206 fans | Vote

Heroes
#104 : Collision

"

Hiro et Ando sont à Las Vegas, et découvrent de quelle façon utiliser le don de Hiro. Claire a quitté la morgue et veut se venger de Brody. Matt fait la rencontre de Mr Bennet. L'assistant de Linderman propose un travail à Niki. Mohinder tente d'avertir Nathan du danger qui l'attend, et reçoit la visite de Peter. Les peintures d'Isaac révèle l'existence d'une personne qui en a après eux. Peter reçoit une visite pour le moins inattendue qui vient lui délivrer un message.

*** Captures ***

Popularité


5 - 2 votes

Titre VO
Collision

Titre VF
Collision

Première diffusion
16.10.2006

Première diffusion en France
07.07.2007

Vidéos

Vidéo promo 1x04

Vidéo promo 1x04

  

Plus de détails

Réalisé par: Ernest Dickerson
Ecrit par: Bryan Fuller

HEROES
1X04: COLLISION
ORIGINAL AIR DATE ON NBC: 10/16/2006
TRANSCRIBED FROM NBC

Starring:
SANTIAGO CABRERA as Isaac Mendez
TAWNY CYPRESS as Simone Deveaux 
NOAH GRAY-CABEY as Micah Sanders

GREG GRUNBERG as Matt Parkman
ALI LARTER as Niki (Jessica) Sanders
MASI OKA as Hiro Nakamura
HAYDEN PANETTIERE as Claire Bennet

ADRIAN PASDAR as Nathan Petrelli
SENDHIL RAMAMURTHY as Mohinder Suresh
MILO VENTIMIGLIA as Peter Petrelli

Guest Starring:
NORA ZEHETNER as Eden McCain
JAMES KYSON LEE as Ando Masahashi
MATT LANTER as Brody Mitchum

EUGENE BYRD as Campaign Manager
DANIELLE SAVRE as Jackie Wilcox
ASHLEY CROW as Sandra Bennet
DEIRDRE QUINN as Tina

THOMAS DEKKER as Zach
NICOLE BILDERBACK as Ms. Sakamoto

and
JACK COLEMAN as Mr. Bennet (HRG)

Music by: WENDY MELVOIN & LISA COLEMAN
with the voice of SHENKAR

Co-Producer: ARON ELI COLEITE
Co-Producer: LORI MOTYER
Produced by: JIM CHORY

Supervising Producer: ADAM ARMUS
Supervising Producer: KAY FOSTER

Consulting Producer: BRYAN FULLER

Co-Executive Producer: MICHAEL GREEN
Co-Executive Producer: NATALIE CHAIDEZ
Co-Executive Producer: JEPH LOEB
Co-Executive Producer: JESSE ALEXANDER
Co-Executive Producer: GREG BEEMAN

Executive Producer: ALLAN ARKUSH
Executive Producer: DENNIS HAMMER
Executive Producer: TIM KRING

Written by: BRYAN FULLER
Directed by: ERNEST DICKERSON

==========================
END CREDITS 
==========================

nbc.com

* Tailwind Productions
* NBC Universal Television Studio

Co-Starring:
JIMMY JEAN-LOUIS as The Haitian
TONI LEWIS as Medical Examiner
MATT BUSHNELL as Linderman’s Henchman
KRISTEN YEITCH as Roulette Dealer

Co-Starring:
MARK ALLAN STEWART as High Roller
ASHLEE GILLESPIE as Lori (Trammel)
MARK NARING as Nevada State Trooper
RANDALL BENTLEY as Lyle Bennet
PAYDIN LOPACHIN as Brody’s Next Victim

Casting by: JASON LA PADURA, C.S.A. & NATALIE HART, C.S.A.
Casting by: KERI OWENS

Associate Producer: MIKE KETELSEN

Director of Photography: JOHN ARONSON
Production Designer: RUTH AMMON

Edited by: MICHAEL S. MURPHY, A.C.E. 

Unit Production Manager: DANIEL SCHNEIDER

First Assistant Director: TONY GITTELSON
Second Assistant Director: DIANE CALHOUN

Costume Designer: DEBRA McGUIRE
Art Director: MICHAEL BUDGE
Set Decorator: DENA ALLEN
Property Master: ROSS ANDERSON
"A" Camera Operator: NATE GOODMAN
"B" Camera Operator: LOREN YACONELLI
Production Sound Mixer: STEPHEN HALBERT

Costume Supervisor: LAURA GUZIK
Key Makeup Artist: LORI MADRIGAL
Key Hairstylist: VICKY PHILLIPS
Key Grip: CHUCK CRIVER
Chief Lighting Technician: DERRICK KOLUS

Artistic Consultant: TIM SALE
Script Supervisor: VALERIE NORMAN
Production Accountant: LARRY COGAN
Construction Coordinator: DAVE DEGAETANO
Location Manager: ALLEN REID / STEVEN HASSON

Production Coordinator: LISA HACKLER
Transportation Coordinator: BRIAN STEAGALL
Script Coordinator: OLIVER GRIGSBY
Special Makeup Effects: GREG SOLOMAN / GLENN HETRICK
Video Playback Supervisor: MARK MARCUM

Assistant Production Coordinator: ERIC NORMAN
Stunt Coordinator: IAN QUINN
"A’ Camera 1st Assistant: GREG MORRIS
"B" Camera 1st Assistant: SHEREEN SALEH
Special Effects Supervisor: GARY D’AMICO

Post Production Supervisor: DANIEL RODRIGUEZ
Assistant Editor: LOIS BLUMENTHAL
Music Editor: JENNIFER BARAN
Music Supervisor: ALICEN CATRON SCHNEIDER

Sound Supervisor: STEPHEN GRUBBS
Re-Recording Mixers: GERRY LENTZ / RICH WEINGART
Visual Effects Supervisors: MARK KOLPACK
Visual Effects Producer: KIM BOYLE

Assistant to Executive producer: ANDREW CHAMBLISS / TIMM KEPPLER / CHAD DARNELL
Assistant to Co-Executive producers: NICOLE CLAUDRONE / PHERLUIGI COTHRAN
Assistant to Producer: FOZ MCDERMOTT

Promotional Consideration Furnished by: NISSAN NORTH AMERICA / APPLE

(c) 2006 NBC Studios. All Rights Reserved.

Matt est allongé sur une table, dans un laboratoire. Il a un appareil autour de la tête, relié à un ordinateur. En face de lui, le visage de Mr Bennet apparaît. Il lui dit qu’ils ont été obligés de le droguer, pour pouvoir l’étudier. Matt se rend compte qu’il est attaché. Il essaye de lire les pensées de Mr Bennet, et les relevés pris par l’ordinateur changent. Il dit à Matt qu’il ne pourra pas lire ses pensées, pas tant que son associé sera là. L’homme du bar s’avance alors et Mr Bennet s’en va en lui disant de tout effacer. Il pose à sa main sur la tête de Matt.

 

Las Vegas, Nevada. Hiro a laissé plusieurs messages pour prévenir Isaac qu’il va se faire tuer. Mais il ne parle pas Anglais. Ando lui dit qu’il va lui apprendre, puis il part jouer aux machines à sou.

 

Niki et Micah, accompagnés du policier qui les a arrêté, sont dans le même hôtel que Hiro et Ando, à Las Vegas. Niki est conduite à Mlle Sakamoto, l’assistante de Mr Linderman. Elle lui propose un échange: toutes ses dettes seront oubliés si elle accepte de passer la soirée en compagnie d’un homme qui arrive de New York, un politicien qui a demandé de l’aide à Mr Linderman.

 

Un médecin est entrain de pratiquer l’autopsie de Claire. Elle explique que le corps de Claire a été retrouvé nue, et à moitié dissimulé. Puis elle retire le morceau de bois de la tête de Claire, mais ne s’aperçoit pas que la blessure se refaire d’elle-même. Le téléphone sonne et le médecin quitte la pièce. Claire se réveille, referme la peau sur ses côtes, attrape une blouse pour se rhabiller, et se cache derrière une porte au moment où le médecin revient dans la pièce. Claire s’enfuit sans faire de bruit, alors que le médecin se demande où est passé le corps.

 

Isaac est dans son appartement. Il regarde par la fenêtre, puis le dessin de Peter et Simone s’embrassant sous la pluie.

 

Peter se réveille auprès de Simone, dans son lit.

 

La mère de Claire et son frère descendent les escaliers. Mme Bennet appelle Claire, elle ne sait pas qu’elle n’est pas dans sa chambre. Claire rentre discrètement chez elle, toujours enveloppée dans la blouse de la morgue.

 

Nathan Petrelli sort de son bureau. Il discute avec l’un de ses associés à propos de Linderman. Mohinder arrive en courant et lui dit qu’il doit lui parler. Il se présente et lui annonce que sa vie et en danger. Il lui demande s’il connaît un certain Sylar, et s’il a développé récemment d’étranges capacités. Nathan refuse de parler avec lui et il s’en va.

 

Simone se réveille à son tour. Peter est entrain de la regarder. Il lui demande si elle se rappelle du toast qu’elle a porté la veille, à propos de l’amour. Elle le rassure, lui dit qu’elle ne parlait pas de lui. Quelqu’un sonne à la porte de l’appartement. C’est Nathan, qui accuse son frère d’être allé voir le professeur Suresh, mais bien sûr Peter n’y est pour rien. Nathan lui propose de l’argent pour qu’il disparaisse pendant quelque temps, et qu’il fasse ses recherches sur ses pouvoirs de son côté. Peter refuse l’argent et Nathan s’en va. Simone est prête à partir. Elle lui dit qu’elle a beaucoup de travail, qu’elle doit ouvrir une nouvelle galerie, pour vendre les peintures d’Isaac. Elle ajoute qu’elle a besoins de temps avant de commencer une nouvelle histoire.

 

Mme Bennet appelle Claire. Mr Bennet l’appelle à son tour, et Claire descend enfin, et son père remarque que ses pieds sont très sales. Il lui demande si elle est restée dehors toute la nuit. Il lui dit qu’il est déçu par son comportement. Puis il part travailler, et Claire s’assoie dans l’escalier pour pleurer.

 

Mohinder est entrain de compléter sa mappemonde. Eden lui apporte un colis contenant les cendres de son père. Il remet en question le fait d’être venu à New York pour chercher les réponses sur le meurtre de son père. Alors qu’il commence à faire sa valise, quelqu’un frappe à la porte. C’est Peter. Il dit à Mohinder que son père à écrit un livre sur les personnes possédants certaines capacités, et qu’il croit être l’un d’entre eux.

 

A Las Vegas, Ando joue à la roulette. Hiro souhaite partir, mais pas son ami, car il a parié tout leur argent sur cette partie. Hiro se concentre alors et arrête le temps. Il place la bille sur la bonne case et profite de l’occasion pour redresser un verre sur le point de tomber du plateau d’une serveuse, et le temps repart. Ando a gagné grâce à lui. Hiro veut partir, alors il dit à son ami qu’il a déplacé la bille pensant que le temps était arrêté. Il se sent coupable d’avoir triché, mais Ando réussit à le convaincre de recommencer.

 

Niki discute avec son amie Tina de ce qui s’est passé dans le garage, mais Micah arrive à ce moment pour lui demander de jouer au scrabble avec lui. Mais elle ne veut pas et Tina prend sa place. Micah lui demande alors pourquoi elle ne reste pas, et elle lui dit que ce travail là est différent, mais qu’après tout leurs problèmes seront résolus. Il ajoute que ce qu’elle fait dans leur garage, ce n’est que du cinéma, mais pas ce qu’elle s’apprête à faire. Elle se sent mal qu’il ait comprit la situation.

 

Mohinder et Eden sont entrain de discuter à propos de Peter. Il ne sait pas s’il peut vraiment le croire, et elle lui fait comprendre qu’il doit essayer, juste pour être sur. Elle s’en va et les laisse tous les deux. Il leur a parlé du fait qu’il a réussi à voler, et qu’il connaît un artiste qui peut peindre le futur. Mohinder lui dit que c’est son père qui avançait de telles théories, et quand Peter lui demande où il peut le trouver, il lui montre la table, sur laquelle est posée l’urne. Peter est gêné. Mais il insiste. Il veut prouver à Mohinder qu’il peut voler, et pour cela il doit être proche de Nathan. Mohinder est d’accord pour partir, et là Peter se souvient que son frère est à Vegas. Il lui propose alors d’aller voir Isaac.

 

Simone arrive chez Isaac. Il lui dit que les tableaux à vendre sont à coté du mur. Mais elle ne les aime pas, et préfère les plus anciennes. Isaac ironise car celles qu’elle veut sont les tableaux qu’a peint Isaac quand il était drogué. Puis il lui montre le dessin de Simone et Peter entrain de s’embrasser, et elle croit qu’il l’a suivi. Mais il lui dit qu’il l’a dessiné sept semaines plus tôt. Il lui demande si elle est amoureuse de Peter. Elle répond qu’elle ne sait pas, ni pour Peter, ni pour lui. Isaac lui reparle de l’explosion qu’il doit empêcher. Elle s’en va.

 

Claire discute avec Zach, au lycée. Il essaye de la convaincre d’aller dénoncer Brody. Mais elle préfère oublier ce qui s’est passé, et elle prétexte qu’elle n’a aucune marque sur elle et qu’elle va bien, donc personne ne la croira. Jackie arrive à ce moment avec Brody. Claire fait comme si de rien n’était, mais Brody se sent mal et s’en va, sous le regard de la fille qui les avait regardé partir à la fête, Lori. Elle aperçoit ensuite Claire et comprend se qui s’est passé entre elle et Brody.

 

Au Casino, Ando fait une partie de poker. Il fait un signe de la tête à Hiro, qui arrête de le temps pour échanger les cartes de Ando et de son adversaire. Le temps redémarre, et Ando gagne.

Un peu plus loin, Niki est assise au bar. Nathan arrive à ce moment. Elle se lève et renverse son verre sur lui, en faisant passer son geste pour un accident. Ils discutent.

 

Dans le métro, à New York. Peter et Mohinder se rendent chez Isaac. Ils discutent des travaux de Chandra.

 

Isaac regarde la peinture de l’explosion, sur son sol. Il prend une nouvelle toile, se fait une injection, et se met à peindre. Il voit Claire, poursuivit par quelqu’un.

Peter et Mohinder frappent à sa porte, mais Isaac est drogué, il est concentré sur sa peinture uniquement.

