohinder de ce qu’il vient de se passer, mais il ne le croit pas, et il laisse Peter tout seul.

 

La femme de Matt, Janice, est au téléphone. Elle est très inquiète pour Matt, car il n’a pas donné signes de vie depuis deux jours. C’est alors que Matt se réveille sur le canapé. Elle le voit, raccroche, et lui jette le téléphone. Elle se met en colère contre lui, mais il ne se rappelle pas où il était, et ce qu’il a fait.

 

Hiro et Ando sont jetés hors d’une voiture, le long d’une route déserte, dans les environs de Las Vegas. Ils entrent dans un café. Ando en veut à Hiro, il l’accuse de ne pas avoir arrêté le temps pour les sortir du pétrin. Ils se disputent et Ando s’en va.

Hiro reste assis seul, il regarde par la fenêtre, et voit Nathan atterrir à coté du café. Personne d’autre ne semble avoir vu Nathan entrain de voler. Il entre dans le café, et tous les clients se retourne vers lui, car il est en pyjama. Il va s’asseoir au bar, un grand sourire aux lèvres, et demande un café, ainsi qu’un tee-shirt.

 

Los Angeles. Matt est au téléphone. Janice arrive, et il se sert de son pouvoir pour trouver quoi lui dire, et arranger les choses entre eux. Il lui propose de passer la journée tous les deux, et d’oublier le travail.

 

Hiro va s’asseoir à coté de Nathan. Il se présente, et appelle Nathan « l’homme volant ». Nathan fait semblant de ne pas savoir de quoi il parle, mais Hiro le rassure et lui dit qu’il peut garder un secret. Il ajoute qu’il peut arrêter le temps et se téléporter. Nathan ne le prend pas très au sérieux, alors que Hiro lui parle de son voyage dans le futur et de l’explosion de New York. Une voiture arrive alors pour ramener Nathan à Vegas. Au passage il demande à Hiro s’il a gagné les élections dans le futur, et Hiro répond que oui, avant de lui demander s’il peut le ramener lui aussi à Vegas.

 

Claire est toujours à l’hôpital. Son père vient la voir. Elle a raconté à sa mère qu’elle avait perdue le contrôle de la voiture. Mr Bennet comprend qu’elle a mentie. Elle avoue alors à son père qu’elle a foncé dans le mur volontairement. Elle lui raconte aussi la vérité sur ce qui s’est passé à la fête, avec Brody, qu’il a essayé de la forcer. Elle ne peut pourtant pas prouver ce dont elle accuse Brody, mais elle n’est pas la seule fille à qui s’est arrivé. Elle demande à son père de ne le dire à personne.

 

Peter arrive chez Isaac. Il lui dit qu’il a besoins de son aide, et Isaac lui répond d’aller voir Simone. Peter insiste et lui dit qu’il le croit quand il dit qu’il peut peindre le futur. Mais Isaac n’est pas très coopératif. Peter regarde ses tableaux, et il tombe sur celui de Claire, lorsqu’elle est poursuivie par quelqu’un. Mais le tableau n’est pas fini.

 

Nathan et Hiro sont de retour à Las Vegas. Ils se disent au revoir, et Hiro se rend au parking, où est garée sa voiture. Mais il ne sait pas conduire.

Nathan et avec son assistant, quand il croise Niki. Elle lui avoue qu’elle ne sait pas ce qui s’est passé la nuit précédente, ni qu’ils allaient essayer de lui faire du mal. Il comprend qu’elle travaillait pour Mlle Sakamoto. Elle s’excuse et lui dit qu’ils l’ont fait chanter, et qu’ils vont aussi faire chanter Nathan car ils ont une vidéo les montrant tous les deux. Nathan s’en va.

 

Matt est toujours chez lui. Il a préparé un repas en tête à tête avec sa femme, en lisant dans ses pensées pour savoir ce qu’elle attend de lui. Mais elle l’accuse d’avoir une liaison avec une autre femme, car ça lui parait trop beau pour être vrai. Mais il arrive à la convaincre du contraire, et ils s’embrassent.

 

Mr Bennet va voir Brody, dans sa chambre d’hôpital. Il dit au père de Claire que ça n’était pas un accident, et Mr Bennet l’accuse d’avoir essayé de violer sa fille. Brody tente d’appeler une infirmière, mais Mr Bennet l’en empêche. Il repousse le rideau, et on voit son assistant qui attend à coté de Mr Bennet. Il lui dit de tout enlever.

 

Peter continue de regarder les peintures de Isaac, pendant que ce dernier se lamente sur son sort. L’un des tableaux n’est pas terminé. Peter dit à Isaac que le seul moyen d’empêcher l’explosion c’est de découvrir ce qui va arriver à la Cheerleader, et de la sauver pour sauver tout le monde. Mais Isaac ne peut pas car il n’a plus de drogue. Peter regarde le tableau inachevé, et des formes et des couleurs apparaissent devant lui. Il prend les pinceaux et les peintures de Isaac, en lui disant qu’il peut terminer le tableau. Il ferme les yeux, se concentre, et lorsqu’il les ouvre, ils sont complètement blancs, et il commence alors à peindre.

 

Niki arrive chez elle. Micah et avec Tina, une dizaine de policiers sont avec eux. Ils lui posent des questions au sujet de son mari, DL. Ils lui apprennent que DL a été aperçu pas très loin de chez elle. On les averti que quelqu’un arrive, par la porte de derrière. Un homme entre. C’est Ando.

 

Nathan discute avec Mlle Sakamoto. Il lui parle de la cassette, et elle rétorque que ça pourrait lui être très compromettant étant donné qu’il est marié.

 

Matt est dans un supermarché, il achète de la glace pour sa femme. Il entend alors les pensées d’un jeune homme qui a l’intention de braquer la caisse. Il va lui parler et réussi à le convaincre de partir et de laisser son arme. Les autres clients le regardent prendre l’arme, et il entend toutes leurs pensées, qui lui donnent mal à la tête. Il part.

 

Niki parle avec Ando, que les policiers ont attaché sur une chaise. Elle lui explique qu’elle n’est pas la personne qu’il voit sur le net, et elle demande aux policiers de le détacher. Il s’en va. L’officier lui dit qu’ils vont continuer de surveiller la maison, et il part aussi.

Niki se retrouve seule chez elle avec Micah. Elle fait le tour des pièces, mais ne voit pas que DL a réussi à entrer.

 

Hiro est assis dans le coffre de sa voiture. Ando vient le rejoindre, et lui propose de rappeler Isaac encore une fois.

 

Peter a fini le tableau. On y voit Claire allongée dans son sang, le crâne ouvert en deux, un homme la regardant. Isaac ne revient pas que Peter est réussi à le peindre. Le téléphone sonne, mais Isaac ne décroche pas. Il explique à Peter que c’est un chinois qui le harcèle, mais qu’il ne comprend rien à ce qu’il dit. Peter va décrocher. Hiro se présente, et Peter lui dit qu’il a un message pour lui.

 

1x05 : Hiros

[Titre : Chapitre 5 : Hiros]

[Int. Métro. NY. Nuit]

{Sous-titre : New York City}

(Le métro est figé dans le temps.)

VOIX OFF : Quand un changement survient, certaines espèces sentent le besoin de migrer. On appelle ça « zugunruhe », l’attraction de l’âme vers un endroit lointain, en suivant une odeur dans le vent ou une étoile dans le ciel. L’appel ancestral se fait entendre, incitant les individus à prendre leur envol et à se rassembler. Alors seulement, ils peuvent espérer survivre à la dure saison qui approche.

(Peter se retourne et fait face au futur Hiro.)

FUTUR HIRO : Peter Petrelli ?
PETER : Quoi ? C’est vous qui faites ça ?
FUTUR HIRO : Tu es différent sans ta cicatrice.
PETER : Je vous connais pas.
FUTUR HIRO : Pas encore. Je m’appelle Hiro Nakamura. Je viens du futur. J’ai un message pour toi. Et j’ai très peu de temps pour ça. Je risque de provoquer une faille en venant ici. La fille, tu dois la sauver.
PETER : Quelle fille ?
FUTUR HIRO : La pom-pom girl. C’est le seul moyen d’empêcher.
PETER : D’empêcher quoi ?
FUTUR HIRO
 : Absolument tout. Ecoute-moi. Il faut à tout prix qu’elle vive. Le peintre, Isaac… Retourne le voir. Lui saura. Quand je téléphonerai là-bas, tu devras me dire où nous retrouver. Tu m’as dit et répété que tu te sentais perdu. Avant que tout commence. Voilà ce que tu attendais. C’est vraiment pour ça que tu es fait. Prends tes responsabilités.

(Peter acquiesce d’un signe de tête. Futur Hiro retourne à l’arrière du métro et Peter le suit.)

PETER : Attendez!
FUTUR HIRO : Sauve la cheerleader, sauve le monde !
PETER : Attendez, Hiro ! Je comprends rien à tout ça.

(Le temps recommence. Le métro se remet à rouler et tout le monde bouge à nouveau.)

PETER : Hiro, où êtes-vous ? Je comprends pas.

(Mohinder s’approche de lui.)

MOHINDER : Peter, est-ce que ça va ?
PETER : On doit la sauver.

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Hôpital. Odessa. Texas. Nuit]

(Un brancard avec Claire dessus roule dans les couloirs. Un médecin et deux ambulanciers sont aux côtés de Claire, qui porte un masque pour respirer.)

MEDECIN : Voix aérienne correcte. Elle respire bien. Le pouls est bon.
CLAIRE : Je vais bien. Je veux seulement rentrer chez moi.

{Sous-titre : Odessa, Texas}

AMBULANCIER : C’est elle qui conduisait. Elle a du sang plein la bouche.
MEDECIN : Je ne vois aucune blessure. Sa mère est ici ?

(Sa mère, Sandra, arrive.)

SANDRA : Claire !
CLAIRE : Maman !
SANDRA : Oh, mon Dieu ! Est-ce qu’elle va bien ?
MEDECIN : Oui, oui, ça va.
SANDRA : Tu as mal ? Dis-leur si tu as mal, chérie.
CLAIRE : Non. Non, je vais bien. Je voudrais seulement rentrer à la maison.
SANDRA : Bientôt. Ils doivent d’abord faire quelques examens. Je vais appeler ton père pour lui dire de venir.

(Claire regarde Brody, allongé sur un autre lit d’hôpital, la tête en sang et un bandage autour du cou.)

BRODY : T’es qu’une malade.

(Les docteurs emmènent le brancard de Claire et sa mère prend le téléphone.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Las Vegas. Nevada. Jour]

{Sous-titre : Las Vegas, Nevada}

(Mr Bennet et l’Haïtien escorte de force Nathan jusqu’à une voiture.)

NATHAN : Vous avez une idée de qui je suis ?
MR BENNET : Je le sais même mieux que vous.
NATHAN : D’accord, je vais vous donner de l’argent, ça vous va ? Dites combien.

(Le téléphone de M. Bennet sonne.)

MR BENNET : Nous ne voulons pas d’argent. Seulement des réponses à deux trois petites questions.

(Nathan en profite pour faire tomber l’arme des mains de M. Bennet et pousse l’Haïtien. Il commence à courir et M. Bennet pointe son arme vers lui. Mais au lieu de lui tirer dessus, ils se mettent à lui courir après. Nathan arrive à un grillage et commence à escalader et ne parvient pas assez haut et redescend.)

MR BENNET : C’est ce qu’on appelle une tentative totalement inutile.

(Nathan se retourne vers eux.)

NATHAN : Vous feriez mieux de tirer tout de suite. Ou je vous retrouverai. Et je vous tuerai tous les deux.
MR BENNET : Ça, j’en doute, M. Petrelli.
NATHAN : J’ai vu vos visages.
MR BENNET : C’est un problème auquel on peut facilement remédier. Tu t’occupes de lui.

(L’Haïtien est prêt à bouger autant que Nathan. Tout à coup, Nathan s’envole droit dans les airs tandis que M. Bennet et l’Haïtien le regardent. Avec une petite explosion, Nathan prend un tournant et s’en va. M. Bennet baisse son arme et fixe le ciel. Nathan repasse laissant une ligne blanche derrière lui.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Dans un laboratoire. Nuit]

(Matt est allongé sur une table où il est relié à des moniteurs.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Ext. Dans une allée. Las Vegas. Nevada. Nuit]

(Hiro et Ando sont allongés sur le sol et ne bougent pas.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Ext. Ciel. Nevada. Jour]

(Nathan est dans le ciel où il vole, et où il laisse des lignes blanches derrière lui.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Appartement d’Isaac. New York. Nuit]

(Isaac peint tandis qu’il pleut dehors.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Hôpital. Odessa. Texas. Jour]

(Claire est dans son lit, pensive.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Chambre d’hôtel. Las Vegas. Nevada. Jour]

(Niki dort dans le lit.)