 

Lori vient parler à Claire, à propos de Brody. Elle lui demande ce qui s’est passé l’autre soir, mais Claire ne lui dit rien. Lori lui raconte qu’elle est sortie avec Brody une fois, et elle laisse sous entendre qu’il s’est produit la même chose pour elle que pour Claire.

 

Hiro et Ando se sont acheté des smokings très classe, mais Hiro se sent coupable d’avoir triché. Des hommes viennent alors les chercher, et ils les jettent dehors, dans la rue. A ce moment arrive l’homme contre qui Ando a gagné au poker. L’un d’eux frappe Hiro, qui s’effondre inconscient.

 

Dans la suite de Nathan. Niki et lui sont entrain de boire du champagne. Ils font connaissance. Nathan l’embrasse. Elle le repousse, et s’en va. Dans le miroir des portes de l’ascenseur, Niki voit son autre personnalité la regarder. Les portes s’ouvrent, et l’un des hommes de Linderman l’attrape par le cou, et la menace de faire du mal à Micah si elle ne retourne pas dans la suite de Nathan pour finir son travail. L’autre personnalité de Niki se réveille alors, et elle met l’homme à terre. Elle ressort de l’ascenseur, et va sonner chez Nathan. Elle l’embrasse, et ils passent la nuit ensemble.

 

Peter et Mohinder sont de nouveau dans le métro. Peter voudrait retourner chez Isaac le lendemain, mais pas Mohinder. Le temps s’arrête pour tout le monde sauf pour Peter. Il regarde autour de lui, surprit.

 

Isaac se réveille par terre, chez lui. Il regarde les nouveaux tableaux qu’il a peint. L’un d’eux est le portrait de Claire.

 

Claire est assise dans les gradins. Elle attend. Brody vient de terminer son entraînement. Elle lui dit que Jackie est partie sans elle, et lui demande donc s’il peut la raccompagner. Elle demande aussi à conduire. Dans la voiture, elle va à toute vitesse. Brody commence à stresser quand elle grille un feu rouge. Elle lui parle de Lori, et de se qu’il lui a fait. Brody réplique qu’elle ne peut rien faire, mais Claire lâche le volant, appuie sur l’accélérateur, et fonce droit dans un mur.

 

Niki et Nathan sont endormis côte à côte. Mr Bennet les regarde. Son associé est là aussi.

 

Peter est toujours dans le métro. Un homme tout habillé de noir, avec un grand sabre, arrive derrière lui. Il semble bien connaître Peter. On reconnaît Hiro, mais il a changé (il parle très bien l’anglais). Il se présente, et dit à Peter qu’il vient du futur, pour lui délivrer un message.

 

 

 

 

1x04 : Collision

 

[Int. Dans un laboratoire. Jour]

 

VOIX OFF : Parfois, les questions sont plus fortes que les réponses. Comment leur viennent leurs pouvoirs ? Qui sont-ils ? Pourquoi eux, pas d’autres ? Pourquoi paraissent-ils maintenant ? Qu’est-ce que cela signifie ?

 

{Sous-titre : Matt Parkman, Lieu inconnu}

 

(Matt est allongé sur une table, dans un laboratoire. Il a un appareil autour de la tête, relié à un ordinateur. En face de lui, le visage de Mr Bennet apparaît.)

 

MR BENNET : Bonjour.

MATT : Je suis à l’hôpital ? Je suis blessé ?

MR BENNET : Vous n’avez rien.

MATT : J’étais au bar. J’ai bu une bière.

MR BENNET : Nous avons dû vous droguer. Vous m’en voyez désolé.

MATT : Quoi ?

 

(Matt se rend compte qu’il est attaché.)

 

MATT : Qu’est-ce que c’est que ça ?

MR BENNET : Je vous en prie, ne vous agitez pas. Nous voulons voir votre activité cérébrale au repos.

MATT : Laissez-moi sortir.

MR BENNET : Du calme ! On se détend.

MATT : Vous êtes du FBI, hein ? De la CIA ?

MR BENNET : Je ne fais parti d’aucune organisation à initiales.

MATT : Je sais pas pour qui vous vous prenez, vous vous gourez forcément. Le mec que vous voulez, c’est pas moi. Je suis personne. Je suis pas important.

MR BENNET : Non, là, c’est vous qui vous trompez. Vous êtes quelqu’un d’exceptionnel.

MATT : Et vous, vous êtes qui ?

 

(Il essaye de lire les pensées de Mr Bennet, et les relevés pris par l’ordinateur changent.)

 

MR BENNET : On essaie de lire dans mes pensées ? Pas quand mon ami est là. Il est exceptionnel, lui aussi.

 

(L’homme du bar s’avance alors et Mr Bennet s’en va.)

 

MATT : Je suis pas… Je travaille dans la police. Je suis flic, je vous préviens.

MR BENNET : Ce que vous voyez aujourd’hui, vous l’aurez oublié demain.

 

(Il pose à sa main sur la tête de Matt. Il commence à partir, et les appareils autour de Matt commencent à changer.)

 

MATT : Qui est Claire ?

MR BENNET : Vous êtes plus avancé qu’on ne le pensait. N’hésite pas. Fais le grand ménage.

MATT : Qu’est-ce que ça veut dire ? Fais le grand ménage ?

 

(L’homme du bar s’approche de lui. Il embrasse l’amulette qu’il porte autour du cou et pose sa main sur le visage de Matt. Celui-ci se met à crier.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Dans un casino. Las Vegas. Jour]

 

{Sous-titre : Hiro & Ando, Las Vegas, Nevada}

 

ANDO (sous-titré) : As-tu contacté l’écrivain de la bande dessinée ?

HIRO (sous-titré) : J’ai laissé des messages. En japonais. J’ai besoin d’apprendre comment on dit « Vous allez mourir dans 5 semaines, et ensuite, New York va exploser » en anglais.

 

(Il ouvre son dictionnaire anglais/japonais et commence à chercher la traduction.)

 

ANDO : Vous allez mourir dans 5 semaines et ensuite, New York va exploser.

ANDO (sous-titré) : Je vais t’enseigner comment le dire phonétiquement.

 

(Il prend le livre des mains de Hiro. Puis, une musique retentit. C’est celle qui passe quand on gagne le jackpot. Ando se retourne alors, et voit des filles criant de joie.)

 

ANDO (sous-titré) : Allez, viens. Je me sens chanceux.

 

(Ando se dirige vers les machines à sous. Hiro le regarde partir, avant de le suivre.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Dans le même casino. Las Vegas. Jour]

 

{Sous-titre : Niki & Micah Sanders]

 

(Niki et Micah marchent tout en se donnant la main, suivi d’un policier qui les escorte. Ils croisent Hiro.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Dans un bureau à l’étage du casino. Las Vegas. Jour]

 

(Niki, Micah et le policier entre dans le bureau où une femme les attend.)

 

MLLE SAKAMOTO: Je crois qu’il vaudrait mieux que Micah vous attende dehors.

 

(Niki se baisse et ils posent leur tête l’une contre l’autre. Un des gardes emmène Micah à l’extérieur de la pièce.)

 

MLLE SAKAMOTO : Mr Linderman est prêt à oublier votre dette, en échange d’un service.

NIKI : Ah oui ? Quel genre de service ?

MLLE SAKAMOTO : Il y a un homme qui va venir de New York, cet après-midi. Un politicien qui réclame le soutien financier de Mr Linderman. Nous aurions besoin d’une sorte d’assurance sur notre investissement.

NIKI : Et, vous comptez sur moi pour…

 

(Les deux femmes se regardent. Mlle Sakamoto fait comprendre à Niki que c’est ce qu’elle et Mr Linderman veulent.)

 

NIKI : Je suis pas une pute.

MLLE SAKAMOTO : C’est à nous de déterminer ce que vous êtes.

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Titre : Chapitre 4 : Collision]

 

[Int. Morgue du Texas. Nuit]

 

(Claire est sur la table d’autopsie. Le médecin coupe la peau de son cou au bas du ventre, verticalement.)

 

MEDECIN : Jeune fille inconnue.

 

{Sous-titre : Claire Bennet, Odessa, Texas}

 

MEDECIN : Environ 16 ans. Remontée de Red River Creek vers 4h du matin. On l’a traîné jusque là vraisemblablement pour dissimuler le corps. Elle ne portait pas de vêtement. Blessures secondaires de caractères post-mortem.

 

(Le médecin légiste retire le morceau de bois de son crâne).

 

MEDECIN : La base du crâne a été transpercée par une branche d’arbre.

 

(Le trou dans le crâne de Claire se reforme. Le médecin met la branche dans un seau.)

 

MEDECIN : Elle semble avoir été victime d’un homicide, peut-être involontaire.

 

(Tout à coup, le téléphone sonne. Le médecin enlève ses gants et va décrocher. Claire se met alors à respirer et à tousser. Elle relève la tête et voit son ventre ouvert. Elle entend le médecin parler au téléphone. Elle met les parties de sa peau ensemble, et celles-ci se reconstituent. Elle se relève.)

 

MEDECIN (au téléphone) : Qu’est-ce qui t’arrive ? T’as essayé de compter les moutons ? Il paraît que ça marche. Avoue que tu voulais vérifier que j’étais bien au travail. Tu es jaloux comme un tigre.

CLAIRE : Des vêtements.

MEDECIN (au téléphone) : Mais, j’ai encore du pain sur la planche, si j’ose dire. Moi aussi, je t’aime. Oui, je t’embrasse.

 

(Claire enfile une blouse de médecin. Elle entend le médecin raccrocher et se cache derrière la porte. Le médecin arrive et voit la table sans corps. Elle regarde et touche la couverture, étonnée. Claire en profite pour sortir de la pièce en claquant la porte. Le médecin l’entend et se retourne.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Loft de Isaac. Manhattan. NY. Jour]

 

{Sous-titre : Isaac Mendez, Manhattan, Quartier Sud}

 

(Isaac est assis sur le rebord de la fenêtre et regarde le coucher de soleil. Il se retourne et regarde le dessin qu’il a fait de Simone et Peter s’embrassant sous la pluie.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Appartement de Peter. NY. Jour]

 

(Peter se réveille aux côtés de Simone.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Dans un casino. Las Vegas. Nevada. Jour]

 

(Hiro et Ando sont à l’entrée du casino. Ando sourit et entre dans le casino où tout le monde joue déjà.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Chez les Bennet. Odessa. Texas. Jour.]

 

(Lyle descend les escaliers, suivi de sa mère et de Mr Muggles. Claire arrive, en blouse. Elle ouvre la porte et la referme discrètement.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Ext. QG de campagne de Nathan. Manhattan. NY. Jour]

 

(Nathan et son assistant sortent du QG de campagne de Nathan.)

 

ASSISTANT : Depuis ton discours d’hier, on est remonté de 3 points dans les sondages. On devrait laisser faire les choses avant d’aller fricoter avec Linderman.

NATHAN : Je n’ai pas peur de Linderman. Ce n’est pas parce qu’il contrôlait mon père, qu’il me contrôle moi.

ASSISTANT : Je ne sais pas ce que tu mijotes, mais, moi ça me rend nerveux.

NATHAN : C’est ton boulot d’être nerveux. Le mien, c’est d’être élu. Pour avoir une chance de récupérer les 5 points qui me manquent pour pouvoir rester dans la course, il me faut ces 2 millions.

 

(Alors que Nathan ouvre la porte de sa voiture, Mohinder arrive.)

 

MOHINDER : Mr Petrelli ! Excusez-moi, Mr Petrelli. Il faut que je vous parle, c’est urgent.

 

(Un garde se met entre Mohinder et Nathan.)

 

NATHAN : Essayez de savoir qui c’est. Votez pour moi !

 

(Nathan lui fait un signe, puis rentre dans sa voiture.)

 

GARDE : Je suis désolé, mais…

MOHINDER : Attendez, votre vie est peut-être en danger !

 

(Nathan se relève et sort de la voiture.)

 

GARDE : Reculez.

MOHINDER : Je pense que quelqu’un veut s’en prendre à vous.

NATHAN : Vous pourriez vous montrer plus précis ? J’ai 12% d’électeurs qui sont contre moi.

MOHINDER : Quelqu’un qui s’appelle Sylar, ça vous dit quelque chose ?

NATHAN : Je n’ai pas entendu votre nom.

MOHINDER : Suresh. Je suis le docteur Suresh.

NATHAN : Débarrasse-t-en.

 

(Nathan entre dans la voiture et ferme la portière.)

 

ASSISTANT : Monsieur, dites-moi de quoi voulez-vous parler ?

MOHINDER : Avez-vous remarqué des changements psychologiques chez vous ? Peut-être des choses qui ne vous paraissent pas normal.

 

(Dans la voiture, Nathan écoute ce que dit Mohinder.)

 

MOHINDER : Une aptitude que vous n’aviez pas avant. Télépathie. Régénération spontanée. Je vous en prie, il est vraiment important que vous m’écoutiez.

 

(Sa fenêtre ouverte, Nathan s’adresse à son assistant.)

 

NATHAN : Ne le perd pas de vue. Je ne veux pas que ce cinglé me suive jusqu’à Las Vegas.

ASSISTANT : Fais bon voyage. T’inquiète pas. Je m’occupe de tout.

NATHAN : Merci.

 

(Nathan ferme sa fenêtre.)

 

ASSISTANT : Dégagez, je veux plus le voir traîner ici.

 

(Derrière lui, un homme passe se parlant à lui-même.)

 

HOMME : Tout le monde croit que je suis tombé sur la tête. Mais je suis pas zinzin. Ils sont tous autour de nous. On le sait pas et ils sont là. Il faut les écouter.

 

(Le garde laisse Mohinder s’en aller.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Appartement de Peter. NY. Jour]

 

{Sous-titre : Peter Petrelli & Simone Deveaux, Lower East Side, Manhattan}

 

(Peter caresse le dos de Simone. Celle-ci se réveille et sourit à Peter. Il lui rend son sourire.)

 

PETER : Hier soir...

SIMONE : Mmm
PETER : ... Avant qu’on se soit embrassés. Tu as porté un toast.
SIMONE : Oui, à l’amour. Pour que nous puissions toujours l’éviter quand il nous ait néfaste.
PETER : Je me demandais si c’était…
SIMONE : Non, je disais pas ça pour toi. De toute évidence.
PETER : Je sais. Mais, pour ce qui est de toi et Isaac…

 

(La sonnette retentit. Peter embrasse Simone. La sonnette retentit à nouveau.)