{Sous-titre : Las Vegas, Nevada}

(L’assistant de Nathan tape sur le piano pour réveiller Niki.)

ASSISTANT : Où il est ? Où est M. Petrelli ?

(Niki se retourne.)

NIKI : Qui ?
ASSISTANT : L’homme avec qui vous avez couché. Où il est ?
NIKI : J’en sais rien. Je sais pas ce que je fais ici. Faut que j’appelle mon fils.
ASSISTANT : Je serais vous, j’oublierais.

(Il lui donne une robe à mettre.)

ASSISTANT : Allez, habillez-vous. Vous venez avec nous.

(La porte s’ouvre et Mlle Sakamoto entre.)

MLLE SAKAMOTO : Laissez-la tranquille. Si vous devez vous en prendre à quelqu’un, c’est à moi.
ASSISTANT : Il y a un candidat au congrès qui a disparu de votre hôtel.
MLLE SAKAMOTO : Mon équipe y travaille à l’heure qu’il est. Si vous désirez voir les vidéos de surveillance, venez avec moi.
ASSISTANT : Bien.

(Il rejoint les gardes du corps à la porte.)

ASSISTANT : Allons-y.
MLLE SAKAMOTO : Très beau travail, Mlle Sanders. Vous pouvez rentrer chez vous, votre dette est effacée.
NIKI : Qu’est-ce que vous m’avez fait ?
MLLE SAKAMOTO : D’après ce que j’ai vu, on vous a fait tout un tas de choses. Mais le coupable, ce n’est pas moi.
NIKI : Non. Non, je suis partie. J’ai pas fait ce que vous vouliez.

(Mlle Sakamoto lui montre un CD.)

MLLE SAKAMOTO : M. Linderman a vu l’enregistrement. Et, inutile de dire, qu’il était très content de votre prestation.

(Elle lance la vidéo et Nathan et Niki au lit apparaît sur l’écran.)

MLLE SAKAMOTO : Si ce n’est pas vous, vous devez encore à M. Linderman 50 mille dollars. Allez retrouver votre fils, Mlle Sanders. Et dites-lui bien que sa maman n’a plus à avoir peur des gens qui lui réclament de l’argent.

(Mlle Sakamoto s’en va. Niki est, quant à elle, confuse.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Métro. New York. Nuit]

PETER : Il était juste là.
MOHINDER : Alors il s’est téléporté, comme ça ?

(Peter retourne à l’arrière du métro.)

PETER : Il a arrêté le temps, je sais pas comment. Il est venu me parler. Il savait qui j’étais. On doit se voir, apparemment, quelque part à un moment dans le futur.
MOHINDER : Mais oui, bien sûr.
PETER : Ça a l’air un peu dingue, mais je sais ce que j’ai vu. Il a dit qu’il allait se passer un truc terrible, mais qu’on pouvait l’empêcher. Mais avant il faut sauver…

(Il s’arrête et soupire.)

PETER : La pom-pom girl. La cheerleader.
MOHINDER : Oh, c’est ce qu’il a dit.
PETER : Ça a l’air impossible, je sais.
MOHINDER : Impossible, non. C’est de la démence.
PETER : Je vous en prie, essayez… Il a dit de retourner voir Isaac, le peintre. Et que lui, il allait savoir quoi faire. Alors, repartons à son loft. Et si les réponses n’y sont pas, je vous promets de vous emmener directement à l’aéroport moi-même. Vous pourrez repartir en Inde et je vous garantis que vous n’entendrez plus parler de moi.
MOHINDER 
: Et vous allez m’y emmener en volant ? Il n’y a aucune réponse. Rentrez chez vous, Peter.

(Mohinder se retourne et le métro s’arrête à une station. Les passagers descendent tandis que Peter se retourne vers la fenêtre du fond du métro, frustré.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Maison des Parkman. Los Angeles. Californie. Jour]

(Janice Parkman est au téléphone.)

JANICE : On doit bien pouvoir faire quelque chose pour le retrouver. Non ! Il est parti travailler et depuis, je n’ai plus aucune nouvelle. J’ai… Est-ce que vous pourriez dire au lieutenant McHenry que j’ai appelé.

(Matt gémit et Janice s’arrête. Elle aperçoit Matt se lever du canapé.)

MATT : Oh !
JANICE : Laissez tomber. Il est là.

(Elle raccroche et lui jette le téléphone.)

MATT : Eh !
JANICE : Où est-ce que tu étais passé ? J’étais morte d’inquiétude.
MATT : Oh, j’ai dû trop boire et m’écrouler ici en rentrant.

(Matt se lève.)

MATT : On a de l’aspirine ?
JANICE : Tu as disparu pendant une journée.
MATT : Quoi ? C’est impossible.

(Matt ouvre la porte d’un placard et prend une aspirine.)

JANICE : Si c’est possible, crois-moi. Ça fait plus de 24 heures que j’ai pas fermé l’œil. J’ai dû appeler le poste 20 fois, et on m’a dit que tu travaillais avec le FBI.

(Alors que Janice parle, Matt avale l’aspirine avec de l’eau. Puis, il s’arrête et la regarde.

MATT : Oui. C’est très récent. J’avais l’intention de t’en parler, mais…
JANICE : Mais quoi ? Où étais-tu ?
MATT : J’étais… J’en sais rien.
JANICE : T’en sais rien ? T’as idée de la journée que j’ai passée ? Je t’imaginais étendu dans un fossé quelque part. Et chaque fois que le téléphone sonnait, je croyais que c’était un de tes collègues qui allaient me dire que…
MATT : T’étais inquiète pour moi ?
JANICE (pensées) : Je suis ta femme. Bien sûr que je m’inquiète.
MATT : Je veux dire… C’est très gentil, mais ça fait un moment que tu me parles à peine. A part pendant notre thérapie de couple.
JANICE : Mais, si jamais il t’arrivait quelque chose…
MATT : T’étais inquiète pour moi. C’est bon signe.

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Ext. Route. Nevada. Jour]

{Sous-titre : Périphérie de Las Vegas, Nevada}

(Une camionnette s’arrête sur le côté d’une route. Les portes s’ouvrent et Ando et Hiro sont éjectés sur le sol. Leurs valises sont également jetées. Les portes de la camionnette se referment et elle s’en va, laissant Ando et Hiro dans la poussière.)

HIRO (sous-titré) : Ça fait plus mal que je l’aurais imaginé.

(Ando et Hiro se relèvent. Ando les regarde partir.)

ANDO : Espèce de lâches ! Revenez que je vous mette en miettes.
HIRO (sous-titré) : Je pense pas qu’ils t’entendent.
ANDO (sous-titré) : Ça me fait du bien !

(Ando attrape sa valise et Hiro la sienne et ils commencent à marcher.)

HIRO (sous-titré) : Wow…

(Ils remarquent qu’ils sont proches d’un restaurant.)

HIRO (sous-titré) : Super, je meurs de faim.
ANDO (sous-titré) : Je te parle plus.

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Restaurant. Bord de route. Nevada. Jour]

(La porte s’ouvre et Ando et Hiro entrent.)

HIRO (sous-titré) : Tu crois qu’ils ont des gaufres ?
ANDO (sous-titré) : J’ai dit que je ne te parlais plus. Je n’arrive pas à croire que je me suis fait tabasser à cause de toi. Je m’étais jamais fait taper dessus avant.
HIRO (sous-titré) : Moi aussi, on m’a frappé.
ANDO (sous-titré) : Une fois ! Moi, ils m’ont roué de coups !

(Il touche sa joue.)

ANDO (sous-titré) : Ma mâchoire claque, elle claquait avant ?

(Ils s’assoient à une table.)

HIRO (sous-titré) : On mange et on retourne à la voiture après, ok ?

(La serveuse arrive avec les menus.)

ANDO (sous-titré) : Tout est de ta faute, Hiro. Si t’avais arrêté le temps, on aurait toujours notre argent.
HIRO (sous-titré) : Ma faute ? On s’est fait taper dessus parce que tu nous as fait tricher. En utilisant mes pouvoirs pour nous enrichir. C’est le Côté Obscur.
ANDO (sous-titré) : Ne pas être fauché, c’est le Côté Obscur ?

(Hiro ouvre son menu.)

HIRO (sous-titré) : Ah, des gaufres !
ANDO (sous-titré) : Je sais pas pourquoi je fais ce stupide voyage.
HIRO (sous-titré) : Ça fait 100 fois que je te le dis. Pour sauver le monde.
ANDO (sous-titré) : « Sauver le monde » ! Tu penses à autre chose, parfois ?
HIRO (sous-titré) : Tout ce que t’as fait depuis qu’on est en Amérique, c’est te plaindre. Si t’es si malheureux ici, retourne au Japon.
ANDO (sous-titré) : Je ne suis pas malheureux ici. Je suis malheureux avec toi !
HIRO (sous-titré) : Alors pars ! Va jouer et rencontrer des filles. Va traîner avec la strip-teaseuse sur Internet sans moi, si c’est ce que tu veux.
ANDO (sous-titré) : Bien… C’est peut-être ce que je vais faire.
HIRO (sous-titré) : Vas-y, alors…

(Ando se lève.)

ANDO (sous-titré) : Okay.
HIRO (sous-titré) : Je ne vais pas avec toi.
ANDO (sous-titré) : Super !
HIRO (sous-titré) : Tu ne connais personne à Las Vegas. Tu ne connais personne dans ce pays.

(Ando ouvre la porte.)

ANDO (sous-titré) : Si !

(Ando s’en va et la porte claque derrière lui. Hiro retire sa cravate.)

HIRO (sous-titré) : Je pourrai sauver le monde plus rapidement, maintenant.

(Il se tourne et regarde à travers la fenêtre. Il aperçoit quelque chose bouger dans le ciel. C’est Nathan ! Il est toujours en pyjama et atterrit sur le parking en terre. Hiro n’en revient pas.

NATHAN : Aïe, ouh !

(Nathan regarde vers le restaurant. A l’intérieur, Hiro regarde dans le restaurant pour voir si quelqu’un d’autre a vu Nathan arriver, mais tout le monde est occupé. Hiro regarde à nouveau Nathan, épaté.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Restaurant. Bord de route. Nevada. Jour]

(Nathan entre dans le restaurant. Tout le monde se met à le regarder et à rire.)

FEMME : Oh, regarde ça !
NATHAN : Oui, oui. Je sais. Un type en pyjama, c’est marrant. Alors, vous pouvez regarder et rigoler ou bien, l’un de vous peut me prêter son téléphone.

(Hiro sourit. Nathan va s’asseoir au comptoir.)

SERVEUSE : Je peux vous aider ?
NATHAN : Je vais prendre un de ses tee-shirts. Et un petit café, pendant que vous y êtes.

(Hiro est fasciné par Nathan.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Maison des Parkman. Los Angeles. Californie. Jour]

(Matt est au téléphone et parle d’un ton bas. La porte est entrouverte.)

{Sous-titre : Los Angeles}

MATT : J’aimerais avoir deux filets de bœuf à point et euh, c’est servi avec quoi ? Bon, mettez-moi une de chaque. Très bien, merci. Au revoir.

(Il raccroche et Janice arrive. Ils se regardent et Matt va vers elle.)

JANICE : Pourquoi t’es pas au travail ?
MATT : Comment dire ? Ça fait des années qu’on dort ensemble, toi et moi, et pourtant… Tu me manques. Et je sais… que tu me trouves paresseux. Que tu crois que je ne sais pas écouter. Et que tout ce que je fais, c’est… me morfondre. Mais, je t’en veux pas. Ça fait rien. T’as peut-être raison. Peut-être que je dois faire plus d’efforts.
JANICE : C’est valable pour nous deux.
MATT : D’accord. Alors, on prend notre journée.
JANICE : Non. Non.

(Elle se retourne et va dans la pièce d’à côté.)