 

PETER : Y’a du café dans la cuisine.

 

(Peter sort du lit tandis que Simone touche ses lèvres. Ça sonne à nouveau. Peter se passe un tee-shirt, regarde dans le judas et ouvre la porte.)

 

NATHAN : Peut-être que toi ça t’amuse, moi non.

 

(Peter regarde son appartement et suis Nathan dans le couloir, tout en fermant la porte.)

 

NATHAN : Ton copain Suresh. Il s’est pointé ce matin à mon QG de campagne pour me parler de trucs déments. Comme de télépathie. Ou bien encore de régénération spontané.

PETER : Chandra Suresh.

NATHAN : Oui.

PETER : Et comment il t’a trouvé ?

 

(Nathan donne le livre à Peter.)

 

NATHAN : Ça, c’est à toi de me le dire.

PETER : Tu crois que c’est moi qui l’ai appelé ?

NATHAN : Te fous pas de moi. J’ai assez d’adversaires qui s’en chargent.

SIMONE : Tes tasses, elles sont où ?

 

(Nathan ouvre la porte et voit Simone, vêtue d’un tee-shirt de Peter, cherchant les tasses.)

 

PETER : Elles sont… Elles sont dans un des placards. Celui avec la tache d’eau qui ressemble à Abraham Lincoln.

SIMONE : D’accord.

 

(Peter ferme la porte et Nathan sort une enveloppe de sa veste.)

 

NATHAN : Bon. Tiens, voilà de l’argent. Prends-le. Si tu veux des réponses, vas-y. C’est moi qui paie. Tu risques de me porter préjudice en restant près de moi, alors prends le large.

 

(Peter lui rend l’enveloppe. Il rentre dans son appartement, laissant Nathan dans le couloir. Il s’en va alors.)

 

SIMONE : Excuse-moi. Je prépare une nouvelle expo à la galerie. J’ai un boulot monstrueux qui m’attend.

PETER : Les œuvres d’Isaac seront exposées ?

SIMONE : Oui. C’est ça que je présente. Tout son travail délirant sur « Je suis capable de peindre le futur ».

PETER : Et, si c’était vrai ? Qu’il peut réellement le peindre. On voit des choses étranges.

SIMONE : Oui, en particulier dans son état.

 

(Simone lui rend la tasse.)

 

PETER : Non, non. Garde-la. Tu me la rapporteras ce soir.

SIMONE : Peter… C’est trop tôt pour savoir ce qu’il y a entre nous. Je sors de deux ans d’une relation amoureuse très forte et destructrice. Et voilà que je tombe dans l’homme qui s’occupait de mon père qui est mourant. Y’a de quoi être paumée.

PETER : Oui. Je veux pas être la roue de secours.

SIMONE : Certainement pas. Je crois que j’ai besoin de reprendre un peu mon souffle avant de replonger.

PETER : D’accord.

 

(Ils s’embrassent.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Chez les Bennet. Odessa. Texas. Jour]

 

MME BENNET : Claire ! Le petit déjeuner est servi ! Tu veux bien demander à ta fille de sortir ses fesses de son lit s'il te plaît.

 

(Mr Bennet descend les escaliers et commence à appeler sa fille en criant.)

 

MR BENNET : Claire ! Sors tes fesses du lit s'il te plaît. Claire !

 

(La porte de sa chambre se ferme et Claire descend les escaliers.)

 

CLAIRE : Je suis pas sourde, ça va.

MR BENNET : Ta mère a fait des gaufres.

 

(Il regarde ses pieds sales.)

 

MR BENNET : Tu as passé la nuit dehors ?
CLAIRE : Non.

MR BENNET : Tu étais avec le quarterback ?

CLAIRE : Oui. Oui, on était toute une bande. Excuse-moi, j’aurais pas dû.

MME BENNET : Chéri, tu vas rater ton avion.

MR BENNET : Je pars dans une seconde. Tu me déçois beaucoup.

CLAIRE : On a rien fait de mal. On a seulement joué au poker. Je suis désolée.

MR BENNET : Je t’aime, mon ange. Tout ce que je veux, c’est que tu sois honnête avec moi. Tu peux tout me dire. Tu le sais ?

CLAIRE : Oui, je le sais. Moi aussi, je t’aime. Viens là.

 

(Il la prend dans ses bras et l’embrasse sur la tête.)

 

MR BENNET : Mais tu ne t’en tiras pas aussi facilement avec ton escapade nocturne. Je te promets qu’on en reparlera à mon retour.

 

(Claire fait un sourire. Mr Bennet descend et s’en va, fermant la porte au passage. Claire s’assoit sur les escaliers. Lyle arrive et la regarde.)

 

CLAIRE : Qu’est-ce qu’y a ?

LYLE : Maman veut que tu viennes. Les gaufres sont prêtes.

CLAIRE : C’est bon. Dis-lui que j’arrive.

 

(Lyle reste là et continue à la regarder.)

 

MME BENNET : Claire ! Viens manger les gaufres.

 

(Lyle s’en va et Claire se met à pleurer.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Appartement de Mohinder. NY. Jour]

 

{Sous-titre : Mohinder Suresh, Brooklyn, New York}

 

(Mohinder complète sa mappemonde.)

 

MOHINDER : Quel idiot ! Jamais je me suis senti aussi humilié de toute ma vie.

 

(La porte s’ouvre et Eden entre, portant une boîte.)

 

EDEN : Tu pensais qu’il t’inviterait à prendre le thé ? Ah, c’est arrivé en ton absence.

 

(Mohinder ouvre le carton et en sort une urne.)

 

MOHINDER : Les cendres de mon père. Je n’ai pas pleuré une seule fois depuis l’annonce de sa mort. Même quand je l’ai vu à la morgue. Ils m’ont montré trois inconnus avant de trouver son corps. Mon père avait été mal rangé.

EDEN : Je suis vraiment navrée.

MOHINDER : Alors, qu’est-ce que j’essaie de me prouver ? Qu’en étudiant sa carte, ses théories abracadabrantes, ou même l’histoire de Sylar, je pourrais réveiller une relation père fils qui était morte depuis longtemps. Je n’ai pas la moindre raison d’être ici.

 

(Mohinder pose l’urne sur la table et se lève pour aller dans la chambre.)

 

EDEN : Tu renonces déjà ?

 

(Il attrape quelques vêtements, ainsi que son sac. Il les pose sur son lit.)

 

MOHINDER : Oui, je rentre chez moi. A Madras. Je vais disperser ses cendres et reprendre le cours de ma vie, plutôt que d’essayer de vivre la sienne.

 

(Quelqu’un sonne à la porte. Eden et Mohinder regardent la porte.)

 

PETER : Je cherche Chandra Suresh.

EDEN : Désolé, Sandra Suresh ne vit plus ici.

PETER : Les gens du bureau du candidat Petrelli m’ont donné cette adresse. En disant qu’il était passé là-bas ce matin.

 

(Mohinder ouvre la porte.)

 

PETER : Vous êtes Chandra Suresh ?

MOHINDER : Non, c’était mon père.

PETER : Votre père a écrit un bouquin qui parle de gens qui ont des aptitudes particulières. Et, je crois qu’il est possible que j’en fasse parti.

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Casino. Las Vegas. Nevada. Jour]

 

(La roulette tourne. Ando, assis au bout de la table, regarde la bille blanche attentivement. Hiro le rejoint.)

 

HIRO (sous-titré) : Ça suffit. Allons-y…

 

(Hiro s’assoit sur la chaise vide à côté de Ando.)

 

ANDO (sous-titré) : …Vas-t-en. Tu me déconcentres.
HIRO
(sous-titré) : Où sont tes jetons ?
ANDO
(sous-titré) : Sur le 26 noir.

(On voit alors un jeton rouge sur le 26 noir.)

 

HIRO (sous-titré) : C’est tout ? C’est tout ce qui reste de notre argent ? Qu’est-il arrivé ?
ANDO
(sous-titré) : Chut ! J’ai besoin de me concentrer !
HIRO
(sous-titré) : Retire ça ! Retire ça maintenant !

 

(Hiro tente de récupérer le jeton, mais la croupière lui tape la main.)

 

CROUPIERE : Les jeux sont fait, monsieur. On ne touche pas à la mise.

ANDO (sous-titré) : Je n’ai pas perdu. Le 26 va gagner. Tu vas voir.

 

(Hiro regarde tristement le jeton sur la table. Puis, il regarde la bille blanche sur la roulette qui tourne. Hiro ferme ses yeux et se concentre. Quand il ouvre les yeux, le temps a été complètement stoppé. Hiro joint ses mains pour remercier le seigneur et se lève. Il attrape la bille et la met sur le 26 noir. Il regarde autour de lui et s’avance vers une serveuse qui s’apprêtait à renverser son verre. Il remet le verre droit. Il prend une des olives et la mange. Il retourne s’asseoir à côté d’Ando et refait aller le temps. La serveuse remarque qu’il manque une olive.)

 

CROUPIERE : 26 noir perd et face.

ANDO (sous-titré) : J’ai gagné ! J’ai gagné ! Tu as vu ? J’ai gagné !

HIRO (sous-titré) : D’accord. Allons-y maintenant.

 

(Hiro se lève pour partir. La croupière donne à Ando une pile de jetons.)

 

ANDO : Merci. (Sous-titré) Maintenant ? Tu rigoles ! Je suis chanceux !

 

(Hiro se rassoit.)

 

HIRO (sous-titré) : Non, tu ne l’es pas.

ANDO (sous-titré) : Mais je viens juste de gagner. Beaucoup d’argent.

HIRO (sous-titré) : J’ai fait ça. J’ai arrêté le temps et déplacé la bille. Tu as gagné grâce à moi.

 

(Ando est surpris.)

 

HIRO (sous-titré) : C’est horrible. Je suis une horrible personne. Mais c’était nos derniers dollars.

ANDO (sous-titré) : Tu es un génie. Fais-le à nouveau !

HIRO (sous-titré) : Non ! C’est de la triche.

ANDO (sous-titré) : Est-ce que Peter Parker triche… quand il vend des photos de Spider Man ?

HIRO (sous-titré) : Non.

ANDO (sous-titré) : Tous les héros ont un système. Celui-ci, c’est notre système.

HIRO : Lancez roulette !

 

(Ando retourne à ses jetons.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Maison de Niki et Micah. Las Vegas. Nevada. Jour]

 

(Tina regarde Niki se mettre du crayon sur les lèvres.)

 

TINA : Alors… Quand tu te regardes dans le miroir, tu vois toujours ton reflet sauf que c’est pas toi ?

NIKI : Non.

TINA : C’est rien, je connais. Ça s’appelle le coup de vieux. Un peu de botox nous fera pas de mal.

NIKI : J’ai comme des trous noirs.

 

(Tina secoue la tête, déçue.)

 

NIKI : Et quand je reviens à moi, là, rien… Rien n’est comme avant.

 

(Tina ferme la porte.)

 

TINA : Comme la fois où t’as trouvé les deux gangsters morts en te réveillant dans ton garage ?

NIKI : Oh, euh.

TINA : Si tu crois que t’y es pour quelque chose…

NIKI : Un des corps était carrément coupé en deux.

TINA : Tu vois ? Ça peut pas être toi. Comment t’aurais pu ?

NIKI : Et si jamais c’était moi ? Je fais sans arrêt des rêves horribles. T’as pas idée combien ils sont violents, où je me vois moi en train de massacrer des gens. Sauf que c’est pas moi. C’est comme quelqu’un d’autre… qui est en moi… à côté de moi.

TINA : Tu sais ce que je crois ?

NIKI : Quoi ?

TINA : Je crois que tu as assisté malgré toi à une scène tellement horrible que ça t’a fait péter un plomb. C’est ce qui s’est passé dans ton garage.

 

(Micah tape à la porte et entre.)

 

MICAH : Maman ? On fait une partie de Scrabble ?

NIKI : Oh, j’aimerais beaucoup. J’aimerais beaucoup seulement là, je peux pas.

MICAH : On devait jouer, maman.

NIKI : Oui, je sais. Excuse-moi, chéri. T’as qu’à demander à Tina ? Elle lit plein de romans d’amour. Je parie qu’elle a un excellent vocabulaire.

 

(Tina rit.)

 

TINA : Et c’est vrai, en plus, que j’ai un excellent vocabulaire. Quand n’a pas d’amour, on se rattrape sur les romans. Je vais jouer avec toi, et j’ai bien l’intention de te battre. Compte sur moi.

 

(Tina quitte la salle de bains.)

 

MICAH : Pourquoi tu ne travailles plus à la maison, comme avant ?

NIKI : Parce que là, c’est un travail différent.

MICAH : T’es plus comme avant.

NIKI : Oui, je sais. C’est vrai. Approche.

 

(Micah s’assoit à côté de Niki.)

 

NIKI : Je te demande pardon. T’avais pas à endurer tout ça. Mais, tu t’es conduit comme un vrai petit soldat. T'inquiète pas. Je contrôle la situation, maintenant. J’ai… cette petite chose que je dois faire. Et ensuite, tous nos problèmes seront réglés. Après, je ne te lâcherai plus d’une semelle.

 

(Niki rit et pose sa tête sur l’épaule de Micah.)

 

MICAH : C’était moins dangereux la vidéo sur internet.

NIKI : Quoi ?

MICAH : Quand tu prenais des poses devant la caméra. Dans le garage. C’était un jeu d’actrice. C’était pas pour de vrai. Et là, c’est plus pareil.

 

(La porte sonne et Micah se lève, laissant Niki pensive.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Appartement de Mohinder. NY. Jour]

 

(Mohinder et Eden sont dans l’entrée à chuchoter à propos de Peter.)

 

EDEN : Il n’y a pas 36 possibilités. Soit il nous raconte des histoires, soit c’est l’un d’entre eux.

MOHINDER : Pour l’instant, il dit qu’il ne peut rien faire. Ce n’est pas l’un d’entre eux.

EDEN : Et ça te dit rien de suivre la fumée, pour voir d’où vient le feu ?

 

(Eden et Mohinder rejoignent Peter, qui attend.)

 

EDEN : J’ai été enchantée de faire votre connaissance. C’est… Bonne chance avec votre expérience de haut vol.

PETER : Merci.