MATT : Oh, si ! J’ai déjà tout planifié. Va t’habiller !
JANICE : Mais, je suis habillée.
MATT : Non, un truc plus joli. Dépêche.

(Janice sourit.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Restaurant. Bord de route. Nevada. Jour]

(Hiro continue à fixer Nathan du regard. Puis, il décide de se lever et va le rejoindre au comptoir.)

NATHAN : Y a un problème ?
HIRO
: Hiro. Hiro Nakamura.
NATHAN
: Oh ! Nathan Petrelli.
HIRO
: Petrelli. Nathan. Bien content vous connaître.
NATHAN : Si.
HIRO
: Homme volant. Vous volez. Ça, j’ai vu.

(Il lui montre de la main qu’il l’a vu voler.)

NATHAN : Merci. Je sais pas de quoi vous parler.
HIRO
: Oh, c’est ok. Je garde bien secret. Je savoir courber temps et espace. Téléporter dans futur. Vous et moi spécials.
NATHAN
: Si vous le dites.
HIRO
: Oh, je allais dans New York. Je vois futur. Euh… Grosse bombe et là-bas, mauvais pour beaucoup personne. Tuka !!
NATHAN
: Chut !
HIRO
: Boum. Boum.
NATHAN
: Oui, visiblement, il va y avoir un problème.
HIRO
: Oh non ! Pas inquiet. Ça, j’empêche. Moi Hiro.
NATHAN
: On en a de la chance.

(Nathan finit sa tasse de café. Une voiture klaxonne à l’extérieur du restaurant et Nathan se retourne pour la regarder.)

NATHAN : Je dois y aller. Dans ce futur que vous voyez, vous ne sauriez pas par hasard si j’ai gagné les élections ?
HIRO
: Nathan Petrelli ? Nathan Petrelli. Oui, ça j’ai lu. Nathan Petrelli, élections, vous gagnez. Grande victoire. Très grande.
NATHAN
: Il faut que je reparte à Las Vegas.
HIRO
: S'il vous plaît, est-ce que vous me prendre ? En voiture.
NATHAN
: Oui. Je peux faire ça pour vous. Votre nom, c’est comment déjà ?
HIRO
: Hiro Nakamura.
NATHAN
: D’où vous venez ?
HIRO : Tokyo au Japon.
NATHAN : Jamais allé.

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Hôpital. Odessa. Texas. Jour]

(Claire est allongée dans un lit d’hôpital. Son père arrive et met ses mains sur celles de sa fille.)

MR BENNET : Bonjour.
CLAIRE
: Bonjour.
MR BENNET
: Ta mère dit que tu as perdu le contrôle de la voiture.
CLAIRE
: C’est ce que je lui ai raconté.

(Elle regarde son père dans les yeux et celui-ci ferme la porte. Il prend un tabouret qu’il pose à côté de Claire.)

MR BENNET : Il y a quelque chose dont tu voudrais me parler ?
CLAIRE
: J’ai foncé tout droit dans le mur. Je l’ai fait exprès.
MR BENNET
: Tu réalises que tu aurais pu te tuer ?
CLAIRE
: Je pensais pas à moi.
MR BENNET
: A quoi tu pensais alors ? Claire. Il faut que tu apprennes à me faire confiance.
CLAIRE
: Je t’ai menti.
MR BENNET
: A propos de quoi ?
CLAIRE
: Je t’ai menti quand je t’ai dit… Je t’ai menti quand je t’ai dit qu’il s’était rien passé. A la fête l’autre soir.
MR BENNET
: Qu’est-ce qui s’est passé ?

(Claire se met à pleurer.)

CLAIRE : Il a essayé de… Il a essayé de me violer.
MR BENNET
: Le quaterback ?
CLAIRE
: Il m’a jeté par terre. Je me suis assommée en tombant. A mon réveil, j’étais ailleurs. Pardon. Pardon de t’avoir menti. Je savais pas quoi faire. Je peux rien prouver. Rien du tout. Il va encore pouvoir s’en sortir. Je suis pas la première. Je t’en prie, tu dois rien dire. Ça reste entre nous.
MR BENNET
: Personne n’en saura rien. Personne n’en saura rien.

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Appartement d’Isaac. New York. Jour]

{Sous-titre : Manhattan Sud}

(Peter tape à la porte d’Isaac.)

PETER : Il y a quelqu’un ? Isaac ? Ça va ?
ISAAC
: Fous-moi la paix.
PETER
: Isaac, il faut que tu m’aides.
ISAAC
: T’as besoin d’aide ? Demande à Simone. Tu me l’as volé. Ça te suffit pas ? Qu’est-ce que tu veux encore me prendre ?
PETER
: Tu m’as peint ! Tu as peint un tableau où je vole. C’est ce qui s’est passé. C’était vrai. J’ai volé.
ISAAC
: Oh, félicitations.
PETER
: Je suis en train de te dire que je te crois. Je te crois capable de peindre le futur. Je sais pas ce qui t’arrive, mais moi aussi, il m’arrive la même chose. Je sais pas pourquoi, mais on m’a dit de venir te voir. Que tu détiendrais la réponse.
ISAAC
: C’est ce qu’on attend de moi ? Des réponses ! Pas étonnant qu’elle m’ait quitté. Je n’ai aucune réponse.
PETER
: Tu es censé… me dire où il faut que je me rende.
ISAAC
: T’as qu’à chercher tout seul.

(Peter commence à observer les peintures qu’Isaac a faites. L’une d’entre elles représente Hiro et Ando sous une bannière « Homecoming » et une autre représente Claire se faisant attaquer.)

PETER : C’est elle. La cheerleader.

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Ext. Hôtel. Las Vegas. Nevada. Jour]

(Nathan descend de sa voiture.)

NATHAN : Laissez.
CONDUCTEUR : Merci, monsieur Petrelli.

(Hiro ouvre la portière à Hiro afin qu’il descende.)

NATHAN : Voilà, vous êtes arrivé. Je vous en prie.
HIRO : Votez Petrelli !
NATHAN
: Oui et très nombreux.
HIRO
: Oh, ope, ope et envolé !
NATHAN
: Absolument.

(Hiro court avec sa valise vers une Nissan Vespa. Il met la valise dans le coffre et se met au volant. Il fait alors semblant de conduire.)

HIRO : Vroom, vroom ! (Sous-titré) Bougez-vous ! Laissez-moi passer ! Hou ou ! Il y a peut-être un manuel.

(Il cherche et trouve des feuilles.)

HIRO : (sous-titré) C’est tout en anglais…

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Hôtel. Las Vegas. Nevada. Jour]

(Nathan et son assistant sont sur un escalator.)

NATHAN : Dites à Sakamoto que je suis là et qu’il faut qu’on discute.
ASSISTANT : Je l’appelle.

(Niki marche en direction des escalators et se retrouve face à Nathan.)

NATHAN : Et bien, je pensais pas te revoir. C’est bon, c’est bon.

(L’assistant part.)

NATHAN : Qu’est-ce que tu m’as fait exactement ?
NIKI
: Je pourrais te demander la même chose. Tout ce que je sais, c’est que je me suis réveillée dans ta chambre et que t’étais plus là.
NATHAN
: Tout ce que tu sais ? On partage un super dîner, ensuite tu t’en vas. Tu reviens, tu te jettes sur moi. Je passe la meilleure nuit de mon existence et après qu’en je me réveille, on essaie de me jeter dans un van.
NIKI
: Je sais pas ce qui s’est passé cette nuit. Il faut que tu me croies. Ecoute, quand je t’ai abordé, je faisais semblant d’être une autre femme. Tout ce que je ne veux pas être.
NATHAN
: Et qui veux-tu être ?
NIKI
: Quelqu’un de bien. Une bonne mère. Pas la femme que je vois dans le miroir.
NATHAN
: Ecoute, cette nuit, je sais pas trop à quel point c’était toi ou pas vraiment toi, mais la fille sur qui je suis tombé est le genre de fille qu’on espère toute sa vie pouvoir approcher. Quelqu’un de fort, de magnifique et de… bon.
NIKI
: Je ne savais pas qu’ils s’en prendraient à toi. Je l’ai fait parce qu’ils m’y ont obligé. Ils m’ont fait chanter et ils te feront chanter aussi.
NATHAN
: On a été filmés ?
NIKI
: Je suis désolée, Nathan.

(Nathan met ses lunettes de soleil et fait un signe de tête à Niki avant de partir.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Maison des Parkman. Los Angeles. Californie. Jour]

(Matt sert un verre de vin lorsque Janice entre.)

JANICE : Waouh ! C’est Noël ?
MATT
: Non, approche.
JANICE
: C’est quoi tout ça ?
MATT
: Ça, c’est le Shiraz qui vient de ce coin magnifique à Sonoma Valley. Tu te souviens, on y est allés il y a très longtemps et tu rêves de retourner là-bas.
JANICE
: Comment tu le sais ?
MATT
: Et là, tu as deux filets de chez Mickey qui te faisaient très envie et que je ferai semblant d’avoir… D’avoir cuisiné pour toi. Ah ! Et aussi…

(Il allume la musique.)

JANICE : Mais ça fait des jours que j’arrête pas d’avoir cette chanson dans la tête.
MATT
: Oh, je sais !
JANICE
: Je ne sais pas quoi dire.
MATT
: Et bien, dans ce cas, passons à table.

(Il recule la chaise pour laisser Janice s’asseoir puis, va s’asseoir en face.)

JANICE : Alors, comment elle s’appelle ?
MATT
: Oh, c’est agréable. Alors dès qu’un type prépare un dîner pour sa femme, ça veut forcément dire qu’il la trompe ?
JANICE
: Et bien, d’abord tu disparais toute une journée et maintenant, tu me fais le grand jeu.
MATT
: Excuse-moi. Je croyais te faire plaisir.
JANICE
: Tout ce dont je pouvais rêver, tu y as pensé. C’est notre plus beau repas en tête à tête… C’est le seul tête à tête qu’on ait eu…
MATT & JANICE : Depuis longtemps.
MATT : Oui. Très bien. Alors voilà, disons… Disons que c’est le premier d’une longue série.
JANICE : Vous avez des projets pour ce soir, Mr Parkman ?
MATT : Maintenant oui.
JANICE : Bien.

(Elle l’embrasse.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Hôpital. Odessa. Texas. Jour]

(Brody est allongé sur un lit d’hôpital avec de nombreux bleus au visage. Mr Bennet l’observe et entre dans sa chambre. Il s’assoit sur le côté du lit et Brody se réveille.)

MR BENNET : Salut Brody. Je suis le père de Claire.
BRODY
: Je sais qui vous êtes. Je vais vous poursuivre en justice.
MR BENNET
: Je suis vraiment désolé pour cet accident.
BRODY
: C’était pas un accident.
MR BENNET
: Qu’est-ce qui te fait dire ça ?
BRODY
: Elle a fait exprès d’envoyer ma voiture dans le mur. C’est un monstre. C’est pas un être humain.
MR BENNET
: Je suis beaucoup plus sûr de son humanité que je le suis de la tienne. Tu as essayé de violer ma fille.
BRODY
: Je lui ai rien fait.
MR BENNET
: C’est ta parole contre la sienne. Et de mon point de vue, elle fait un témoin beaucoup plus crédible.
BRODY
: Vous savez pas qui est votre fille.
MR BENNET
: Je la connais mieux qu’elle-même ne se connaît.
BRODY
: J’ai pas envie d’écouter ces conneries.

(Brody tente d’attraper le bouton pour appeler les infirmières mais Mr Bennet lui attrape le bras et met sa main sur la bouche de Brody.)

MR BENNET : Shh. Claire est une jeune fille pas comme les autres. C’est suffisamment compliqué pour elle ces temps-ci sans qu’un petit salopard lui rende la vie encore plus difficile. Est-ce que tu as bien compris ? Je devrais te tuer. Mais au lieu de ça, je m’apprête à te faire une fleur. Tu as déjà foutu ta vie en l’air, alors je vais te donner une seconde chance. Je vais faire en sorte que tu oublies toutes les horribles choses que tu as faites. Et peut-être que quand tu te réveilleras dans cette nouvelle vie, cette fois tu en feras quelque chose de bien. Shh.

(Mr Bennet ouvre les rideaux et l’Haïtien se trouve derrière.)

MR BENNET : Fais le grand ménage. Efface tout.

(Brody commence à paniquer. Mr Bennet s’en va et l’Haïtien ferme les rideaux.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Appartement d’Isaac. Manhattan. New York. Jour]

(Peter organise les peintures d’Isaac comme une bande dessinée.)

PETER : oh ! C’est pas croyable. Ça raconte une histoire, comme une BD. Cette fille essaie de s’enfuir. C’est moi ?
ISAAC
: Pourquoi je te peindrais ?
PETER : Et ces deux types… Je crois qu’on essaie tous de l’aider. Elle. La cheerleader. C’est qui cette fille.
ISAAC : Je ne sais pas.
PETER : Pourtant, tout ça, tu l’as peint.
ISAAC : J’étais défoncé.
PETER : Alors qu’est-ce qui se passe ensuite ? Où est-ce qu’elle est ?
ISAAC : J’étais défoncé ! Je pouvais arrêter et au lieu de ça, je me suis détruit. J’ai perdu Simone. Pour trouver une réponse, un moyen d’empêcher ça. Tout ce que j’ai peint, c’est ces conneries. La cheerleader. Ça sert à rien. J’ai foutu ma vie en l’air pour rien.
PETER : Non, c’est pas rien. Tu comprends pas ? Tout est lié. On est tous liés les uns aux autres. Si ce truc que t’as peint, si cette bombe doit exploser, on est tous condamnés. Et ce qui pourrait nous sauver, c’est ça. Il va arriver quelque chose de terrible à cette fille. Il faut qu’on sache quoi. Alors tu dois finir cette toile.

(Peter pointe son doigt vers une peinture non terminée.)

PETER : Tu dois finir de la peindre.
ISAAC : Même si je voulais, ça donnerait rien. J’ai plus de quoi me shooter. J’ai même plus de blés pour en acheter.
PETER : Tu peux pas finir sans prendre de came ?
ISAAC : Si t’as du fric sur toi, mon pote, oui, là, c’est différent. On pourrait appeler ça une petite commission.

(Peter se met à regarder la toile et tout à coup, il voit ce qui devrait être à l’endroit où ce n’est pas peint.)

PETER : Je l’ai vu.
ISAAC : Quoi ?
PETER : J’ai vu un truc, là, sur le… Le… La toile. L’image. Ce tableau, je vais le finir.
ISAAC : Tu sais peindre.

(Peter attrape de la peinture et un pinceau. Il s’approche du tableau et Isaac se lève.)

PETER : Non. Non, pas du tout. Mais… J’ai dessiné le futur après t’avoir vu l’autre fois. C’était assez sommaire, mais… C’est arrivé.

(Peter se concentre et ferme les yeux. Ils deviennent alors bleus et il se met à peindre, sous le regard ahuri d’Isaac.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Hôpital. Odessa. Texas. Jour]

(Claire traverse le couloir de l’hôpital et rentre dans la chambre de Brody.)

CLAIRE : Salut, Brody. T’as probablement pas envie de me voir, ni même d’écouter ce que j’ai à dire. Mais je veux te le dire. Ce que tu m’as fait, ce que t’as essayé de faire, c’était mal. Et ce que je t’ai fait, c’était mal aussi. Je m’en excuse. Je crois que tout le monde a droit à une seconde chance au moins une fois dans sa vie.
BRODY : Qu’est-ce… Qu’est-ce que vous me voulez ? Je sais pas qui vous êtes.
CLAIRE : Brody, c’est moi, Claire.
BRODY : Pourquoi vous n’arrêtez pas de m’appeler Brody ?

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Maison des Sanders. Nevada. Jour]

(Niki rentre chez elle.)

NIKI : Micah !

(Elle trouve alors des policiers chez elle.)

NIKI : Où est mon fils ? Micah ? Où il est ?

(Elle trouve finalement Tina en compagnie de Micah entourés de policiers.)

NIKI : Ça va ? Qu’est-ce qui se passé ?
TINA : Ils ont débarqué il y a quelques heures. Ils sont à la recherche de DL. Je leur ai dit que tu l’avais pas vu depuis des mois.
DETECTIVE : Mme Sanders ?
NIKI : Euh, oui ?

(Il lui montre une photo.)

DETECTIVE : Il s’agit bien de votre mari ?
NIKI : Oui. Qu’est-ce qui se passe ?
DETECTIVE : Il a essayé de vous contacter hier ou aujourd’hui ?
MICAH : Monsieur, mon père n’a rien fait.
NIKI : Micah, je voudrais que tu restes avec Tina deux minutes, d’accord ?
DETECTIVE : Ecoutez, votre mari a été repéré dans une épicerie pas loin d’ici il y a à peu près une heure.
NIKI : Il est ici ?
DETECTIVE : Aucun signe de lui pour l’instant. Mais nous avons des agents en planque au cas où il essaierait de prendre contact.
NIKI : Ça fait maintenant que DL est en cavale. Comment vous ne l’avez pas attrapé ?
DETECTIVE : On l’avait enfin coffré il y a deux jours, seulement il a réussi à s’échapper encore une fois.
NIKI : DL Hawkins est un assassin. Il… Il me suit constamment. Il fait des choses atroces.
DETECTIVE : Quel genre de choses ?
NIKI : Ecoutez, s’il est ici, c’est sûrement pas pour rien. Et c’est pas moi qui pourrais l’arrêter. Vous devez nous protéger.
OFFICIER : Quelqu’un approche. Il se dirige vers la maison.

(Les policiers sortent leur arme.)

DETECTIVE : Mettez-les en lieu sûr.
OFFICIER : Il se dirige vers la porte de derrière. Je répète la porte de derrière.

(Les policiers se planquent derrière la porte, arme en main et attendent. Quelqu’un approche.)

MICAH : Papa.

(Ando entre dans la maison.)

OFFICIERS : Pas un geste ! Mains en l’air ! Mains en l’air !

(Ando met ses mains en l’air, puis un fait un signe de la main à Niki qui le reconnaît.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Hôtel. Las Vegas. Nevada. Jour]

(Nathan signe la facture de l’hôtel.)

SECRETAIRE : Vos collaborateurs étaient inquiets, Mr Petrelli. Est-ce que ça va ?
NATHAN : Très bien. Par contre, je ne suis pas très satisfait du service de sécurité.
SECRETAIRE : Au nom de l’hôtel, veuillez accepter nos excuses. Sachez que vous êtes notre invité. S »il vous faut quoique ce soit, n’hésitez pas.
NATHAN : Et bien, je me demandais ce que vous comptiez faire de la cassette ?
SECRETAIRE : Rien. A condition qu’un jour vous nous renvoyiez l’ascenseur.
NATHAN : Sinon quoi ?
SECRETAIRE : Pour un homme dont la campagne est basée sur les valeurs familiales, ça pourrait être très embarrassant pour vous. En particulier, connaissant votre femme.
NATHAN : D’un autre côté, ce film n’a vraiment de valeur que si je suis élu. Pourquoi vous ne me donnez pas mes quatre millions afin que je reparte à New York, en faire bon usage.
SECRETAIRE : Notre accord stipulait deux millions. C’est plutôt généreux.
NATHAN : Oui, je trouvais également. Puis, là je me dis, bon sang, c’est probablement très important pour Linderman que j’occupe cette fonction s’il est prêt à se donner autant de mal pour que je ne m’écarte pas des rangs. Avec deux millions, vous avez un candidat dans votre poche. Avec quatre millions, vous avez un député.

(Nathan sourit.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Maison des Parkman. Los Angeles. Californie. Jour]

(Matt et Janice sont sur le canapé. Ils viennent de faire l’amour.)

JANICE : C’était… C’était fou. Je t’aime. C’est à croire que t’étais dans ma tête. C’est insensé.

(Ils s’embrassent.)

MATT : Je t’aime aussi. Tu veux quelque chose.
JANICE : Non. Rien. Juste dormir… Pendant une semaine.
MATT : Tu veux de la glace au café ? D’accord. Je vais chercher de la glace au café.
JANICE : Quoi ?

(Matt l’embrasse et s’en va.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Supermarché. Los Angeles. Californie. Jour]

(Matt achète de la glace au café pour sa femme et mange un cookie. Une femme le regarde.)

MATT : Hum, j’ai… J’ai sauté un repas.

(Matt commence à entendre la pensée des gens dans la boutique.)

HOMME : Où est le sucre ?

(Matt va en caisse.)

MATT : Vous avez de l’aspirine ? Merci.

(Il se met à entendre encore plus de voix.)

HOMME : La caméra de surveillance, elle est où ? Lui, si il bouge, je lui explose la tête. Il y en a combien là-dedans ?
FEMME : Tiens, j’ai une envie de cookies. Faut que je trouve une solution.
HOMME : Je vais vider la caisse. Il doit y avoir au moins 200 dollars là-dedans.

(Matt se retourne et aperçoit un homme qui regarde la caisse.)

FEMME : Je sais pas s’il me reste des œufs.

(Matt s’approche du braqueur et se met à lui chuchoter.)

MATT : Eh ! Je sais pourquoi vous êtes là. Et je veux vous dire, surtout ne faits pas ça.
BRAQUEUR : Qu’est-ce t’as, qu’est-ce que tu me veux ?
MATT : Rien. Seulement, je suis flic. Je ne suis pas armé. D’accord ? Je suis là pour acheter de la glace pour ma femme. Mais je sais ce que vous voulez faire. Et je sais que vous pourriez… Sortir le flingue planqué dans votre poche et me descendre. Mais, vous foutriez votre vie en l’air. Et tout ça, pour quoi ? Pour deux billets de vingt dollars. Je sais que vous souffrez. Mais Marie… Marie vous attend. Elle est à la maison, pas vrai ? Et Vincent va naître dans un mois. On va régler les choses en douceur. Faites ce que je vous dis. Sortez le flingue de votre poche, posez le derrière et sortez d’ici.

(Le braqueur sort l’arme de sa poche et la pose avant de s’enfuir du magasin. Puis, Matt se remet à entendre la pensée des gens.)

FEMME : Oh, mon Dieu. Il a une arme. Il a une arme.
MATT : Non, non, non, non.
HOMME : Me tue pas.
FEMME : Appelez la police.
MATT : Non, c’est bon. Je suis de la police.
HOMME : Il est pas de la police.
MATT : Tout va bien.
HOMME : Qu’est-ce qui veut celui-là ?
MATT : Tout va bien, je suis de la police.
FEMME : Me tuez pas.
MATT : Ne craignez rien. Je suis de la police.
FEMME : Je veux rentrer chez moi. Je vous en prie, ne me faites pas de mal.

(Matt secoue sa tête car entendre tant de pensées lui donne mal au crâne.)

MATT : Tout va bien.

(Matt tombe dans les pommes.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Maison des Sanders. Nevada. Jour]

(Niki se tient devant Ando.)

NIKI : Vous êtes Huggerz, le type du Japon ?

(Ando est menotté et assis sur une chaise. Il est entouré de policiers. Il acquiesce d’un signe de tête à la question de Niki.)

NIKI : C’est un de mes clients. J’ai un site web. Comment vous avez eu mon adresse ?
ANDO : Dans une base de données. Il faudrait vous désinscrire, peut-être.
NIKI : Vous auriez jamais du venir. Je vis ici. Mon fils est là, dans l’autre pièce. Vous vous attendiez à quoi, sincèrement ?
ANDO : Je suis désolé. On discute tellement en ligne, j’ai cru que… J’ai cru que vous alliez pouvoir m’aider.
NIKI : Vous vous trompez de fille. Cette personne que vous voyez sur internet, ce n’est pas moi. Vous comprenez la différence, n’est-ce pas ? Vous comprenez ?
DETECTIVE : Vous voulez qu’on l’embarque pour effraction ?
NIKI : Non. Laissez-le rentrer chez lui.

(Les policiers le lèvent et lui enlèvent les menottes.)

DETECTIVE : Allons-y.
ANDO : J’ai été ravi de vous rencontrer.
DETECTIVE : Allez.

(Les policiers escortent Ando à l’extérieur.)

DETECTIVE : On va laisser une équipe dehors, au cas où votre mari aurait l’idée de se pointer.
NIKI : Merci à vous.

(Le détective s’en va. Niki va vérifier que Micah va bien et revient sur ses pas quand elle a, tout à coup, la sensation de ne pas être seule.)

NIKI : Qui est là ?