 

(Eden s’en va et Mohinder s’installe sur une chaise.)

 

MOHINDER : Donc… Quand vous êtes en présence de votre frère, vous pouvez voler, et quand vous êtes avec le peintre…

PETER : Isaac. Oui, euh… On s’est rencontrés qu’une fois, mais après j’ai… J’ai réussi à peindre le futur.

MOHINDER : Mais ses dons ont disparus.

PETER : Peut-être que j’ai ce genre de pouvoir quand je me retrouve auprès des personnes qui… qui ont ces pouvoirs. Ça vous semble aussi débile qu’à moi, hein ?

MOHINDER : C’est une discussion qu’il aurait fallu avoir mon père. C’était ses recherches, pas les miennes.

PETER : Où est-il ? Est-ce qu’on peut le joindre quelque part ?

MOHINDER : Il est sur la table.

 

(Peter se tourne et voit l’urne, derrière Mohinder.)

 

PETER : Oh, pardon. Pardon. Mais vous, vous pensez que c’est possible, n’est-ce pas ? Forcément, vous êtes passé voir mon frère ce matin. Et si je vous prouvai que j’ai raison ?
MOHINDER
 : D’accord, prouvez-le.

 

(Peter se lève.)

 

PETER : On va aller voir Nathan. Quand je suis près de lui, je peux voler. Ça s’est produit deux fois.

MOHINDER : Bien. Allons voir votre frère.

 

(Peter se souvient alors de quelque chose et se tape la tête.)

 

PETER : Merde. Il est… à Las Vegas.

MOHINDER : Evidemment.

PETER : Il reste Isaac. Mais, par rapport à lui, je suis dans une situation assez compliqué.

MOHINDER : Et pour quelles raisons ?

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Studio de Isaac. NY. Jour]

 

(Simone arrive. Elle cherche Isaac et le trouve, assis à une table.)

 

SIMONE : Isaac ?

ISAAC : Les toiles sont près de la porte.

 

(Simone pose son sac à terre et regarde les peintures.)

 

SIMONE : Je voulais t’acheter les nouvelles pièces.

ISAAC : Non, j’en ai besoin.

SIMONE : Parce qu’elles te disent ce qu’il va se passer dans l’avenir ?

ISAAC : Combien tu me donnes pour les anciennes ?

SIMONE : Très franchement, je suis pas vraiment sûre d’en vouloir.

ISAAC : Donc, tu t’intéresses à ce que je peints uniquement quand je suis défoncé. Non, non, non. C’est bon à savoir. Tu m’accorderais pas une avance ?

SIMONE : Ça dépend comment tu comptes la dépenser.

ISAAC : J’ai besoin de matériel.

SIMONE : Te connaissant, il ne doit pas s’agir de peinture et de toiles.

 

(Isaac retourne à la table.)

 

ISAAC : Il pleuvait hier soir. Qu’est-ce que tu faisais, Simone ? Sous la pluie ?

 

(Il lui montre le dessin d’elle et Peter s’embrassant sous un parapluie rouge.)

 

SIMONE : Depuis quand tu me suis ?

ISAAC : J’ai fait ce dessin il y a à peu près deux mois. Lui, je l’ai peint ici et là bien avant de l’avoir rencontré.

 

(Il lui montre la toile où Peter vole. Il ouvre à nouveau son cahier de brouillon, qu’il pose sur la table.)

 

ISAAC : Est-ce que tu l’aimes ? Ouais, tu l’aimes.

SIMONE : Je ne sais pas si j’aime cet homme. Et avec toi, je ne sais plus où j’en suis.

ISAAC : Et voilà, on est là à se demander ce qu’on éprouve l’un pour l’autre et cette ville va bientôt faire…

 

(Il imite le bruit d’une explosion.)

 

ISAAC : Sauf si je l’empêche.

SIMONE : Tu crois qu’en te droguant, tu peux sauver le monde ?

ISAAC : Oui, je vais sauver le monde.

 

(Simone s’éloigne de lui. Isaac regarde ses toiles et sourit.)

 

ISAAC : Je vais devenir un héros.

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Union Wells High School. Odessa. Texas. Jour]

 

CLAIRE : Ecoute Zach. Il faut en parler à personne. Je vais bien. Ce qui est arrivé, c’était un accident.

ZACH : Il t’a violée et tuée. Qu’est-ce qu’il y a d’accidentel là dedans ?

CLAIRE : Il est pas allé jusqu’au bout.

ZACH : Arrête. Il est pas allé jusqu’au bout uniquement parce qu’il t’a tuée avant.

CLAIRE : L’important, c’est que je sois en vie.

ZACH : T’étais nettement moins vivante sur la table d’autopsie.

CLAIRE : Chuttttt !

ZACH : T’as dit que t’avais un gros trou dans la tête. Alors, peut-être qu’en t’enlevant ce que t’avais d’enfoncer dans ton crâne, c’est ça qui t’a reconnecté.

CLAIRE : Je suis pas un ordinateur.

ZACH : Oh, non. T’es mademoiselle miracle.

CLAIRE : M’appelle plus jamais comme ça.

ZACH : Faut dire ce qui s’est passé avec Brody.

CLAIRE : Non, je dirais rien du tout. De toute façon, si j’allais le raconter, personne ne me croirait. J’ai pas la moindre égratignure.

ZACH : Mais, tu sais ce qui s’est passé. Et lui aussi, il le sait.

CLAIRE : Non, il était saoul et je suis vivante. Il ira pas chercher plus loin.

 

(Claire ferme la porte de son casier. Jackie et Brody arrivent.)

 

JACKIE : Claire ! Où t’étais passée hier soir ?

 

(Brody regarde Claire, effrayé.)

 

CLAIRE : J’espérais que tu pourrais me le dire. J’avais un peu trop bu, je crois.

BRODY : Euh… Excuse-moi. Je dois… Je dois aller aux toilettes.

 

(Brody s’en va, croisant Lori Trammel qui remarque qu’il part.)

 

JACKIE : Il doit avoir une vessie de la taille d’un petit pois. Il en vient.

 

(Brody tourne au coin et s’arrête pour poser la tête sur les casiers. Il prend l’air. Lori le voit et son regard se tourne vers Claire et Zach, qu’elle se met à regarder.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Casino. Las Vegas. Nevada. Jour]

 

(Ando et un homme avec un chapeau, tel un cow-boy, jouent au poker. Le cow-boy a trois as, une dame et un roi. Ando a, quant à lui, une paire de dames, un sept, un trois et un deux. Hiro est assis derrière. Ando lui fait digne et Hiro se met à fermer les yeux pour se concentrer. Tout à coup, Ando regarde une main pleine, trois as et deux dames. Ando cherche Hiro à sa droite, alors qu’il est à sa gauche et lui sourit. Ando pose ses cartes sur la table.)

 

ANDO : Full aux as. J’ai encore gagné !

 

(Les gens assis autour de la table applaudissent. Le cow-boy regarde ses cartes, qui sont maintenant nulles. Le croupier passe les jetons à Ando.)

 

ANDO : Merci.

 

(Ando se tourne vers Hiro et lui tape dans la main. Le cow-boy les regarde.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Casino. Las Vegas. Nevada. Jour]

(Niki, assise à un bar boit un verre. Derrière elle, Nathan marche avec son assistant.)


ASSISTANT : T’as rendez-vous demain à 11h avec Mlle Sakamoto.

NATHAN : Pas Linderman ?

ASSISTANT : Paraît-il qu’il est, je cite, « fort occupé par ailleurs ».

NATHAN : “Occupé”. Non mais, pour qui il se prend ? Te laisse pas avoir par Sakamoto. Je veux qu’il soit là.

ASSISTANT : Entendu.


(Nathan se tourne et bouscule Niki, qui renverse presque son verre sur elle.)


NIKI : Oh, pardon. Je suis désolée. Veuillez m’excuser.

NATHAN : C’est ma faute. Est-ce que ça va ?

NIKI : Oui. Oh, tant pis pour… Céline Dion.


(Elle sort le ticket de son verre.)


NATHAN : Une seule place ?

NIKI : Oui. Je suis venue à Vegas pour une conférence, et… Et comme je n’apprécie pas vraiment mes collègues…

NATHAN : Si je comprends bien, vous voyagez seule ?


(Niki soupire et ils partagent un sourire.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Métro. NY. Jour]

 

PETER : On s’est pas vu plus d’une fois, mais je… Je pense que ce serait mieux que j’entame la discussion, parce qu’il est… Il est accro à l’héroïne.
MOHINDER : Il est accro à l’héroïne ? Vous auriez pu me le dire.
PETER : Attendez de le rencontrer. Laissez un peu de côté votre scepticisme.
MOHINDER : Le doute est le point de départ de toute la pensée scientifique.
PETER : Votre père avait dépassé ce stade. C’était un libre penseur, à priori. Ça se respecte.
MOHINDER : J’ai fait plus que le respecter. J’ai cru ses théories. Il le fallait bien, j’étais son fils.
PETER : C’est pas la seule chose qui vous pousse à suivre.
MOHINDER : Regardez ce qui se passe sur la planète. La surpopulation, le réchauffement climatique, la famine, le terrorisme. Tout le monde sent bien qu’il y a un malaise général. Enfant, mon père me rappelait souvent comment, comment des espèces entières pouvaient s’éteindre, alors que d’autres, par exemple, pas plus développées, allaient au contraire s’adapter de manière extraordinaire. Il avait une vision romantique de l’évolution.
PETER : Et, ce n’est pas la votre ? Vous êtes tous les deux généticiens.
MOHINDER : Ça aussi, c’est l’évolution. Nous ne sommes qu’une nouvelle version de l’ancien modèle.
PETER : Oui. Nous sommes de pâles copies de nos pères.

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Appartement d’Isaac. NY. Jour]

 

(Isaac prend un tableau vierge et le fixe. Il le regarde et amène sa palette de peinture et ses pinceaux devant le tableau. Il met du bleu sur sa palette. Il prend sa drogue et la pose sur une table où il pousse les affaires qui sont dessus. Il sort une seringue et regarde le tableau vierge. Il se l’injecte alors. La drogue prend peu à peu le contrôle et il tombe sur le sol. La caméra zoom sur ses yeux.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Ext. Toit en face de l’amphithéâtre. Texas. Odessa. Nuit]

 

(Isaac est sur le toit d’un immeuble et regarde autour de lui. Tout à coup, il entend crier et se retourne. Il aperçoit une bannière « Homecoming ». Une cheerleader blonde apparaît alors en criant et en courant. Elle monte les marches de l’amphithéâtre et tombe. Isaac regarde la scène du toit. Une énorme ombre apparaît et Isaac met son doigt vers la fille dont la scène redevient le tableau. Isaac peint quand Peter appelle du couloir.)

 

PETER : Isaac ?

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Couloir devant l’appartement d’Isaac. NY. Jour]

 

PETER : Isaac. Je suis Peter Petrelli. Je suis un ami de Simone.

 

(A l’intérieur, Isaac peint. Peter tape à la porte.)

 

PETER : Isaac ?

 

(Peter continue de taper à la porte.)

 

PETER : Isaac ?

 

(Les yeux de Isaac sont blancs et le cercle au milieu est bleu clair, transparent.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Union Wells High School. Odessa. Texas. Jour]

 

(Claire ferme la porte de son casier. Lori l’attend, appuyée contre les casiers.)

 

CLAIRE : Salut Lori.

LORI : Salut. Je vous ai vu avec Brody Mitchum, quand tu es partie avec lui.

CLAIRE : Et alors ?

LORI : Alors, qu’est-ce qu’il s’est passé ?

CLAIRE : Rien. Il s’est rien passé.

LORI : Un jour, Brody m’a raccompagné et, à moi non plus, il m’est rien arrivé.

 

(Lori regarde Brody qui tente d’embrasser une autre fille, pas intéressée. Cela paraît clair pour Claire qu’il n’est pas prêt d’arrêter. Lori regarde Claire qui fixe Brody.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Casino. Las Vegas. Nevada. Nuit]

 

(Hiro et Ando prennent les escalators, vêtus de nouveaux costumes qui paraissent chers.)

 

HIRO (sous-titré) : Tout ceci est mal. On aurait pas dû utiliser mes pouvoirs… A des fins personnels. Nous sommes censés sauver le monde.

ANDO (sous-titré) : Nous le sauverons. Mais, il n’y a aucune loi qui est contre le fait qu’on soit bien, n’est-ce pas ? Tu as dit que tu voulais un costume. Maintenant, tu en as un.

 

(Trois hommes, vêtus de noir, bloquent les escalators. Hiro leur fait signe de la main, mais Ando semble inquiet.)

 

ANDO : Hiro…

 

(Ando se retourne et commence à monter les marches à l’envers mais un des hommes le rattrape. Ils attrapent Hiro et Ando et les emmènent.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Sortie du casino. Las Vegas. Nevada. Nuit]

 

(La porte s’ouvre. Les hommes jettent Hiro, Ando et sa valise dans les escaliers.)

 

ANDO : Vous commettez énorme erreur.

 

(La porte se ferme. Ando et Hiro se relèvent, tant bien que mal.)

 

ANDO (sous-titré) : Ok… A quel casino on s’attaque maintenant ?

HIRO (sous-titré) : Tu es fou ? Plus de jeux ! Nous devons continuer notre mission.

ANDO (sous-titré) : Et. Tu peux nous téléporter à la table du César Palace ?

COWBOY : Messieurs.

 

(Hiro et Ando se retourne pour voir le cow-boy et ses trois gardes marchant vers eux.)

 

COWBOY : Je crois que vous avez quelque chose qui m’appartient. Oui, c’est curieux. J’avais mes as en main et, en une seconde, c’est vous qui les aviez dans vos mains.

HIRO (sous-titré) : Qu’est-ce qu’il dit ?

ANDO (sous-titré) : Relax. Je m’en charge.

 

(Hiro feint un sourire.)

 

ANDO : Je m’y risquerai pas si j’étais vous. Mon ami a des énormes pouvoirs. Rien qu’en vous regardant, il peut vous faire regretter d’être venu au monde.

 

(Le cow-boy fait un signe de tête au garde sur sa gauche. Ce dernier s’avance et donne un coup de poing à Hiro qui s’effondre. Hiro le regarde, effrayé.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Chambre d’hôtel. Las Vegas. Nevada. Nuit]

 

(Niki observe la vue.)