(Elle se retourne vers Micah où il joue. Elle se dirige vers la cuisine où DL est caché. Puis Niki retourne voir Micah.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Parking. Las Vegas. Nevada. Jour]

(Hiro joue avec les clés de la voiture, assis dans le coffre de la voiture, quand Ando arrive.)

ANDO (sous-titré) : Je crois… qu’on devrait rappeler le peintre.

(Hiro le regarde et sourit.)

*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

[Int. Appartement d’Isaac. New York. Jour]

(Peter et Isaac examine la peinture que Peter vient tout juste de terminer.)

ISAAC : Comment t’as fait ça ?
PETER : J’en sais rien.
ISAAC : Il faut qu’on la sauve.

(Le téléphone sonne.)

ISAAC : Laisse sonner. C’est un faux numéro. Un type, japonais je crois. Il arrête pas de laisser des messages.

(Peter va alors répondre au téléphone.)

PETER : Allô ?

(Hiro est au téléphone.)

HIRO : Mr Isaac ? Isaac Mendez ?
PETER : Qui est à l’appareil ?

(Hiro met le téléphone entre lui et Ando de telle manière qu’il puisse entendre également.)

HIRO : Je m’appelle Hiro. Hiro Nakamura.
PETER : Je m’appelle Peter Petrelli. J’ai un message pour vous.

FADE IN:

[TITLE CARD: HEROES]

NARRATOR: (v.o.) Previously on Heroes ...



VARIOUS CUTS OF: PETER / NIKI / ISAAC / CLAIRE / HIRO

NARRATOR: (v.o.) Ordinary strangers across the globe discover they have extraordinary abilities.



[MATT PARKMAN]

(Matt is having a drink at the bar and collapses on the floor.)

NARRATOR: (v.o.) The cop who hears thoughts is captured by a myterious stranger.

(When he comes to, Mr. Bennet looks down at him.)

MATT: What do you want with me?

MR. BENNET: We want to know more about you.

(The Haitian covers Matt’s eyes.)



[HIRO NAKAMURA]

(Hiro and Ando come down the escalator.)

NARRATOR: (v.o.) The office worker who stops time --

(Hiro sets right a martini glass that’s about to spill from a waitress’s serving tray.)

NARRATOR: (v.o.) -- tests his powers in Vegas --

(Hiro uses his powers. Ando puts his poker hand down. The high roller isn’t happy.)

ANDO: I win again. Whoo!

(Cut to: The high roller and his three thugs meet with Ando and Hiro in the back alley.)

NARRATOR: (v.o.) -- but gets into trouble.

(The thug punches Hiro in the face.)



[NIKI SANDERS]

(Niki meets with Ms. Sakamoto.)

NARRATOR: (v.o.) The single mother gets an unusual offer.

MS. SAKAMOTO: Mr. Linderman is willing to forget your debt in exchange for a favor.

(Niki and Nathan kiss.)

NIKI: I’m not a whore.

(Cut to: Jessica walks up to Nathan and pushes him back in a chair.)

(Cut to: The light in the fire alarm blinks.)

NARRATOR: (v.o.) Her alter-ego takes over ... but can’t stop the politician from being taken.

(Cut to: As Niki and Nathan sleep, Mr. Bennet stands at the foot of the bed.)

MR. BENNET: Just take the one.



[CLAIRE BENNET]

(Claire Bennet is cut open on the autopsy table.)

NARRATOR: (v.o.) The indestructible cheerleader escapes the morgue –

(Claire gets up.)
(Claire runs out of the morgue with a lab coat over her.)

NARRATOR: (v.o.) -- to take revenge on the boy who attacked her.

(Claire sits on the amphitheatre seats waiting for Brody Mitchum.)

(Claire is driving Brody’s car.)

BRODY MITCHUM: (smug) There’s nothing you can do about it.

CLAIRE: I can do this.

(Claire smashes the car into the wall.)



[PETER PETRELLI]

(Peter bangs on the subway car door. The subway car is frozen in time.)

NARRATOR: (v.o.) And a brother’s search for answers leads him to the ultimate encounter.

(Future Hiro appears to Peter.)

FUTURE HIRO: My name is Hiro Nakamura. I’m from the future. I have a message for you.

CUT TO:



[TITLE CARD: HEROES]

NARRATOR: (v.o.) And now, Heroes continues.

FADE OUT.
END OF PREVIOUSLY ON.



[EPISODE TITLE]
      CHAPTER FIVE
      "HIROS"



FADE IN:

(INT. (NEW YORK) SUBWAY -- NIGHT)

CAPTION:
      NEW YORK CITY

(The subway car is frozen in time. We move around the small car.)

MOHINDER: (v.o.) When a change comes, some species feel the urge to migrate. They call it zugunruhe—the pull of the soul to a far-off place, following a scent in the wind, a star in the sky. The ancient message comes, calling the kindred to take flight and to gather together. Only then can they hope to survive the cruel season to come.

(In one moment, Hiro is not there, in the next, future Hiro is facing Peter. Peter turns to look at Future Hiro.)

FUTURE HIRO: Peter Petrelli?

PETER: What? Are you doing this?

FUTURE HIRO: You look different without the scar.

PETER: I don't know you.

FUTURE HIRO: Not yet. My name is Hiro Nakamura. I'm from the future. And I have a message for you. I don't have much time. I'm risking a rift just by coming here. The girl -- you have to save her.

PETER: What girl?

FUTURE HIRO: The cheerleader. It's the only way to prevent it.

PETER: Prevent what?

FUTURE HIRO: Everything. Listen to me. She must live. The painter, Isaac ... go to him. He will know. When I call you, you must tell me where we meet. You told me many times how lost you felt. Before it all started. This ... is what you've been waiting for. Be the one we need.

(Peter nods. Future Hiro turns and heads for the back of the car. Peter follows.)

PETER: Wait!

FUTURE HIRO: Save the cheerleader; save the world!

PETER: Wait! Hiro! I don't understand!

(And time resumes. The subway car lurches as everything and everyone move again.)

PETER: (shouts) Hiro! Where are you? I -- I don't understand!

(Mohinder walks up to Peter.)

MOHINDER: Peter! Are you all right?

PETER: The cheerleader.

FADE TO WHITE:



[INT. (ODESSA) HOSPITAL -- NIGHT]

(The gurney with Claire on it is wheeled through the hallway.)

OVERHEAD: Dr. Thomas, dial 182, please.

(The doctor and two paramedics move along with Claire.)

ER DOCTOR: She's got an airway. She's breathing. She's got circulation.

(Claire is wearing an oxygen mask.)

CLAIRE: I'm fine. I just wanna go home.

CAPTION:
      ODESSA, TEXAS

(They turn into a room.)

PARAMEDIC: Looks like she was driving. There was a lot of blood in her mouth.

ER DOCTOR: I don't see anything. Is her mother here?

(Sandra Bennet rushes forward.)

SANDRA BENNET: Claire!

CLAIRE: Oh, Mom!

SANDRA BENNET: Oh, my God. Is she okay?

ER DOCTOR: Your daughter's gonna be fine.

SANDRA BENNET: Does it hurt? They said you're gonna be okay.

CLAIRE: No, no. Oh, I'm fine. I just wanna go home.

SANDRA BENNET: Soon. Sweetie, doctors just wanna run some tests first. I'll call your father. I'll tell him to come.

(Claire looks over at Brody Mitchum bleeding on the other emergency room bed, his neck in a brace.)

BRODY MITCHUM: Crazy bitch.

(The doctors wheel the gurney away.)

(Sandra gets her phone out and dials.)

CUT TO:



[EXT. (LAS VEGAS) UNKNOWN – DAY]

(Mr. Bennet and the Haitian forcibly escort Nathan to a car.)

NATHAN: Do you have any idea who I am?

MR. BENNET: Better than even you do.

NATHAN: All right, look, I'll pay you anything, okay? You name it.

(Mr. Bennet’s phone rings.)

MR. BENNET: We don't want anything. We just need to know a couple of things.

(Mr. Bennet glances down at his cell phone.)

MR. BENNET: That's all --

(Nathan takes the distraction and kicks Mr. Bennet’s gun hand. He pushes the Haitian away from him and he takes off running.)

(Mr. Bennet points the gun at Nathan as he runs. But instead of firing, they run after him.)

(Nathan runs out of the covered parking and toward the fence. The Haitian and Mr. Bennet run after him.)

(Nathan comes to the wire fence. He jumps up on it, intending to climb over, but doesn’t get high enough. He lets go and jumps down. Mr. Bennet and the Haitian catch up with him.)

MR. BENNET: That was entirely unnecessary.

(Nathan turns around.)

NATHAN: You might as well go ahead and shoot now. 'Cause I'll find you. And I will kill you.

MR. BENNET: Unlikely, Mr. Petrelli.

NATHAN: I've seen your faces.

MR. BENNET: That, I'm afraid, won't be a problem. (to the Haitian) Put him down.

(The Haitian gets ready to move in closer to Nathan, who gets set to move as well.)

(Suddenly, Nathan flies straight up into the air as Mr. Bennet and the Haitian watch. With a sonic boom, Nathan flies away.)

(Mr. Bennet puts his gun down as he stares up in the sky.)

(Nathan flies across the sky, leaving a trail of white behind.)

CUT TO:



[TITLE CARD: HEROES]

FADE OUT.
END OF TEASER

(COMMERCIAL SET)



FADE IN:

[INT. (ODESSA) UNKNOWN PLACE]

(Matt is strapped to a table and hooked up to monitors.)

FADE TO WHITE:



[EXT. (LAS VEGAS) BACK ALLEY – NIGHT]

(Ando and Hiro are out cold on the ground.)

FADE OT WHITE:



[EXT. NEVADA SKIES – DAY]

(Nathan flies across the sky, leaving a trail of white behind.)

FADE TO WHITE:



[INT. (NEW YORK) ISAAC’S STUDIOS – NIGHT]

(Isaac paints as it rains outside.)

FADE TO WHITE:



[INT. (ODESSA) HOSPITAL – DAY]

(Claire is awake and in bed.)

FADE TO WHITE:



[INT. (LAS VEGAS) NATHAN’S ROOM – DAY]

(Niki is sleeping on the bed.)

CAPTION:
      LAS VEGAS, NEVADA

(The campaign manager slaps his hand on the black piano to wake Niki.)

CAMPAIGN MANAGER: Where is he? What'd you do with Mr. Petrelli?

(Niki turns around.)

NIKI: Who?

CAMPAIGN MANAGER: The guy you slept with. Where is he?

NIKI: I don't know. I don't know how I got here. I have to call my son.

CAMPAIGN MANAGER: Don't even think about it. (He tosses her dress to her.) Get dressed. You're coming with us.

(The door opens. Ms. Sakamoto walks in.)

MS. SAKAMOTO: Leave the lady alone. If you have a problem, it's with me.

CAMPAIGN MANAGER: You have a congressional candidate ... missing from your hotel.

MS. SAKAMOTO: My team's working on it now. If you'd like to review the security tapes with us, you can come with me.

CAMPAIGN MANAGER: Fine.

(He heads for the door.)

CAMPAIGN MANAGER: Let's go.

MS. SAKAMOTO: Admirable work, Ms. Sanders. Feel free to go home, secure in your solvency.

NIKI: What did you do to me?

MS. SAKAMOTO: As I saw it, a lot of things were done to you. However, none of them by me.

NIKI: (shakes her head) No. I left. I didn't go through with it.

(She holds a disk.)

MS. SAKAMOTO: Mr. Linderman reviewed the tape. And, needless to say, he was quite pleased with your performance.

(She plays the disk and Niki and Nathan in bed appear on the monitor.)

MS. SAKAMOTO: Either that's you, or you still owe Mr. Linderman $50,000. Go home to your son, Ms. Sanders. And tell him that his mommy doesn't have to worry about people asking for their money anymore.

(Ms. Sakamoto turns and leaves. Niki is confused.)

NIKI: I ... uh ...

CUT TO:



[INT. (NEW YORK) SUBWAY – NIGHT]

(Peter and Mohinder are on the subway.)

PETER: He was right there!

MOHINDER: Then he teleported away?

(Peter goes to the back of the subway.)

PETER: He -- he stopped time somehow. He talked to me. He knew who I was. He says that we all meet up ... somehow. Sometime in the future, I guess.

MOHINDER: I see.

PETER: Look, it seems crazy, but I know what I saw. He said something bad is gonna happen, but we could stop it. First we have to ...

(He stops and sighs.)