 

NIKI : Waouh, quelle vue ! C’est magnifique. Tout semble plus beau vu d’en haut.

NATHAN : Oui, c’est vrai. Tenez.

 

(Il lui offre un verre.)

 

NIKI : Merci.

NATHAN : Vous imaginez ce qu’on pourrait ressentir en survolant le désert ?

NIKI : Oui. Un jour, j’ai eu la chance de survoler Red Rocks Park en hélicoptère.

NATHAN : Je ne voulais pas dire voler avec un hélicoptère, mais plutôt comme un oiseau.

NIKI : Un oiseau ?

 

(Ils rigolent.)

 

NATHAN : Si j’étais votre mari, je ne vous laisserai pas voyager seule.

NIKI : Je n’ai pas de mari. Il est parti.

NATHAN : Avec une autre femme ?

NIKI : J’aurais préféré.

NATHAN : Avec un homme ?

 

(Elle rigole.)

 

NIKI : Ça aussi, j’aurais préféré. C’est… C’est plus ou moins un criminel. Et quand je dis plus ou moins, c’est une façon de parler.

NATHAN : Je crois que mes questions s’arrêteront là.

NIKI : Merci.

NATHAN : Vous avez des enfants ?

NIKI : C’est encore une question.

NATHAN : Oui.

NIKI : Un garçon. Un vrai génie.

NATHAN : Un garçon ?

NIKI : Oui.

NATHAN : J’ai deux garçons, moi aussi. Ouais, pas des génies, juste des petits garçons. C’est étrange d’avoir des enfants, c’est un peu comme si… On devait constamment se dédoubler.

NIKI : Il y a la personne qu’il croit que vous êtes et la personne que vous êtes vraiment.

NATHAN : C’est un peu ça, oui.

NIKI : Toujours marié ?

NATHAN : Oui.

NIKI : Vous êtes heureux ?

NATHAN : Oui, très heureux.

NIKI : Je n’irais pas plus loin avec mes questions.

 

(Nathan s’approche d’elle, l’attrape et l’embrasse.)

 

NIKI : Non, arrêtez.

NATHAN : Je sais. Je sais.

NIKI : J’en ai pourtant envie. Oui, mais je peux pas.

NATHAN : Je comprends.

NIKI : Je m’y attendais pas, mais j’ai passé une excellente soirée. Merci Nathan. Bonne nuit.

 

(Niki part.)

 

NATHAN : Bonne nuit.

 

(Nathan finit son verre.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Couloir d’hôtel. Las Vegas. Nevada. Nuit]

 

(Une caméra film Niki sortir de la chambre et marcher dans le couloir. Elle arrive à l’ascenseur, presse le bouton et attend. Elle regarde son reflet dans les portes de l’ascenseur. Elle voit alors deux reflets d’elle différent, qui bouge différemment. L’ascenseur sonne et les portes s’ouvrent. Soudain, la main d’un homme attrape le cou de Niki et la tire dans l’ascenseur. Il la pousse contre un mur dans l’ascenseur.)

 

HOMME DE MAIN DE LINDERMAN : Ça serait vraiment dommage d’avoir à te réexpédier dans sa chambre avec ta jolie petite gueule couverte de bleus.

NIKI : Il faut que j’aille retrouver mon fils.

HOMME DE MAIN DE LINDERMAN : Qu’est-ce que tu vas lui dire à ton gosse ? Hein ? Comment tu lui expliqueras que tu t’es fait défoncée le portrait parce que t’as pas respecté ton contrat ?

NIKI : Ecoutez, je trouverai une autre façon de payer Linderman.

HOMME DE MAIN DE LINDERMAN : Je vais reformuler ma question. Comment tu expliqueras à ton fils qu’on lui a fait payer pour sa mère parce qu’elle a pas respecté ses engagements ? Réfléchis à ça, Niki.

JESSICA : Niki n’est plus là.

 

(Jessica pousse l’homme de main, qui tombe par terre, et elle se met à lui donner des coups de pied. Quand les portes de l’ascenseur s’ouvrent, il tombe. Jessica pose son talon sur sa tempe.)

 

JESSICA : Tu menaces encore notre enfant et je te plante mon talon aiguille dans le crâne. T’as compris ?

HOMME DE MAIN DE LINDERMAN : Oui.

JESSICA : J’ai pas entendu.

HOMME DE MAIN DE LINDERMAN : Oui. Très clair.

 

(Jessica enlève son talon de la tête de l’homme de main, ramasse son sac à main et retourne à la chambre de Nathan.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Chambre d’hôtel. Las Vegas. Nevada. Nuit]

 

(La sonnette retentit et Nathan va ouvrir. Il trouve Niki/Jessica devant lui.)

 

NATHAN : Vous avez oublié quelque chose ?

 

(Jessica s’avance vers lui et l’embrasse. Nathan ferme la porte. Jessica se dirige vers la chambre tandis que Nathan verrouille la porte. Il la rejoint et elle se remet à l’embrasser. Elle le pousse sur le fauteuil et se déshabille. Nathan sourit. Elle se met sur lui et on voit un symbole tatoué sur son omoplate droite. Dans l’alarme incendie, une lumière clignote. Il s’agit d’une caméra qui enregistre la scène entre Nathan et Jessica.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Métro. NY. Nuit]

 

(Mohinder et Peter sont dans le métro.)

 

PETER : Si on revenait demain ?

MOHINDER : Ecoutez, ce n’est pas que je sous-estime votre expérience dans ce domaine mais, comprenez-moi, il y a une semaine, j’étais encore un professeur respecté dans mon pays. Et aujourd’hui, vous voudriez que je harcèle un accro à l’héroïne qui peindrait soi-disant le futur…

 

(Les lumières s’éteignent et tout le monde est figé sauf Peter.)

 

PETER : Mohinder ?

 

(Le métro est comme figé. Peter se retourne et est choqué par ce qu’il voit. Tout le monde dans le métro est figé dans le temps. Il n’en revient pas.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Studio de Isaac. NY. Nuit]

 

(Isaac est sur le sol. Il remue et se réveille finalement. Il regarde la peinture de la cheerleader dans l’amphithéâtre fuyant une ombre. Il se retourne et regarde une autre peinture avec Peter qui est attaqué par des portes de casiers. Puis, un autre avec Ando et Hiro regardant une banderole ensanglantée où il est marqué « Homecoming ». Et finalement, une peinture d’une cheerleader blonde effrayée.)

 

 ~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Ext. Amphithéâtre. Union Wells High School. Odessa. Texas. Nuit]

 

(Claire est assise sur les marches et regarde Brody avec des coéquipiers de foot.)

 

BRODY : Salut les gars, bonne soirée.

GARS : A la prochaine !

BRODY : Ouais.

 

(Brody marche et voit Claire, assise sur les marches.)

 

BRODY : Qu’est-ce que tu fais là à cette heure-ci ?
CLAIRE : J’ai préparé des bagnards pour notre fête. Jackie devait me raccompagner, mais elle m’a laissé tombée. Tu veux bien me ramener ?

BRODY : Oui, si ça te dit.

CLAIRE : Merci.

 

(Elle se lève.)

 

CLAIRE : Dis, ta caisse, c’est pas une automatique ? Tu me laisses conduire ?

 

(Il cède et Claire descend les marches pour le rejoindre.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Ext. Rue. Odessa. Texas. Nuit]

 

(La voiture de Brody va à toute allure sur la route.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Voiture de Brody. Texas. Odessa. Nuit]

 

(Claire passe les vitesses.)

 

CLAIRE : Tu trouves pas ça bizarre que ni toi ni moi on se rappelle de ce qui s’est passé l’autre soir ?
BRODY : On avait sûrement trop bu.
CLAIRE : Sûrement, ouais.

 

(Le compteur de vitesse atteint les 60mph (90/100 km/h). Le feu passe du orange au vert et Claire passe quand même.)

 

BRODY : Ralentis. Tu viens de griller un feu.
CLAIRE : Oups.

 

(Elle passe à nouveau une vitesse et accélère.)

 

BRODY : Alors, tu sais te servir d’une boîte mécanique ?

CLAIRE : Y’a plein de choses que je sais. Comme ce que tu m’as fait l’autre soir.

BRODY : Quoi ? Qu’est-ce que tu veux dire ? Ah, j’en étais sûr. Je savais que j’y aurais droit. Tu te saoules, tu m’allumes, tu te jettes sur moi et c’est ma faute ?

CLAIRE : Non, tu mens.

BRODY : On viole pas une fille consentante. Toi aussi, t’en mourais d’envie. Arrête la voiture.

CLAIRE : Et Lori Trammel, elle en mourrait d’envie autant que moi ?

BRODY : C’est une salope, Lori.

CLAIRE : C’est aussi ce que tu vas dire de moi ?

BRODY : J’ai déjà commencé.

CLAIRE : Et tu vas pas t’arrêter là, hein ?

BRODY : Et ouais. Tu peux rien y faire. T’as plus qu’à t’écraser.

 

(Claire le regarde droit dans les yeux.)

 

CLAIRE : C’est ce que tu crois.

 

(La voiture se prend un dos d’âne et fait un vol plané avant d’atterrir dans le mur en face.)

 

BRODY : Aaaaaaaaaaaaaah !

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Chambre d’hôtel. Las Vegas. Nevada. Nuit]

 

(Niki et Nathan sont en train de dormir. Devant eux se trouve Mr Bennet qui les regarde dormir.)

 

MR BENNET : C’est lui qu’on veut.

 

(L’haïtien, debout derrière lui, se déplace vers Nathan.)

 

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~*~

 

[Int. Métro. NY. Nuit]

 

(Peter est toujours dans le métro où le temps s’est arrêté. Il tape sur la fenêtre de la porte. Il se retourne, avance et regarde autour de lui. Puis, il entend un bruit et panique. Il atteint Mohinder, toujours immobile, et s’arrête. Il entend des bruits de pas derrière luie t se retourne pour faire face au futur Hiro qui a une épée de samouraï dans son dos.)

 

FUTUR HIRO : Peter Petrelli ?

 

(Peter recule.)

 

PETER : Mais qu’est-ce qui s’est passé ?

FUTUR HIRO : Excuse-moi de t’avoir fait peur. Tu es différent sans tes cicatrices.
PETER : Je te connais pas, moi.

FUTUR HIRO : Pas encore. Je m’appelle Hiro Nakamura et je viens du futur. J’ai un message pour toi.

 

(Peter et le futur Hiro se regardent.)

 

A SUIVRE

FADE IN:

[TITLE CARD: HEROES]

NARRATOR: (v.o.) Previously on Heroes ...



VARIOUS CUTS OF: PETER / NIKI / MATT / CLAIRE / HIRO

NARRATOR: (v.o.) Ordinary strangers across the globe discover they have extraordinary abilities.



[INT. ISAAC’S STUDIO]

NARRATOR: (v.o.) From the artist who paints the future --

(ISAAC MENDEZ is on the bed. Simone joins him.)

(Cut to: TOP VIEW DOWN on the mural of New York exploding painted on Isaac’s studio floor.)

ISAAC: (v.o.) Look around you at all these paintings! Every one of them has come true.

(Isaac and Simone argue.)

SIMONE: So, you think you can paint the future? Paint one without me in it.

(Simone and Peter kiss under a red umbrella in the pouring rain.)



[PETER PETRELLI]

(Peter stands on the rooftop, his arms outstretched.)

NARRATOR: (v.o.) To the brother who wants to know more.

(Peter falls down the side of the building. Nathan flies up to catch him.)

PETER: (v.o.) Look, Nathan. We flew.

(Peter talks with Nathan.)

PETER: Aren’t you curious about how this happened?

(Peter shows Nathan Chandra Suresh’s book.)

PETER: Chandra Suresh, a genetics professor in India. This guy knows what’s going on.



[HIRO NAKAMURA]

(Hiro looks around the street.)

NARRATOR: (v.o.) The office worker who can stop time.

(The truck barrels straight toward the little girl. Hiro uses his powers and stops time. He looks around.)



[MATT PARKMAN]

(Matt Parkman sits at a bar.

NARRATOR: (v.o.) The cop who can hear thoughts is made to lose consciousness by a mysterious stranger.

(He rubs his eyes and staggers as he tries to leave.)

(Matt his the ground with a thud.)

(The Haitian sits at the back of the room watching him.)



[NIKI SANDERS]

(Niki Sanders wakes up in her garage bedroom and finds the place trashed.)

NARRATOR: (v.o.) The single mother with a deadly alter-ego –

(She looks at her reflection in the mirror. The reflection puts a finger to her lips and shushes her.)

NARRATOR: (v.o.) -- sees that her past is more dangerous than she ever imagined.

(Niki is digging through the desert sands with her bare hands. She gasps when she finds a skeleton.)




[CLAIRE BENNET]

(Claire tries to get away from Brody Mitchum. She falls onto a piece of wood.)

NARRATOR: (v.o.) And the indestructible cheerleader --

(Brody rolls Claire over and sees the wood branch stuck in the back of her neck.)

(Cut to: the wood branch is pulled out of Claire’s neck. Claire wakes up. She looks around and down at herself --

NARRATOR: (v.o.) -- wakes up in places she never expected.

(TOP VIEW DOWN: Claire is cut open and spread out on an autopsy table.)

FADE OUT.



[TITLE CARD: HEROES]

NARRATOR: (v.o.) Now, Heroes continues.

FADE OUT.
END OF PREVIOUSLY ON.



FADE IN:

[INT. UNKNOWN PLACE]

(Monitors beep steadily in an otherwise quiet room.)

MOHINDER: (v.o.) Sometimes questions are more powerful than answers. How is this happening?

(Matt is on the bed hooked up to the monitors. He slowly stirs.)

CAPTION:
      MATT PARKMAN
      LOCATION UNKNOWN

MOHINDER: (v.o.) What are they? Why them and not others?

(Matt gasps as he wakes up. His vision is blurry.)

MOHINDER: (v.o.) Why now? What does it all mean?

(His vision clears and Mr. Bennet is standing over him. Mr. Bennet smiles.)

MR. BENNET: Hello.

MATT PARKMAN: Is this a hospital? Am I hurt?

MR. BENNET: You're fine.

MATT PARKMAN: I was at a bar ... having a beer.

MR. BENNET: We had to drug you. I'm sorry about that.

MATT PARKMAN: What?

(Matt finds his wrists restrained.)

MATT PARKMAN: What's going on?

MR. BENNET: Please don't get excited, Matt. We're trying to test your resting rate.

(Matt tries to get out of his restraints.)

MATT PARKMAN: Let me out of here.

MR. BENNET: Just ... relax.

MATT PARKMAN: What are you, FBI? Huh? What, are you CIA?

MR. BENNET: I'm not part of any organization that has initials.

MATT PARKMAN: Listen to me. Whoever you think I am ... believe me, I'm not him. I'm not -- I'm not anyone.

MR. BENNET: No, that's not true. You're someone. You're someone very special.

MATT PARKMAN: Who are you people?

(Mr. Bennet looks at Matt. The machines monitoring Matt’s brain waves beep wildly.)

MR. BENNET: Trying to hear my thoughts, Matt? Not with my friend here. He's special too.

(Mr. Bennet straightens. Matt sees the Haitian step into the room. Matt is struggling against the restraints.)

MATT PARKMAN: I am st -- I am an LAPD -- uhh! I'm a cop!

MR. BENNET: Everything you see ... by tomorrow, it won't matter.

(Mr. Bennet turns and steps away from the bed. Matt concentrates.)

MATT PARKMAN: Who's Claire?

(Mr. Bennet stops near the Haitian and turns around to look at Matt.)

MATT PARKMAN: You're further along than we thought. (to the Haitian) Go deep. Then clean him out.

(Mr. Bennet turns and leaves.)

MATT PARKMAN: What does that mean?

(The Haitian walks up to Matt. He grabs the pendant around his neck and lifts it to his lips. He looks at Matt.)

MATT PARKMAN: What --

(The Haitian covers Matt’s eyes with his hand.)

FADE TO WHITE:

(Matt screams.)



FADE IN:

[EXT. LAS VEGAS CITY (STOCK) – DAY]

CAPTION:
      HIRO & ANDO
      LAS VEGAS, NEVADA



[INT. (LAS VEGAS) CASINO LOBBY – DAY]

(Hiro returns. Ando turns around and joins him. The following conversation is entirely in Japanese.)

ANDO: (subtitled) Did you call the comic book writer?

HIRO: (nods) Ah. (subtitled) I left messages. In Japanese. I need to learn how to say ... ... "You’re going to die in five weeks ... ... then New York will explode" in English.

(Hiro looks through his English dictionary.)

ANDO: (in English) You are going to die in five weeks, then New York will explode.

(Ando takes the book from Hiro.)

ANDO: (subtitled) I’ll teach you how to say it phonetically.

(Hiro smiles.)

HIRO: Arigato.

(Just then, a slot machine jingles and the noise of coins clinking causes Ando and Hiro to turn around.)

ANDO: (subtitled) Come on. I’m feeling lucky.

(Ando heads over to the machines. Hiro reluctantly follows.)



[INT. CASINO – DAY]

CAPTION:
      NIKI & MICAH SANDERS

(Niki holds Micah’s and the officer’s hands as they walk into the casino. She puts her arm around Micah as they pass Hiro on their way across the main floor.)



[INT. (LAS VEGAS) SECOND FLOOR OFFICES – DAY]

(Ms. Sakamoto looks out the glass windows overlooking the casino. She turns around as Niki and Micah enter the office with the security guard. She turns to the desk and switches on the overhead lights, which cloud over the windows behind her.)

MS. SAKAMOTO: I think it's best if Micah waited outside.

(Niki kneels down and puts her forehead against Micah’s. Micah leaves with a second security guard. The first security guard remains behind.)

(Niki stands up.)

MS. SAKAMOTO: Mr. Linderman is willing to forget your debt in exchange for ... a favor.

NIKI: What kind of a favor?

MS. SAKAMOTO: There's a man arriving this afternoon from New York. A politician who wants some help from Mr. Linderman. We're looking for a little insurance on our investment.

NIKI: And you want me to ...

(Ms. Sakamoto gives her a pointed look.)

NIKI: I'm not a whore.

MS. SAKAMOTO: I think we've established what you are.

WHITE FLASH TO:



[EPISODE TITLE]
      CHAPTER FOUR
      "COLLISION"



[INT. (ODESSA) MORGUE]

(The ME cuts the incision down Claire’s chest. She peels the two edges apart. Claire’s eyes are clouded over as the ME starts her autopsy.)

CAPTION:
      CLAIRE BENNET
      ODESSA, TEXAS

MEDICAL EXAMINER: Jane Doe. Roughly sixteen years of age. Pulled out of Red River Creek at approximately 4 a.m. this morning. She was naked and she was dragged, likely in an attempt to hide the body. Secondary injuries are post-mortem.

(She pulls the branch out of the back of Claire’s neck. She looks at the long, bloodied branch and doesn’t notice that the wound in Claire’s head heals completely.)

MEDICAL EXAMINER: Base of skull was punctured by a broken tree branch.

(She puts the tree branch in a metal bowl. She turns Claire’s head back to face the ceiling.)

MEDICAL EXAMINER: Appears to be victim of homicide. Possibly accidental.

(The ME shakes her head. Off screen, a phone rings. The ME removes her gloves and moves away from the autopsy table to answer the phone.)

(TOP VIEW DOWN ON CLAIRE. Claire gasps for breath. Her eyes clear and she coughs.)

(Off screen, we hear the ME pick up the phone.)

MEDICAL EXAMINER: (o.s.) Hello? Hey --

(Claire looks around and glances down at herself. She turns her head and sees the branch in the metal bowl. Claire hyperventilates as she realizes where she is.)

CLAIRE: Oh, my ... God.

(She stops and thinks about it.)

CUT TO:

(Claire closes her chest and the skin heals and regenerates.)

CUT TO:

(Claire jumps off the table and looks around.)

CLAIRE: Okay.

(Claire runs over to the lab coats hanging on the hooks on the wall. She grabs one and slips it on.)

MEDICAL EXAMINER: (o.s.) I love you too. Bye.

(The lab coat is much too big for her. Off screen, she hears the ME hang up her phone. Claire ducks behind the open door as she ME walks into the room. She stops when she sees the empty autopsy table.)

(Claire slips out of the room.)

(The ME touches the sheet used to cover the body and looks around.)

(The door swings shut behind Claire and clicks loudly when it closes.)

CLICK!

(The ME turns to look at the door.)

FADE TO:



[TITLE CARD: HEROES]

END OF TEASER

(COMMERCIAL SET)



FADE IN:

[INT. (NEW YORK) ISAAC’S STUDIO – DAY]

CAPTION:
      ISAAC MENDEZ
      LOWER MANHATTAN

CUE SONG: Rogue Wave, "Eyes"

(Isaac sits on the table, his legs crossed. He looks at the open sketchbook and the drawing of Peter and Simone under the red umbrella.)

CUT TO:



[INT. (NEW YORK) PETER’S PLACE – MORNING]

(Peter wakes up and turns around. He pulls the sheet over Simone, who is sleeping.)

FLASH TO:



[INT. (LAS VEGAS) CASINO – DAY]

(Hiro and Ando stand at the edge of the main room. Ando smiles and heads for the gaming tables.)

FLASH TO:



[INT. (ODESSA) BENNET RESIDENCE – DAY]

(Lyle walks down the stairs. Sandra Bennet walks down the steps behind him. She’s carrying Mr. Muggles.)

SANDRA BENNET: Claire! I'm making waffles.

(They head to the kitchen.)

(The front door opens and Claire peers in. She enters the house and closes the door.)

CUT TO:



[EXT. (NEW YORK) STREET OUTSIDE PETRELLI HEADQUARTERS – DAY]

CAPTION:
      NATHAN PETRELLI
      MID-TOWN MANHATTAN

(Nathan and his campaign manager exit the building.)

CAMPAIGN MANAGER: Internal polling shows a three-point bump from last night's speech. Now, I say we roll the dice and hold off before we get into bed with Linderman.

(Nathan takes his jacket off as they stop in front of his car.)

NATHAN: I can handle Linderman. He may have owned my father, but he doesn't own me.

CAMPAIGN MANAGER: Look, man, I don't know about this. It just makes me nervous.

NATHAN: It's your job to be nervous. It's my job to get elected. In order to do that, I need money. Linderman's $2 million, we can turn eight points into three and make it a horserace.

MOHINDER: (o.s.) Mr. Petrelli!

(Nathan opens the car door.)

MOHINDER: (o.s.) Excuse me, Mr. Petrelli!

(The guard steps forward to intercept Mohinder.)

MOHINDER: Mr. Petrelli, I must speak with you.

NATHAN: (to the campaign manager) Find out about this guy.

(Nathan makes a peace sign to Mohinder.)

NATHAN: Thanks for your vote.

(Nathan turns to get into the car.)

SECURITY GUARD: I’m sorry, but --

MOHINDER: (shouts) Your life may be in danger!

(Nathan stops and looks at Mohinder.)

NATHAN: Back him up.

MOHINDER: I believe someone is targeting you.

NATHAN: Can you be a little bit more specific? Twelve percent of the electorate strongly opposes me.

MOHINDER: Does the name Sylar mean anything to you?

NATHAN: I'm sorry, I didn't get your name.

MOHINDER: Suresh. Dr. Suresh.

NATHAN: (to the campaign manager) Get rid of him.

(Nathan gets back into the car and shuts the door.)

CAMPAIGN MANAGER: (to Mohinder) Sir, I'm gonna take down your information.

MOHINDER: Have you noticed any changes to your physiology? Something outside the norm, perhaps?

(Inside the car, Nathan can hear Mohinder.)

MOHINDER: (from outside) An ability you didn't have before. Mind-reading, spontaneous regeneration. Please, it's very important that you listen to me.

(Nathan speaks to his campaign manager through the partially opened window.)

NATHAN: Keep an eye on this guy. I don't want this nut job following me to Vegas.

CAMPAIGN MANAGER: Oh, not a problem. Have a safe trip.

NATHAN: Right.

(Nathan rolls up the window.)

CAMPAIGN MANAGER: (to the security guard) Get him out of here. I don't want to see his face again.

(Just then, a man walks past muttering to himself.)

HOMELESS MAN: (mutters) I know. I know! They're all around. They're all around! They get into your ...

(The security guard leads Mohinder away.)

DISSOLVE TO WHITE:



[EXT. NEW YORK CITY (STOCK) – DAY]

(We zoom over the city as if we are flying, soaring between the buildings, the sunlight blinding in our eyes –



[INT. (NEW YORK) PETER’S APARTMENT -- BEDROOM – DAY]

CAPTION:
      PETER PETRELLI & SIMONE DEVEAUX
      LOWER EAST SIDE, MANHATTAN

(Peter glides his fingertips over Simone’s bare back. She stirs and wakens. She smiles at Peter. He smiles back at her.)

PETER: Last night ...

SIMONE: Mmm.

PETER: -- Before we kissed, you, uh ... made a toast.

SIMONE: To love. May we stay away from it when it's no good for us.

PETER: I was meaning to ask ...

SIMONE: I wasn't talking about you. Clearly.

PETER: I know.

(She chuckles.)

PETER: It's just ... you and Isaac.

(She rolls over. The door buzzes. Peter leans forward and they kiss. The door buzzes again.)

PETER: There's coffee in the kitchen.

(Peter gets out of bed as Simone wistfully touches her lips.)

(The door buzzes again.)



[LIVING ROOM -- CONTINUOUS]

(Peter puts on a shirt and peers through the peephole. He opens the door.)

(Nathan looks at Peter.)

NATHAN: You think this is one big joke, don't you, Pete?

(Peter steps out of the apartment and joins Nathan out in the hallway. He closes the door.)

NATHAN: Your buddy Suresh. He came by my campaign office this morning. Made a big scene. He's talking about mind-reading and spontaneous regeneration.

PETER: Chandra Suresh.

NATHAN: Yeah.

PETER: How'd he find you?

(Nathan nudges the book at Peter’s chest. Peter grabs the book.)

NATHAN: You tell me.

PETER: What, do you think I called him?

NATHAN: Don't insult me. I've got trained professionals to do that.

SIMONE: (o.s.) Hey, where's your mugs?

(Nathan pushes the door open and sees Simone dressed in Peter’s shirt and standing on a stool looking in the cabinets.)

PETER: Hey, uh ... it's, uh ... They're in the cabinet with the water stain that looks like Abraham Lincoln.

SIMONE: Okay.

(Peter closes the door. Nathan takes an envelope out of his jacket pocket.)

NATHAN: Look ... here's some money, all right? Take it. You want answers, go find 'em. It's on me. I need you to disappear for a while, okay? You're becoming a liability.

(Peter doesn’t take the envelope. Instead, he opens the apartment door and leaves Nathan standing in the hallway. Nathan leaves.)



[INT. LIVING ROOM – CONTINUOUS]

(Peter shuts the door. He turns and finds Simone getting dressed.)

SIMONE: I'm sorry. I'm opening a new show at the gallery, and a lot of crazy stuff to deal with.

PETER: Is it Isaac's paintings?

SIMONE: It's Isaac's paintings. It's Isaac. It's his whole "I can paint the future" thing.

PETER: What if he can? Paint the future. I mean ... stranger things, right?

SIMONE: No, that's about as strange as it gets.

(Peter nods. Simone offers his cup back to him.)

PETER: Ah, no, take it. You can bring it back tonight.

SIMONE: (sighs) Uh, Peter, I ... uh, I don't know what this is. I mean us. I just got out of a two-year relationship that was very ... destructive. And here I am sleeping with the guy who is taking care of my dying father. And it's a little confusing.

PETER: I don't wanna be the rebound guy.

SIMONE: I just need time to catch my breath before you take it away again, okay?

PETER: Okay.

(They kiss.)

CUT TO:



[INT. (ODESSA) BENNET RESIDENCE – DAY]

(Sandra walks up to the base of the stairway and shouts up to the second floor.)

SANDRA BENNET: Claire! Breakfast!

(Mr. Bennet comes down the stairs.)

SANDRA BENNET: Would you please tell your daughter to drag her fanny out of bed.

MR. BENNET: (shouts) Claire, drag your fanny out of bed! Claire!

(The bedroom door closes and Claire appears at the top of the stairs.)

CLAIRE: Dad, I'm not deaf.

MR. BENNET: Your mother's making waffles.

(He looks at her dirty bare feet.)

MR. BENNET: Were you out all night?

CLAIRE: No.

MR. BENNET: Were you with the quarterback?