PETER: Save a cheerleader.

MOHINDER: (snickers) A cheerleader?

PETER: It seems impossible, I know.

MOHINDER: Impossible? It sounds mad.

PETER: Please, just ... He said that I have to go back to see Isaac the painter. Okay, that he's gonna know what we have to do. So let's just go back to his loft. If the answer isn't there, I promise that I will drive you to the airport myself. You can go back to India and you never have to hear from me again.

MOHINDER: Will you fly me there yourself? There are no answers. Go home, Peter.

(Mohinder turns and walks back across the subway car. The subway stops and the passengers disembark. Peter turns and looks back out the subway window with frustration.)

FADE TO WHITE:



[INT. (LOS ANGELES) PARKMAN RESIDENCE -- DAY]

(Janice is on the phone in the kitchen.)

JANICE PARKMAN: (to phone) Someone there has to be able to do something to find him. (pause) No! He went out on assignment, and he hasn't checked in since! (pause) I ... look, will you just have Detective McHenry call me.

(Matt groans and Janice stops. She sees Matt getting up from the couch.)

MATT: Ow, ugh.

JANICE PARKMAN: (to phone) Never mind. He's home.

(She hangs up. She throws the phone at him.)

MATT: Hey!

JANICE PARKMAN: Where the hell have you been? Do you know how worried I was?

MATT: I must have drank too much and passed out on the couch.

(Matt gets up.)

MATT: Do we have any aspirin?

JANICE PARKMAN: Uh ...you have been gone for a day.

MATT: What? That's impossible.

(He goes to the cabinet and opens the cupboard to get the aspirin.)

JANICE PARKMAN: No, it isn't, trust me. I've been awake for every hour of it. And I called the precinct a dozen times, and they said that you were working with the FBI.

(As she talks, he takes the aspirin with some water. Then he stops and looks at her.)

MATT: Yeah. That just started. (sighs) I was gonna tell you about that, but, um ...

JANICE PARKMAN: But what? Where were you?

MATT: I was, uh ... I don't know.

JANICE PARKMAN: You don't know? Do you have any idea what I've just been through? I kept picturing you in a ditch somewhere. And then every time the phone would ring, I'd think it was somebody calling to tell me that--

MATT: I didn't know you cared that much.

JANICE PARKMAN: (v.o., thinking) I'm your wife. I always care.

MATT: I mean ... It's good that you do, but, you know, you've barely spoken to me lately, except in our therapy sessions, Janice.

JANICE PARKMAN: What if something happened to you?

MATT: You worried about me? That's a good thing.

CUT TO:



[EXT. (LAS VEGAS) ROADSIDE -- DAY]

CAPTION:
      OUTSKIRTS OF
      LAS VEGAS, NEVADA

(A van pulls up alongside the road. The doors open. Ando and Hiro are tossed out of the van. Their suitcases are tossed out of the van after them.)

ANDO: Uhh!
HIRO: Oof!

(The van doors close and the van drives away, leaving Ando and Hiro in their dust.)

HIRO: (subtitled) That hurt more than I thought it would.

(Ando and Hiro get up. Ando shakes his fist at them.)

ANDO: (shouts) You bastards! You don't know who you're messing with!

HIRO: (subtitled) I don’t think they can hear you.

ANDO: (subtitled) Well it make me feel better!

(Hiro grabs his luggage. Ando grabs his. They start walking.)

HIRO: (subtitled) Wow ...

(They’ve been tossed near a roadside diner.)

HIRO: (subtitled) Good. I’m starving.

ANDO: (subtitled) Shut up. I’m not talking to you.



[INT. FLY BY NIGHT DINER – DAY – CONTINUOUS]

(The door opens. Ando and Hiro walk in.)

HIRO: (subtitled) Do you think they have waffles?

ANDO: (subtitled) I said I’m not talking to you. I can’t believe I got beat up because of you. I’ve never gotten beat up before.

HIRO: (subtitled) I got punched too.

ANDO: (subtitled) Once. They kept kicking me! Ah!

(He touches his bruised cheek.)

ANDO: (subtitled) My jaw is clicking. Did it used to click?

(They sit down in a booth.)

HIRO: (subtitled) Let’s just eat, then get the car back, okay?

(The waitress appears with menus.)

ANDO: (subtitled) This is all your fault, Hiro. All you had to do was stop time, and we would still have our money.

HIRO: (subtitled) My fault? We got beat up because you made us cheat at gambling. Using my powers for personal gain. That’s the Dark Side.

ANDO: (subtitled) Not being broke is the Dark Side?

(Hiro opens the menu.)

HIRO: (subtitled) Ah, waffles! Whoo-hoo!

(Ando rubs his temples.)

ANDO: (subtitled) I don’t know why I’m on this stupid trip.

HIRO: (subtitled) I’ve told you now a hundred times. To save the world.

ANDO: (subtitled) "Save the world!" "Save the world!" Don’t you ever think of anything else?

HIRO: (subtitled) All you’ve done since you came to America is complain. If you’re so miserable here, go back to Japan.

ANDO: (subtitled) I’m not miserable here. I’m miserable with you!

HIRO: (subtitled) Then go. Go gamble and meet girls. Hang out with her Internet stripper without me if that’s what you want.

ANDO: (subtitled) Fine – maybe I will.

HIRO: (subtitled) Okay, then go --

(Ando gets up and leaves their booth.)

ANDO: (subtitled) Okay --

HIRO: (subtitled) I’m not following you --

ANDO: (subtitled) Good!

HIRO: (subtitled) You don’t even know anyone in Las Vegas. You don’t know anyone in this country.

(Ando opens the front door.)

ANDO: (subtitled) (shouts back) Yes, I do!

(Ando leaves, the door slams shut behind him. Hiro removes his tie.)

HIRO: (subtitled) I’ll probably save the world faster now.

(He turns and looks out the window. He sees something moving in the sky. It’s Nathan! He’s in his pajama bottoms and slides to a stop in the parking lot.)

(Hiro is amazed.)

(Nathan hops on his tender feet.)

NATHAN: Gyah! Ahh! Ohh!

(He turns and looks at the diner.)

(In the diner, Hiro looks around to see if anyone saw Nathan. Everyone else is busy with their food. Hiro looks out the window and grins at Nathan.)

FADE OUT.

(COMMERCIAL SET)



FADE IN:

[INT. (LAS VEGAS) FLY-BY-NIGHT ROADSIDE DINER – DAY]

(The doorbell jingles as Nathan walks in. Everyone sees him, smiles and stares at him.)

NATHAN: All right, I get it. A guy in his pajamas. Ha ha. Now, we can all stare and have a good laugh, or one of you could lend me your cell phone.

(Hiro smiles. Nathan takes a seat at the counter.)

WAITRESS: Can I help you?

NATHAN: I'll take one of those T-shirts. And a cup of coffee, while you're at it.

(Hiro is in awe at Nathan.)

CUT TO:



[INT. (LOS ANGELES) PARKMAN RESIDENCE – DAY]

CAPTION:
LOS ANGELES

(Matt is in the other room on the phone and speaking in low tones. The door is partially open.)

MATT: (to phone) Okay, so two porterhouse steaks, both medium rare. And, um, what sides do you have? (pause) You know, one of everything's great. Cool. Thank you. Bye.

(He hangs up. Janice walks up to him.)

(He looks up and sees Janice. He goes to her.)

JANICE PARKMAN: Why aren't you at work?

MATT: You been, uh ... you been sleeping next to me all this time, and I ... I miss you. But I know ... I know you think I'm lazy. And that I don't know how to listen. And all I do is ... (he pauses) ... mope. (She chuckles.) Well, um ... you know what? That's okay. Maybe you're right. Maybe I just need to try harder.

JANICE PARKMAN: I think we both do.

MATT: Good. 'Cause we're calling in sick today.

JANICE PARKMAN: No. No.

(She turns and walks into the next room.)

MATT: Oh, yeah. I got it all planned out. Just go get dressed.

JANICE PARKMAN: I'm dressed!

MATT: No, something nicer. Come on.

(Janice smiles and shakes her head.)

CUT TO:



[INT. (LAS VEGAS) FLY-BY-NIGHT DINER – DAY]

(With a glowing look on his face, Hiro stares at Nathan. Nathan is dressed in a dark t-shirt. Hiro gets up from his booth and scoots over toward Nathan, who is reading the paper.)

(Nathan looks up.)

NATHAN: Can I help you?

(Hiro sticks his hand out.)

HIRO: Hiro. Hiro Nakamura.

(Nathan shakes his hand.)

NATHAN: Oh. Nathan Petrelli.

HIRO: Petrelli. Nathan. Very nice to meet you.

NATHAN: Thank you.

HIRO: (whispers) Flying man. Oh ... you fly. I see you. Whhshh!

(Hiro motions with his hand.)

(Nathan glances at the waitress and nods.)

NATHAN: Thank you. (to Hiro) I don't know what you're talking about.

(He sips his coffee.)

HIRO: (whispers) Oh, it's okay. I keep secret. (He looks around.) I bend time onto space. Teleport-o into future. We are both special.

(Nathan looks away.)

NATHAN: All righty, then.

HIRO: Oh, I--I go to New York. I see future. Um ... Big boom goes there. Bad for many people. (motions big) Boo-khashhh!

NATHAN: Shh—

(Hiro imitates a small, softer explosion.)

NATHAN: I can see where that might be a problem.

HIRO: Don't worry. I stop it. Am hero.

NATHAN: (smiles) Lucky us.

(Behind them, a car pulls up into the parking lot. The car horn honks. Nathan glances behind him. That’s his ride. He puts his coffee cup down.)

NATHAN: Better go.

(Nathan gets up and heads for the door. He stops and turns around.)

NATHAN: In this future that you see, you don't happen to know whether or not I win the election, do ya?

(Hiro stops and thinks about it.)

HIRO: (mumbles) Yes, um ... Petrelli. Uh-huh. Nathan. (excited and claps his hands as he remembers) Ah, hai, hai, hai! Yes! I know you. Nathan Petrelli. Election. You win. Very big win. Landslide.

(Nathan chuckles and puts a hand on Hiro’s shoulder. He turns and heads out.)

NATHAN: Yeah. I gotta get back to Vegas.

HIRO: Uh, give me ride, please.

(Nathan stops and turns around.)

NATHAN: Hmm?

(Hiro motions driving.)

HIRO: Ride-o. (motions honking horn) Boo boo.

NATHAN: Sure. Well, what the hell?

(Nathan motions for Hiro to come along. Hiro jumps off his stool and grabs his suitcase.)

NATHAN: What'd you say your name was?

HIRO: Hiro Nakamura.

(Nathan opens the door.)

NATHAN: Where you from?

HIRO: Tokyo, Japan.

(Hiro ducks out of the diner.)

NATHAN: Ah. Never been there.

(Nathan follows him.)

CUT TO:



[INT. (ODESSA) HOSPITAL – CLAIRE’S ROOM]

(Claire is in the hospital bed. Mr. Bennet walks up to her and puts his hand on hers.)

MR. BENNET: Hey ...

CLAIRE: Hi.

MR. BENNET: Your mother told me you lost control of the car.

CLAIRE: That's what I told her happened.

(He stops smiling and glances behind him. Sandra is talking with the ER doctor. Mr. Bennet closes the door.)

MR. BENNET: Is there something you want to tell me?

CLAIRE: (sighs) I ran the car into the wall on purpose.

MR. BENNET: You could have killed yourself.

CLAIRE: I wasn't thinking about me.

MR. BENNET: Well, what were you thinking about? Claire. You've got to start trusting me.

CLAIRE: (whispers) I lied to you.

MR. BENNET: About what?

CLAIRE: I lied to you when I said that ... I lied to you when I said nothing happened ... at the bonfire.

MR. BENNET: What happened to you?

CLAIRE: (crying) He tried to ... he tried to force me.

MR. BENNET: The quarterback?

CLAIRE: He threw me down, and I hit my head, and I woke up somewhere else. I'm sorry. I'm sorry that I lied to you. I didn't know what else to do. I can't prove anything. He was gonna get away with it again. I'm not the only one. Please, you can't say anything.

(He smiles at her.)

MR. BENNET: No one's gonna know. (He smoothes her hair back.) No one's gonna know a thing.

CUT TO:



[INT. (NEW YORK) ISAAC’S STUDIO -- NIGHT]

(It’s raining. Isaac is in his studio near the window, a blanket wrapped around him. Peter knocks on the door.)

PETER: Hello? (He steps inside.) Isaac?

(Peter walks over to him.)

PETER: You doing okay?

ISAAC: Go away, man.

PETER: Isaac, I need your help.

ISAAC: You need help ... ask Simone. You already took her. What else do you want from me?

PETER: You painted me. A picture of me flying. Okay, it happened. It was real. I flew.

ISAAC: Congratulations.

PETER: I'm telling you that I believe you. That you can paint the future.

(Isaac holds up a finger as he turns around and heads back to the painting table.)

PETER: Listen, whatever is happening to you, it's happening to me too. And I don't know why, but I'm supposed to ... see you. You're supposed to have the answer.

(Isaac cleans up his supplies.)

ISAAC: Is that what, um, I sound like? (scoffs) No wonder she left me. I don't have any answers.

PETER: You're supposed to ... know where I have to go.

ISAAC: See for yourself.

(Isaac continues to fiddle with his supplies. Peter turns and looks at the paintings.)

(He glances at the painting of Hiro and Ando under the bloodied HOMECOMING banner. He looks at the blonde-haired girl and at the painting of the locker doors flying toward the dark-haired man.)

(Isaac watches Peter.)

(Peter lifts up the painting of the eclipse to look at the painting of Claire on the amphitheatre steps.)

PETER: It's her--the cheerleader.

FADE OUT.

(COMMERCIAL SET)



FADE IN:

[EXT. (LAS VEGAS) HOTEL/CASINO – FRONT – DAY]

(The driver pops the trunk. Nathan gets out of the car and walks around to the driver’s side. He’s dressed in his own shirt and pants.)

NATHAN: (to the driver) I'll get it.

DRIVER: Thanks.

(Nathan opens the door for Hiro.)

NATHAN: (in Japanese)

(Hiro gets out.)

HIRO: (shouts) Vote Petrelli!

(Nathan chuckles.)

NATHAN: Early and often.

(They shake hands.)

HIRO: (softly) Oh ... up, up, and away.

NATHAN: Absolutely.

(The driver takes Hiro’s bag out of the trunk. Hiro turns and grabs his bag.)

CUT TO:



[INT. PARKING GARAGE – DAY]

(Hiro runs with his bag to his rental. He opens the car hood and puts his suitcase in the back.)

CUT TO:

(Hiro slips behind the wheel and makes car noises while pretending to drive.)

HIRO: Vroom, vroom!

(beep-beep!)

HIRO: (subtitled) Move! Get out of the way!

(He sticks the keys in the ignition. The lights blink on and off.)

HIRO: Whoo hoo!

(He looks at the buttons.)

HIRO: Uh –

(He presses something and the windshield wipers activate.)

HIRO: (subtitled) Maybe there’re instructions.

(He looks inside the glove compartment and pulls out a sheet of paper.)

HIRO: (subtitled) It’s all English ...

(Oh, no!)

CUT TO:



[INT. (LAS VEGAS) – LOBBY – DAY]

(Nathan is riding up the escalator. His campaign manager is behind him.)

NATHAN: Tell Sakamoto I'm back, and we need to talk.

CAMPAIGN MANAGER: Yes, sir.

(Niki is walking toward the escalators. Nathan sees her and follows her down.)

NATHAN: Didn't think I'd see you again. (To the campaign manager) It's all right, I'm good, I'm good.

(The campaign manager, who is on the phone, leaves.)

NATHAN: What the hell did you do to me?

NIKI: I could ask you the same thing. All I know is that I woke up in your room somehow, and you were gone.

NATHAN: All you know? We had a great dinner, then you leave. You come back and attack me. I have one of the best nights of my entire life. And the next thing you know, somebody's trying to throw me into a van.

NIKI: I don't know what happened last night. I swear. All I know is that when I met you, I was trying to be someone I'm not. And that's not who I wanna be.

NATHAN: Who do you wanna be?

NIKI: Someone good. A good mother. Not the person that I see in the mirror.

NATHAN: Look, I don't know how much of last night was an act and how much was you. The girl I met, that's the kind of girl you spend your entire life waiting to meet. Somebody strong, somebody beautiful, somebody ... good.

NIKI: I didn't know they were gonna do anything to you. They blackmailed me. Just like they're gonna blackmail you.

NATHAN: They taped us?

NIKI: I'm so sorry.

(Nathan puts his sunglasses on and leaves.)

CUT TO:



[INT. (LOS ANGELES) PARKMAN RESIDENCE – DINING ROOM – DAY]

(Matt is pouring the wine. Janice steps out.)

JANICE PARKMAN: Wow. Is it Christmas?

MATT: No, no, come here.

JANICE PARKMAN: What is all this?

MATT: (sighs) This is the Shiraz from that great place in the Sonoma Valley. Remember we went there a million years ago, and you've been thinking about going back?

JANICE PARKMAN: How do you know that?

MATT: And, um, porterhouse steaks from Mickey's that you craved. And I'm gonna pretend that, uh, that I cooked for you tonight. Oh, and, uh ...

(He turns the music on.)

JANICE PARKMAN: Wait, I've had that song in my head for days.

MATT: Oh, I know.

JANICE PARKMAN: I don't know what to say.

MATT: How about, uh ... "Pass the salad."

(He holds out her chair and she sits down. Matt takes the other seat and mixes the salad.)

JANICE PARKMAN: So, who is she?

MATT: That's nice. What, a guy can't pretend to cook dinner for his wife without being accused of cheating on her?

JANICE PARKMAN: Well, you were missing for a day, and now this, and ...

MATT: Okay, sorry. I thought this was what you wanted.

JANICE PARKMAN: Everything I could think of ... you thought of first. It's our best ... date. It's our only date ...

MATT & JANICE (BOTH): We've had in a long time.

MATT: I know. Okay, you know what?

(He picks up his glass.)

MATT: Let's, um ... let's call this the first of many to come.

JANICE PARKMAN: Why, do you have something planned for tonight?

MATT: Oh, I do now.

(She gets up, straddles him and they kiss.)

CUT TO:



[INT. (ODESSA) HOSPITAL – BRODY’S ROOM -- DAY]

(Brody is sleeping. His face is bruised and he’s in a neck brace. His arms and legs are in casts. The heart monitor beeps steadily. Mr. Bennet is standing out in the doorway. He walks in and closes the door.)

(He closes the curtain and sits on the edge of the bed. Brody wakes up.)

MR. BENNET: Hello, Brody. I'm Claire's father.

BRODY MITCHUM: I know who you are. You're the guy I'm gonna sue.

MR. BENNET: I'm very sorry about the accident.

BRODY MITCHUM: It wasn't an accident.

MR. BENNET: What makes you say that?

BRODY MITCHUM: Because she crashed my car on purpose. She's a freak! She's ... not human.

MR. BENNET: I'd put more stock in her humanity than I would in yours. You tried to rape my daughter.

BRODY MITCHUM: I didn't touch her.

MR. BENNET: Well, it's her word against yours. And from my perspective, she's the more reliable witness.

BRODY MITCHUM: You don't know your daughter.

MR. BENNET: I know her better than even she does.

BRODY MITCHUM: I don't have to listen to this.

(Brody reaches for the nurse call button. Mr. Bennet grabs him and covers his mouth with his hand, muffling his cry of pain.)

MR. BENNET: Shh.

(Brody grunts and gasps.)

MR. BENNET: Claire is a very special girl. It's confusing what's happening to her, and she doesn't need some punk making her life any more difficult. Do you understand me?

(Brody grunts.)

MR. BENNET: I should kill you. But instead, I'm gonna do you a favor. You already threw away this life. I'm gonna give you a second chance. And I'm gonna let you forget all the terrible things you've done. And maybe this time, when you wake up in your new life ...

(Brody grunts.)

MR. BENNET: ... you'll make something decent of it.

(Mr. Bennet lets Brody go. He grunts and gasps.)

MR. BENNET: Shh.

(Mr. Bennet straightens his jacket and pushes the curtain away. The Haitian is standing there.)

MR. BENNET: Hollow him out. Take everything.

(Mr. Bennet leaves. The Haitian steps forward and closes the curtain completely around Brody’s bed.)

CUT TO:



[INT. (NEW YORK) ISAAC’S STUDIO -- NIGHT]

(Peter hangs up the painting of Claire next to the painting of Hiro and Ando under the bloody HOMECOMING banner. On the very top is the paining of Peter being attacked by flying locker doors. Peter takes the next painting of Claire in the amphitheatre and hangs it underneath that.)

(Isaac sits at the table. Peter looks at the paintings.)

PETER: Wow. This is amazing. Look, it's telling a story, like a comic. This girl, she's ... running and ... I ... Is that me?

ISAAC: Why would I paint you?

PETER: These two guys ... I think we're all trying to help her. Cheerleader. Who is she?

ISAAC: I don't know.

PETER: Yeah, but you painted these.

ISAAC: I was high, dog.

PETER: So what happens next? I mean, where is she?

ISAAC: (angrily) I was high!

(He coughs and gets up.)

ISAAC: I could have been clean. I tore myself apart. I lost Simone ... to try and find an answer. How to stop it.

(Peter turns and sees the mural of New York exploding on the floor.)

ISAAC: All I got was this garbage. (scoffs) Some cheerleader.

(Peter looks at another painting of a man in the shadows standing in front of something that’s incomplete.)

ISAAC: It's nothing. I've ruined my life for nothing.

PETER: It's not nothing. Look, don't you get it? Everything is connected. We are all connected. If this thing that you painted, this bomb, is true, we're all dead. These are the key to saving us. Something's gonna happen to this girl. We need to know what. You have to finish this. (He points to the incomplete painting.) You -- you have to finish the painting.

ISAAC: Even if I wanted to, I can't. I'm out of drugs. I'm out of money to buy drugs.

PETER: Can't you just finish it without shooting up?

ISAAC: If you got some cash on you, man. That's another story. We can call it a commission.

(Peter sighs and looks at the painting. He stares intently at the painting. The white incomplete canvass morphs into an image --

PETER: I saw it.

ISAAC: What?

(Peter goes to the supply table.)

PETER: I saw something in the, uh, in the canvas. A picture. This painting... I can finish it.

ISAAC: You can paint?

(Peter takes his good shirt off to a dark t-shirt underneath. He picks up a can of paint and a brush.)

PETER: No. No, I can't. But ... I drew the future after I saw you the other day. It was only stick figures, but ...

(Isaac stands up and watches Peter.)

PETER: It came true.

(Peter looks at the painting. He closes his eyes and concentrates. Isaac watches him.)

(When Peter opens his eyes, his pupils are white. He looks at the canvass and starts to paint.)

FADE OUT.

(COMMERCIAL SET)



FADE IN:

[INT. (ODESSA) HOSPITAL – BRODY’S ROOM]

(Claire walks through the hallway and enters Brody’s room. Claire walks up to his bed.)

CLAIRE: Hi, Brody. I know you probably don't wanna see me right now or hear what I have to say. But I have to say it. What you did to me ... what you tried to do, was wrong. But what I did to you was wrong too, and I'm sorry. I think that everyone deserves a do-over at least once in their lives.

BRODY MITCHUM: I--I don't know you. Who are you?

CLAIRE: Brody, it's me, Claire.

BRODY MITCHUM: Why do you call me Brody?

CUT TO:



[INT. (LAS VEGAS) SANDERS RESIDENCE -- DAY]

(Niki returns home.)

NIKI: Micah!

(She takes her shoes off. She finds three men in her house – two men in suits and an officer.)

NIKI: Where's my son?

(She rushes around them and heads for the other room.)

NIKI: Micah! Is he ...

(She finds a couple more men in suits and another officer with Tina and Micah.)

NIKI: Oh, God. Honey. (She hugs Micah.) Honey. (to Tina) What happened?

TINA: They showed up a few hours ago. They're looking for DL. I told them you haven't seen him in months.

DETECTIVE: Ms. Sanders?

NIKI: Uh-huh?

(He shows her a photo of DL.)

DETECTIVE: Is this your husband, Miss?

NIKI: Yeah. What's going on with DL?

DETECTIVE: Did he try to contact you at all in the past few days?

MICAH: My dad didn't do anything.

NIKI: Micah ... I need you to wait with Tina for another minute, okay?

(Niki and the detective step aside.)

DETECTIVE: Ma'am. Your husband was spotted at a convenience store not far from here about an hour ago.