CLAIRE: Yeah. Yeah, it was just a bunch of us. It was stupid. I'm sorry.

SANDRA BENNET: (o.s.) Honey, you're gonna miss your plane.

MR. BENNET: I'll be there in a second. (quietly) I'm very disappointed in you.

CLAIRE: Nothing happened. We played poker. I'm sorry.

MR. BENNET: I love you, Claire. I just want you to be honest with me. You can tell me anything. You know that.

CLAIRE: I know. I love you too.

(He hugs her and kisses the top of her head.)

MR. BENNET: Don't think you're getting away with this staying out all night thing. It's gonna be a throw-down when I get home.

(Claire barely smiles. Mr. Bennet heads out, the front door closes behind him.)

(Claire sits on the stairs. Lyle walks up to her and stares at her.)

CLAIRE: What?

LYLE: Mom said to tell you the waffles are ready.

CLAIRE: I'll be there in a sec.

(Lyle steps away.)

SANDRA BENNET: (shouts) Claire. Waffles!

(Claire cries.)

CUT TO:



[INT. (NEW YORK) MOHINDER’S APARTMENT – DAY]

CAPTION:
      MOHINDER SURESH
      BROOKLYN, NEW YORK

(Mohinder puts a newspaper clipping up on the wall map. He mutters under his breath.)

MOHINDER: I feel like such an ass. I've never been so humiliated in my life.

(The front door closes. Eden walks in. She’s carrying a box.)

EDEN MCCAIN: Well, what did you expect, him to invite you in for tea? Oh, this came for you while you were gone.

(Mohinder opens the box and takes out an urn.)

MOHINDER: It's my father's ashes. (He sits down.) You know, I haven't shed a single tear since my father's death. Not even when I claimed his body. They showed me three John Does before they finally found him. My father was misfiled.

EDEN MCCAIN: I'm really, really sorry.

MOHINDER: And what have I been trying to prove? I've used these theories -- the map, this Sylar, all of it -- just to validate a relationship that ended a long time ago. (He puts the urn down on the table.) I have no business being here.

(Mohinder gets up and goes to the bedroom.)

EDEN MCCAIN: You're just gonna give up?

(He grabs his case and some shirts off the shelve.)

MOHINDER: I'm going home. To Madras. To scatter my father's ashes ... and go back to my life and stop trying to live his.

(There’s a knock at the door. Mohinder and Eden look at the door.)

PETER: (through door) I'm looking for Chandra Suresh.

EDEN MCCAIN: He doesn't live here anymore.

PETER: (through door) The guys at the Petrelli campaign gave me this address. They said he came by this morning?

(Mohinder opens the door.)

PETER: You Chandra Suresh?

MOHINDER: No. That was my father.

PETER: Yeah, um ... your father wrote a book about people with ... abilities. I--I think I may be one of them.

FADE OUT.

(COMMERCIAL SET)



FADE IN:

[INT. (LAS VEGAS) CASINO – MAIN FLOOR -- DAY]

(The roulette wheel spins and Ando sits at the end of the table watching the little white ball intently. Hiro returns.)

HIRO: (subtitled) That’s enough. Let’s go ...

(Hiro sits in the empty chair next to Ando.)

ANDO: (subtitled) ... go away. I’m concentrating.

HIRO: (subtitled) Where are your chips?

ANDO: (subtitled) On 26 black.

(Sure enough. There’s a single red chip on 26 black.)

HIRO: (subtitled) That’s it?! That’s all of our money?! What happened?

ANDO: (subtitled) Shhh! I need to focus!

HIRO: (subtitled) Get it back! Get it back, now!

(Hiro reaches for the red chip on the table. The croupier slaps his hand and warns him.)

CROUPIER: Sir, no more bets! Step back, please.

ANDO: (subtitled) I haven’t lost it! Twenty-six is going to win. You’ll see.

(Hiro looks sadly at the chip on the table. He watches the white ball on the spinning crap wheel. He looks at the croupier, then back at the white ball.)

(Hiro scrunches his face and concentrates. When he opens his eyes, time has stopped completely.)

(Hiro clasps his hands in silent prayer. He gets up and moves around the frozen players and pushes the white ball onto 26 black. He looks around and heads over to the waitress and gently sets right the drink glass in danger of falling off her tray. He grabs the olive and shoves it in his mouth.)

(Hiro goes back to his seat next to Ando and sets time going again. The waitress avoids the man while not spilling her drink. She notices the olive missing.)

CROUPIER: (o.s.) Winner black 26.

(Sure enough, the white ball is on black 26.)

ANDO: (subtitled) I won! I won! Did you see? I won?

HIRO: (subtitled) Okay. Let’s leave now.

(Hiro gets up to leave. The croupier slides over a stack of chips to Ando.)

ANDO: Thank you. (subtitled) Now? Are you kidding? I’m on a roll!

(Hiro sits back down.)

HIRO: (subtitled) No. You’re not.

ANDO: (subtitled) But I just won. Big.

HIRO: (subtitled) I did it. I stopped time. Moved the ball. You won because of me.

(Ando is surprised.)

HIRO: (subtitled) It’s horrible. I’m a terrible person. But it was our last dollar.

ANDO: (subtitled) It’s genius. Do it again!

HIRO: (subtitled) No! It’s cheating.

ANDO: (subtitled) Is Peter Parker cheating ... ... when he sells pictures of Spider-Man?

HIRO: (subtitled) No.

ANDO: (subtitled) All heroes have a system. This is our system.

HIRO: (smiles) Let it ride!

(Ando goes back to his chips.)

CUT TO:



[INT. (LAS VEGAS) SANDERS RESIDENCE (STOCK) – DRIVEWAY – DAY]



[INT. SANDERS RESIDENCE – BATHROOM – DAY]

(Texas Tina watches as Niki puts her lipstick on.)

TINA: So ... you still looking in the mirror seeing a you that ain't you?

NIKI: Yep.

TINA: Hell, I can relate. It's called getting old. A little botox would do us both some good.

(They both chuckle.)

NIKI: I've been blacking out.

(Tina shakes her head with disappointment.)

NIKI: Okay, I wake up ... and ... things aren't ... like they were.

(Tina shuts the bathroom door.)

TINA: Like the time you woke up with a couple of dead thugs in your garage?

NIKI: (nods) Uh-huh.

TINA: If you think you had something to do with that ...

NIKI: One of them was torn in half, I mean –

TINA: Okay, then obviously it wasn't you.

NIKI: But what if it was? I'm having these ... violent dreams. I mean, really violent. Where I am tearing people apart. But it's not me. It's someone else ... in me. With me.

TINA: You know what I think?

NIKI: What?

TINA: I think you saw something. I think you saw something so horrible that it broke a part of you. I mean, what happened in that garage --

(There’s a knock at the door. The door opens and Micah walks in, smiling.)

MICAH: Mom? Wanna play Scrabble?

NIKI: Oh, I do. I really do, but I can’t right now.

MICAH: This is our game night.

NIKI: I know. And I'm sorry. But why don't you ask Tina? She reads those romance novels. I bet she has an excellent vocabulary.

(Tina laughs.)

TINA: You know what? I do have an excellent vocabulary. And those novels are the only romance I'm getting these days. I will take that game, and I will challenge you, little man. You are on.

(Tina leaves the bathroom. Micah looks worried.)

MICAH: Why can't you just work at home, like usual?

NIKI: Because this job is different.

MICAH: You've been different.

NIKI: I know I have. Come here.

(Micah hops on the seat next to Niki.)

NIKI: I'm so sorry. It has not been fair to you. But you have been a trouper. But I have things under control now. And ... I'm just gonna do this one thing, and it's gonna solve a lot of problems for us. Then you won't be able to get rid of me.

(Niki chuckles and puts her head on Micah’s shoulder.)

MICAH: Fine. But it's safer over the Internet.

NIKI: What?

MICAH: I mean ... what you do. I mean, in the garage. It's just acting. None of it's for real.

(Micah hops off and leaves the bathroom as he gives Niki something to think about. The doorbell rings.)

MICAH: (o.s.) They sent a limo.

CUT TO:



[INT. (NEW YORK) MOHINDER’S APARTMENT – DAY]

(Eden and Mohinder whisper in the doorway.)

EDEN MCCAIN: Either he's a crap house rat, as in "crazy as." Or ... he's one of them.

MOHINDER: All he's really telling me is that he can't do anything. Crap house rat.

EDEN MCCAIN: Don't you want to at least follow the smoke and see if there's a fire?

(Eden and Mohinder go back to Peter, who is waiting in the main room.)

EDEN MCCAIN: It was a pleasure to meet you.

(Peter stands up.)

PETER: Yeah.

EDEN MCCAIN: Um ... good luck with the whole flying thing.

PETER: Thanks.

(Eden leaves. Mohinder sits in a chair.)

MOHINDER: So ... when you're with your brother, you can fly, and when you're with the artist –

PETER: Isaac, yeah. Um, I only met him once, but after, I ... I drew the future.

MOHINDER: And now you don't do either.

PETER: Maybe I can only do things when I'm around other people who can ... do things. Did that sound as lame as I think it did?

MOHINDER: It sounds like you should be talking to my father. This was his research, not mine.

PETER: Well, where is he? How do I get a hold of him?

MOHINDER: (bluntly) He's on the table.

(Peter sees the urn on the table behind Mohinder.)

PETER: I ... I'm sorry. But ... you believe that this is possible. You have to, I mean ... you believed it this morning. What if I prove it to you?

MOHINDER: Then prove it.

(Peter stands up.)

PETER: We'll go see Nathan. When I'm around him, I can fly. I've done it before, twice.

MOHINDER: Fine. Let's go see your brother.

PETER: Wait, um ... he's in Vegas.

MOHINDER: Of course he is.

[Scoffs]

PETER: Then ... I'll take you to Isaac's. But it’s ... it's complicated.

MOHINDER: Complicated how?

CUT TO:



[INT. (NEW YORK) ISAAC’S STUDIO – DAY]

(Simone walks in. She looks around and finds Isaac sitting at the table. He rolls up the case he keeps his paraphernalia in.)

SIMONE: Isaac.

ISAAC: Paintings are by the door.

(Simone puts her bag down and looks at the paintings.)

SIMONE: I thought I was buying the new pieces.

ISAAC: I need the new pieces.

SIMONE: Because they tell you what's gonna happen in the future?

ISAAC: How much for the old paintings?

SIMONE: To tell you the truth, Isaac, I don't know if I could sell those.

ISAAC: So you only like the ones I painted when I was high. Interesting. You won't give me an advance?

SIMONE: That depends on what you're gonna do with the money.

ISAAC: I need painting supplies.

SIMONE: I take you're not talking about oils and canvas?

(He walks back to the table.)

ISAAC: It was raining last night. What'd you do, Simone? In the rain?

(He’s holding the sketchbook to the sketch of Simone and Peter kissing under the red umbrella.)

SIMONE: You followed me?

ISAAC: I drew this seven weeks ago. I drew him there ... and here, before I'd ever met the guy.

(He points to the painting of the flying man. He puts the sketchbook down on the table.)

ISAAC: Are you in love with him? Looks like you're in love with him.

SIMONE: I don't know how I feel about him. And I don't know how I feel about you.

ISAAC: So here we are, not knowing how we feel about each other. And this entire city's gonna go ...

(He makes an explosion sound.)

ISAAC: Unless I stop it.

SIMONE: You think you can save us all by shooting up?

ISAAC: I can save everybody.

(Simone walks away from him. Isacc looks at the mural on the floor and chuckles.)

ISAAC: I'm gonna be a hero.

FADE OUT.

(COMMERCIAL SET)



FADE IN:

[INT. UNION WELLS HIGH SCHOOL – HALLWAY -- DAY]

(Claire talks with Zach.)

CLAIRE: Look, you can't say anything. I'm fine. He was drunk. It was an accident.

ZACH: Which part was an accident – the rape or the murder?

CLAIRE: It didn't happen.

ZACH: Yeah, because he killed you before he had the chance.

CLAIRE: I'm alive!

ZACH: Yeah, now, but you weren't on the autopsy table.

CLAIRE: Shhhh!

ZACH: Look, you said you had a hole in your head. Okay, maybe when they pulled out whatever was in there, it when you, like, rebooted or whatever.

CLAIRE: I'm not a hard drive.

ZACH: No, you're "Little Miss Miracle Grow."

CLAIRE: Don't ever call me that again.

ZACH: You gotta tell someone about Brody.

CLAIRE: No. I don’t! And even if I wanted to, which I don’t, I don’t have a mark on me.

ZACH: You know what happened and he knows what happened.

CLAIRE: All he knows is that he was drunk, and I'm not dead.

(Claire closes the door. Jackie Wilcox and Brody Mitchum walk up to them.)

JACKIE WILCOX: Hey. What happened to you last night?

(Brody looks freaked at seeing Claire.)

CLAIRE: I was hoping you'd tell me. I had way too much to drink.

BRODY MITCHUM: I--I gotta go to the bathroom.

(Brody walks away. He passes Lori Trammel, who notices him leave.)

JACKIE WILCOX: Must have a bladder the size of a pea, 'cause he just went.

(Brody walks around the corner and stops to lean back against the lockers. He takes a breath. Lori Trammel sees him and turns to look at what’s gotten him freaked. She sees Claire and Zach.)

(Claire looks back at her.)

CUT TO:



[INT. (LAS VEGAS) CASINO – DAY]

VOICE: (o.s.) All right, here we go.

(It’s a high-stakes poker game. The man in the cowboy hat has three aces, king-high. He smiles at Ando, who has a pair of queens. Hiro sits behind Ando. Ando nods to his right.)

(Hiro squeezes his eyes shut and concentrates. Suddenly, Ando is looking at a full house, aces and queens. Ando glances to his right and doesn’t see Hiro, who is now on his left. Hiro smiles.)

(Ando puts his cards down on the table.)

ANDO: Full house! I win again!

(The crowd sitting around the table cheers.)

(The man in the cowboy hat stares at the nothing cards in his hand.)

(The dealer pushes the chips toward Ando.)

ANDO: Thank you.

(Ando turns and high-five’s Hiro.)

(Across the table, the man in the cowboy hat seethes.)

CUT TO:



[INT. (LAS VEGAS) CASINO – DAY]

(Niki sits at the bar having a drink. She folds the piece of paper she has and puts it in her drink. In the back of the room, Nathan’s campaign manager walks with Nathan.)