NIKI: He's here?

DETECTIVE: No sign of him yet. But we got cars hidden around the block in case he tries to make contact.

NIKI: DL's been on the run for six months. Why haven't you caught him?

DETECTIVE: We had him in custody two days ago. He pulled a Houdini, slipped out of his cuffs.

NIKI: DL Hawkins is a killer. He -- he has been following me. Doing things.

DETECTIVE: What sort of things?

NIKI: Look, if he's here, and he wants something, I won't be able to stop him. You need to protect us.

OFFICER: (from radio) We've got someone coming. He’s headed for the house.)

(The detective pulls out his gun and everyone spurs into motion.)

DETECTIVE: Get these people safe.

(Niki grabs Micah and moves him into the next room.)

OFFICER: (from radio) He's headed for the back door.

(The officers with their guns surround the back door.)

OFFICER: (from radio) Repeat: cover the back door.

(The shadow of someone approaching moves along the back door. Everyone waits.)

(Someone approaches the door.)

MICAH: Dad.

(Ando walks in.)

OFFICERS: Freeze! Hands up! Hands up!

(Ando puts his hands up.)

ANDO: Nik-ki?

(Niki looks surprised. Ando waves to her.)

CUT TO:



[INT. (LAS VEGAS) HOTEL – DAY]

(Nathan signs the bill.)

MS. SAKAMOTO: Your men are worried about you, Mr. Petrelli. Are you all right?

NATHAN: I'm fine. Though I can't say I'm pleased with the security situation.

(He folds the paper and tucks it into his jacket pocket.)

MS. SAKAMOTO: You have the hotel's sincerest apologies. Consider your stay on us. If there's anything else you need, just ask.

NATHAN: Actually, uh, I was wondering how that tape turned out.

MS. SAKAMOTO: Consider it a favor you'll repay one day.

NATHAN: Or what?

MS. SAKAMOTO: For a man whose campaign is founded on sound family values, this could be really embarrassing for you. Especially considering your wife.

NATHAN: On the other hand, that tape really isn't worth much unless I win, is it? Why don't you just give me my four million, and I'll fly back to New York and put it to good use?

MS. SAKAMOTO: Our agreement was two million. It's rather generous.

NATHAN: You know, I thought so too. And then I thought, "Gee ... it must be pretty important for Linderman to see me in office if he's willing to go to this much trouble to keep me in line." Two million makes me a candidate in your pocket. Four million makes me a Congressman.

(Nathan smiles at her.)

CUT TO:



[INT. (LOS ANGELES) PARKMAN RESIDENCE – LIVING ROOM -- DAY]

(Matt and Janice are on the couch, post-coital sweaty and panting.)

JANICE PARKMAN: (gasping) Oh, that was ... Oh. I love you.

MATT: I love you.

JANICE PARKMAN: It's like you're in my head. It's like ... Mmm.

(They kiss.)

MATT: I love you. What can I get you?

JANICE PARKMAN: Nothing. Just sleep ... for a week.

(Janice laughs.)

MATT: Coffee ice cream.

JANICE PARKMAN: What?

MATT: You got it. Coffee ice cream coming up.

(Matt gets up and leaves the couch. Janice leans over the back and smiles.)

CUT TO:



[INT. CONVENIENCE STORE -- NIGHT]

(Matt opens the freezer and grabs a tub of coffee ice cream. He’s eating a cookie. As he grabs another container of ice cream, a woman looks at him.)

MATT: Mmm, heh. I, um, I skipped lunch.

(The woman nods and moves away. Matt grabs another container and heads for the cashier.)

(He starts hearing random people’s thoughts.)

WOMAN’S VOICE: (v.o., thinking) "Chlorophyll glucosamine"? Is that the same as ...

MAN’S VOICE: (v.o., thinking) Here we go.

(Matt goes to the cashier.)

MATT: Hey, um ... you have aspirin?

(The cashier points to the side. Matt grabs a container.)

MATT: Thanks.

MAN’S VOICE: (v.o., thinking) Security cameras won't see me. If he makes a move, I'll blow his head off. Now let me see ...

(Matt looks around.)

WOMAN’S VOICE: (v.o., thinking) If I eat cookies, then I'm gonna have to work out.

(Matt concentrates.)

MAN’S VOICE: (v.o., thinking) Clean everything out of the register. Probably get a couple hundred in cash too.

(Matt turns around and sees a young man with his hand in his pocket staring at the cashier.)

(Matt walks past the robber and notes the man’s hand in his pocket. Matt walks up to the robber.)

MATT: Hey. Look, I know why you're here. And I just wanna say don't do this.

CONVENIENCE STORE ROBBER: What the hell do you know?

MATT: Nothing. But I'm a cop. But I am not armed. Okay? I just came in here to get some ice cream for my wife. But I know what you're thinking about doing. And I know that you could ... pull out the gun that you've got in there, and you could shoot me. But then you would be throwing your life away. And for what? A couple of twenties in the register, huh? Look, I know you're hurting. But Marie ... is waiting for you. At home, right? And Vincent's getting out in a month. All you have to do is just ... take your hand out of your jacket pocket ... and put the gun down ... and get out of here.

(The robber suddenly takes his hands out of his pockets and puts them on his head. He’s holding the gun. He puts the gun down on the shelf and runs out. Matt picks up the gun. Matt starts out.)

WOMAN’S VOICE: (v.o., thinking) Oh, my God. Is that a gun? He’s got a gun.

(Everyone in the store is staring at him.)

MATT: No, no, no, no.

MAN’S VOICE: (v.o., thinking) Don’t shoot me.
WOMAN’S VOICE: (v.o., thinking) Call the cops.

MATT: No, I'm a cop.

MAN’S VOICE: (v.o., thinking) You do not look like a policeman to me.

MATT: No, it's okay.

MAN’S VOICE: (v.o., thinking) I can't believe this is happening.

MATT: No, it’s okay. It's okay, I'm a cop.

MAN’S VOICE: (v.o., thinking) What’s wrong with him.
WOMAN’S VOICE: (v.o., thinking) He’s probably crazy.

(Matt wipes his forehead.)

WOMAN’S VOICE: (v.o., thinking) I just wanna get out of here.
WOMAN’S VOICE: (v.o., thinking) Please don't shoot me.

MATT: It’s okay. I’m a cop.

WOMAN’S VOICE: (v.o., thinking) I just wanna get out of here alive. My mother's in the car!

MAN’S VOICE: (v.o., thinking) Someone call the police.

ABRUPT CUTS: Matt shakes his head. The voices are too much for him to handle.

MATT: It's okay!

(Matt collapses.)

MATT: Agh!

FADE OUT.

(COMMERCIAL SET)



FADE IN:

[INT. (LAS VEGAS) SANDERS RESIDENCE -- NIGHT]

(Niki nods.)

NIKI: You’re Huggerz, the guy from Japan?

(Ando is handcuffed behind his back and sitting in the chair. He’s surrounded by the officers.)

NIKI: He's one of my customers. I run a website. How did you find me?

ANDO: WHOIS database. You need unlist, maybe.

NIKI: You shouldn't have come. I live here. My kid is in the other room. What did you think was gonna happen?

ANDO: I'm sorry. We chat so much online, I thought ... I thought you maybe help me.

NIKI: (scoffs) You got the wrong girl. That person that you see on the Internet, that's not me. You get the difference, right? Do you understand?

DETECTIVE: You want us to take him in for trespassing?

NIKI: Just ... let him go home.

(The officers uncuff Ando.)

DETECTIVE: Let's go.

ANDO: It was ... nice to meet you.

DETECTIVE: Okay.

(The detectives lead Ando outside.)

DETECTIVE: We'll leave a squad car outside in case your husband decides to show, Ms. Sanders.

NIKI: Thank you.

(The detective leaves.)



[INT. SANDERS RESIDENCE – MICAH’S ROOM -- NIGHT]

(Niki walks up to Micah and kisses the top of his head.)

(She walks out of the room and through the hallway. She stops and looks into the room.)

NIKI: Hello?

(She looks back at Micah busy with his own thing. She continues into the kitchen. She covers her face with her hands and sighs.)

(She turns and heads back to Micah’s room.)

(Camera pulls back and we see DL standing in the kitchen hiding behind the corner. He turns toward the hallway.)

CUT TO:



[INT. (LAS VEGAS) PARKING GARAGE -- NIGHT]

(Hiro sits on the car back, playing with the car keys. He looks despondent and sad. He throws the keys up in the air and catches them absently.)

(Ando returns carrying his suitcase, his jacket slung over his shoulder.)

(Hiro turns and looks at Ando.)

(Ando walks over. He puts his suitcase down next to the car and folds his jacket over his arm. He looks out and sighs.)

ANDO: (subtitled) I guess ... ... we call the artist again.

(Hiro turns and looks at Ando.)

CUT TO:



[INT. (NEW YORK) ISAAC’S STUDIO – NIGHT]

(Fresh wet paint drips off the edge of the painting onto the floor. Camera pans up on the painting of the dead cheerleader.)

(Peter and Isaac step forward to study the painting.)

(Peter stands up to look at the entire painting.)

ISAAC: How'd you do that?

PETER: I don't know.

ISAAC: (determined) We have to save her.

(The phone rings. Peter turns and glances at the phone. Isaac ignores it.)

ISAAC: Ignore it. It's a wrong number. Some Japanese guy keeps calling, leaving messages.

(Peter turns and heads for the phone. He answers it.)

PETER: (to phone) Hello?

INTERCUT WITH:

[INT. (LAS VEGAS) CAR (PARKED) – NIGHT]

(Hiro is on the phone)

HIRO: (to phone) Mr. Isaac? Issac Mendez?

PETER: (to phone) Who is this?

(Hiro holds the phone so he and Ando can hear.)

HIRO: (to phone) Uh ... My name is Hiro Nakamura.

PETER: (to phone) My name is Peter Petrelli. I have a message for you.

(Hiro and Ando look at each other.)

(We hold on Peter.)

FADE TO BLACK.



TO BE CONTINUED ...

Kikavu ?

Au total, 87 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

cordelia 
16.06.2022 vers 23h

Ocean29 
01.09.2019 vers 19h

Terilynn 
17.04.2019 vers 22h

morgoses49 
03.11.2018 vers 07h

stephane25 
12.02.2018 vers 18h

jujume80 
22.01.2018 vers 14h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

brucas59 
kaylia 
stephe 
Activité récente
Actualités
La

La "Supers Battle" continue, la 2e manche est en cours
La première manche de la Supers Battle sur le quartier The Boys est terminée, les 128 Supers nominés...

La saison 7 de Bosch avec Jamie Hector arrive le 25 Juin sur Amazon Prime Video

La saison 7 de Bosch avec Jamie Hector arrive le 25 Juin sur Amazon Prime Video
La septième et dernière saison de Bosch arrive prochainement sur Amazon Prime Video. Dans celle-ci...

Zachary Quinto, une date pour The Boys In The Band (Netflix)

Zachary Quinto, une date pour The Boys In The Band (Netflix)
L'adaptation de la comédie musicale de Broadway, The Boys in The Band, réalisée par Joe Mantello,...

C'est terminé pour Charlie Manx, NOS4A2 est annulée par AMC

C'est terminé pour Charlie Manx, NOS4A2 est annulée par AMC
Il n'y aura pas de saison 3 pour NOS4A2. La série a été annulée par AMC à li'ssue de sa saison 2....

Un titre et une première affiche pour Shazam 2

Un titre et une première affiche pour Shazam 2
Pendant l'évènement Fandome, le titre du second volet de Shazam qui suit les aventures du...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

HypnoRooms

ShanInXYZ, 17.08.2022 à 17:26

Voyage au centre du Tardis : Les Enfants du Temps, c'est quoi pour vous ? On attend vos photos, passez voir le Docteur

choup37, 17.08.2022 à 18:44

Les enfants du temps? j'arrive!

Locksley, Avant-hier à 13:55

Le quartier MARVEL vous invite à découvrir son nouveau sondage. Merci d'avance pour vos clics et bonne journée !

quimper, Hier à 14:00

Sur le quartier Sherlock, les votes pour le concours Quel adversaire pour Sherlock ? sont toujours en cours.

quimper, Hier à 14:02

Vous pouvez départager 8 personnages dans le sondage jusqu'à dimanche soir. On vous attend nombreux

Viens chatter !