CAMPAIGN MANAGER: You're meeting Miss Sakamoto tomorrow at 11 a.m.

NATHAN: No Linderman?

CAMPAIGN MANAGER: Uh, he's, quote, "otherwise occupied."

NATHAN: "Occupied." What is he, a porta-potty? Don't let Sakamoto geisha you. Get him in the room.

CAMPAIGN MANAGER: Okay, I will.

(Nathan turns and bumps into Niki, nearly spilling over her drink.)

NIKI: Oh, my God. I'm sorry.
NIKI: I'm so sorry.

NATHAN: My fault. Are you all right?

NIKI: Yeah. Oh ... so much for Celine Dion.

(She takes her ticket out of her drink.)

NATHAN: Just the one ticket?

NIKI: Yeah. I'm, um ... here for a conference, and ... I don't really like the people that I work with, so ...

NATHAN: So you're traveling alone, is that it?

(Niki chuckles. They share a smile.)

CUT TO:



[INT. (NEW YORK) SUBWAY]

(Peter and Mohinder are on the subway.)

PETER: I've only met him the once, but ... maybe I ought to do the talking to start with. He's, heh, he's kind of a heroin addict.

MOHINDER: Heroin addict? You neglected to mention that.

PETER: Hey, just suspend the skepticism, at least until you meet him.

MOHINDER: The default scientific position is skepticism.

PETER: Your father managed to get around it. I don't know, he took a pretty big leap. Gotta respect that.

MOHINDER: I did more than respect it. I believed him. I had to. I was his son.

PETER: Can't be only one reason why you believed him.

MOHINDER: Look at what's happening to our planet: overpopulation, global warming, drought, famine, terrorism. Deep down, we all sense something's not right. My father always talked about how an entire species will go extinct while others, no more unique or complex, will change and adapt in extraordinary ways. He had a romantic take on evolution.

PETER: And you don't? You're both geneticists.

MOHINDER: That is also evolution. We're all just variations of the last model.

PETER: Yeah, cheap knockoffs of our fathers.

CUT TO:



[INT. (NEW YORK) ISAAC’S STUDIO – DAY]

(Isaac stands on the floor mural of New York exploding. He puts a blank canvass on the easel and secures it into place. He takes a couple steps away from the canvass.)

VARIOUS CUTS:

(Isaac pulls the table with paint supplies closer to him. He preps his supplies.)

(Isaac takes his leather pouch of drug paraphernalia and goes to the small table. He opens the pouch and takes out a syringe. He looks at the blank canvass and injects himself.)

(The drug takes control. Isaac slips off his chair and onto the floor.)

ZOOM INTO ISAAC’S EYE

[EXT. ROOFTOP – NIGHT]

(Isaac is standing on top the roof of a building and is looking down. He turns to the side and sees a HOMECOMING banner hanging across the wall.)

(A blonde-haired girl in a cheerleader’s uniform runs out of the building. She screams as she runs up the amphitheatre stairs. She trips and falls.)

(Isaac watches from above.)

(A large looming shadow appears over her from a figure in the doorway.)

(Isaac raises his hands in a painting motion.)

(The scene ripples –

-- and we see Isaac painting the scene.)

PETER: (o.s.) Isaac.

INTERCUT WITH:



[EXT. HALLWAY OUTSIDE ISAAC’S DOORWAY – NIGHT]

(Peter and Mohinder stand outside the door.)

PETER: Hey, it's Peter Petrelli. I'm a friend of Simone's.

(Inside, Isaac paints.)

(Peter knocks on the door.)

PETER: (o.s.) Isaac?

(Peter continues to knock.)

PETER: (o.s.) Isaac.

(We move around Isaac and see that the pupils of his eyes are white from his trance-like state.)

FADE OUT.

(COMMERCIAL SET)



FADE IN:

[EXT. (ODESSA) UNION WELLS HIGH SCHOOL – HALLWAY -- DAY]

(Claire closes the locker door. Lori Trammel is leaning up against the lockers next to her.)

CLAIRE: Oh, hi, Lori.

LORI TRAMMEL: Hey. I saw you go off with Brody Mitchum last night at the bonfire.

CLAIRE: So?

LORI TRAMMEL: So ...what happened?

CLAIRE: Nothing. Nothing happened.

LORI TRAMMEL: I went off with Brody Mitchum once. "Nothing" happened to me too.

(Lori looks over at Brody, who is harassing and trying to kiss another girl who doesn’t seem interested. It’s clear to Claire that Brody’s not going to stop.)

(Claire looks at Lori and over at Brody.)

CUT TO:



[EXT. (LAS VEGAS) CASINO – NIGHT]

(Hiro and Ando are coming down the escalators in their new matching gray expensive-looking suits.)

HIRO: (subtitled) All of this is wrong. We shouldn’t be using my powers ... ... for personal gain. We’re supposed to be saving the world.

ANDO: (subtitled) We will. But there’s no law against ... ... looking good while we do it, is there? You said you wanted a costume. Now you have one.

(Just then, three large men dressed in black block the escalator. Hiro waves to them. Ando looks worried.)

ANDO: (subtitled) Hiro --

(Ando turns and runs back up the down escalator. The thugs grab Hiro. One of them runs up to get Ando. He catches Ando and drags him back down the escalator.)

HIRO: (not subtitled) (in Japanese)



[INT. BACK ENTRANCE – NIGHT]

(The back door opens. The thugs pull Hiro and his bags out. They toss Hiro and Ando down the stairs and throw their bags out as well.)

ANDO: (shouts) You make a big mistake!

(The door slams shut.)

(Hiro groans as he gets up.)

ANDO: Okay ... (subtitled) Which casino do we hit next?

HIRO: (subtitled) Are you crazy? No more gambling! We need to get back to our mission.

ANDO: (subtitled) Hey. Can you tele-port us ... ... to the craps table in Caesar’s Palace?

HIGH ROLLER (IN COWBOY HAT): (o.s.) Hello, boys.

(Hiro and Ando turn to see the man in the cowboy hat and his three thugs walking toward them.)

HIGH ROLLER (IN COWBOY HAT): I think you have something that belongs to me. See ... I had three aces at the poker table. Next thing I know, you two had 'em.

HIRO: (subtitled) What is he saying?

ANDO: (subtitled) Relax. I have it covered.

(Hiro sort of smiles.)

ANDO: You better back off. My friend has very big power. Can take you all out. Make you wish you never been born!

(The man in the cowboy hat motions to the thug on his left. The thug steps up to Hiro and punches him in the face, knocking him out.)

(Ando stares at the man in the cowboy hat.)

CUT TO:



[INT. (LAS VEGAS) HOTEL ROOM – NIGHT]

(Niki looks at the view out the window.)

NIKI: Oh, my God. Look at this view. Everything looks so pretty when you're up high.

NATHAN: Yes, it does.

(Nathan offers her a drink.)

NIKI: Thank you.

(She chuckles.)

NATHAN: God, don't you ever think what it'd be like to just ... soar over that desert?

NIKI: Hmm. I took a helicopter ride over Red Rocks Park one time.

NATHAN: I wasn't thinking in a helicopter. I was thinking more like ... flying.

NIKI: Flying?

(They smile.)

NATHAN: You know, if I were your husband, I don't think I'd let you travel alone.

NIKI: I don't have a husband. He left.

NATHAN: For another woman?

NIKI: I wish.

NATHAN: Man?

(She laughs.)

NIKI: I would take that one too. He ... he's ... sort of a ... criminal. And by "sort of," I mean that he is.

NATHAN: Well, then, my questions end there.

NIKI: Thanks.

NATHAN: You have any kids?

NIKI: That's another question.

NATHAN: Right.

NIKI: One. A boy genius.

NATHAN: Boy?

NIKI: Boy.

NATHAN: I've got two boys. Not geniuses, just boys. It's weird having children, isn't it? It's like ... you've gotta be two different people.

NIKI: Like the person that they see and the person that you really are?

NATHAN: Something like that, yeah.

NIKI: Yeah. Still married?

NATHAN: Yeah, I am.

NIKI: Mmm. Happy?

NATHAN: Yes, very.

NIKI: Yeah. I guess my questions stop there.

(Nathan steps forward and kisses her.)

NIKI: I can't.

NATHAN: I know, I know, I know.

NIKI: I want to. I do.

NATHAN: Shh, shh, shh. I understand. It's okay.

NIKI: I had a really great time. Surprisingly. Thank you. Good night.

(Niki leaves.)

NATHAN: Good night.

(Nathan finishes his drink.)



[INT. HALLWAY OUTSIDE NATHAN’S ROOM / ELEVATOR – NIGHT – CONTINUOUS]

(SECURITY CAMERA VIEW: Niki walks along the hallway on her way to the elevators.)

(She presses the elevator button and waits. She looks at her reflection in the elevator doors and there are two Nikis there, one moving differently than she is.)

(The elevator bell dings and the doors open. Without warning, Linderman’s henchman grabs Niki from around her neck and pulls her into the elevator with him. He slams her up against the elevator wall.)

LINDERMAN’S HENCHMAN: It would be a shame to send you back to the congressman covered in bruises.

NIKI: I have to get home to my son.

LINDERMAN’S HENCHMAN: And what are you gonna tell your son? Huh? How you gonna explain to your son what happened to you when you didn't honor your agreement?

NIKI: Look, I will find another way to pay Linderman.

LINDERMAN’S HENCHMAN: No, let me rephrase that question. How are you going to explain to your son what happened to him when you didn't honor your agreement? You think about that, Niki.

JESSICA: Niki's not here right now.

(Jessica pushes the henchman away from her and kicks him several times.)

LINDERMAN’S HENCHMAN: Uhh!

(Through the closed elevator doors, we hear her beating him up. The elevator bell dings and the doors open. Linderman’s henchman falls out onto the floor.)

(Jessica steps forward and puts her heel against his temple.)

JESSICA: (calmly) If you threaten our son again, I'm going to put my heel through your skull. Do you understand?

LINDERMAN’S HENCHMAN: Yeah.

JESSICA: Do you understand?

LINDERMAN’S HENCHMAN: Yeah, yeah!

(Jessica steps out, picks up her pocketbook and heads back to Nathan’s room.)



[INT. HOTEL ROOM – NIGHT -- CONTINUOUS]

(The doorbell rings. Nathan opens the door and finds Jessica there.)

NATHAN: You forget something?

(Jessica steps into the room and kisses him. Nathan closes the door. She grabs his hand and starts leading him into the room. He pauses to put the latch on the lock.)

(She kisses him against the bedroom doorway. She grabs him and pushes him down into the chair. He smiles as she undresses.)

(She saunters over to him, leans into him and kisses him. We linger on the SYMBOL tattooed on her right shoulder blade.)

(Up in the fire alarm, a light blinks on and off. A camera is recording the session between Jessica and Nathan.)

CUT TO:



[INT. (NEW YORK) SUBWAY – NIGHT]

(Mohinder and Peter are on the subway.)

PETER: What if we went back tomorrow?

MOHINDER: Look, I'm not trying to discount your experience. It's just a week ago I was in my own country, a respected professor. Now you want me to stalk a heroin addict who allegedly ... (voices slows down) ... paints ... the ... future ...

(Time stops. Everything stops except Peter.)

PETER: Mohinder?



[EXT. SUBWAY – NIGHT]

(The subway train is frozen on the tracks.)



[INT. SUBWAY – NIGHT]

(Peter turns around and is stunned by what he sees. Everyone on the subway is frozen in time. He can’t believe it.)

FADE OUT.

(COMMERCIAL SET)



BLUR IN:

[INT. (NEW YORK) ISAAC’S STUDIO -- NIGHT]

(Isaac is on the floor. He stirs and wakes up. He looks at the painting of the cheerleader in the amphitheatre being chased by the menacing shadow.)

(He turns and looks at another painting of Peter being attacked by flying locker doors.)

(And yet another painting of Ando and Hiro looking up at the bloodied HOMECOMING banner.)

(And finally at the close-up of the blonde-haired cheerleader.)

DISSOLVE TO:



[EXT. (ODESSA) UNION WELLS HIGH SCHOOL – ATHLETIC DEPARTMENT AMPHITHEATRE -- NIGHT]

(CLAIRE sits on the steps of the amphitheatre. Brody Mitchum and the other football players step out of the locker rooms as they finish for the night.)

BRODY MITCHUM: All right.
BRODY MITCHUM: All right.

(Brody walks out and sees Claire on the steps.)

BRODY MITCHUM: What are you doing here so late?

CLAIRE: Making banners for Spirit Week. Jackie was gonna give me a ride home, but she left without me. Can I get a lift?

BRODY MITCHUM: Yeah. I guess.

CLAIRE: Thanks.

(Claire stands up.)

CLAIRE: Hey, you drive a stickshift, right? Can I drive?

(He motions and Claire jumps down the steps to walk alongside Brody as they head out.)



[EXT. STREET (STOCK) – NIGHT]

(Brody’s car speeds along the road.)



[INT. BRODY’S CAR (SPEEDING) – NIGHT]

(Claire shifts the car into gear)

CLAIRE: Don't you think it's a little weird that neither one of us remember what happened the night of the bonfire?

BRODY MITCHUM: Must have been some night.

CLAIRE: Yeah, must have.

(The speedometer rises up past 60 mph. The light turns from yellow to red. Claire speeds through it.)

BRODY MITCHUM: Slow down. That was a red light.

CLAIRE: Whoops.

(She shifts again.)

BRODY MITCHUM: You know how to drive a stick-shift, don't you?

CLAIRE: There's a lot of things that I know. Like what you did to me.

BRODY MITCHUM: What'd I do to you? I knew it. I knew this would happen. You get drunk, you come on to me, and it's my fault?

CLAIRE: You're a liar.

BRODY MITCHUM: Can't rape the willing, Claire. You wanted it as bad as I did. Stop the car.

CLAIRE: Did I want it as bad as Lori Trammel?

BRODY MITCHUM: Lori Trammel is a slut.

CLAIRE: Is that what you're gonna say about me?

BRODY MITCHUM: I already do.

CLAIRE: You're just gonna keep at it, aren't you?

BRODY MITCHUM: (smug) You should let it go, Claire. There's nothing you can do about it.

(Claire looks at the gloating look on his face.)

CLAIRE: I can do this.

(The car hits a dip, flies forward --

BRODY MITCHUM: Aah!

-- and smashes front first into the side of a building.)

CUT TO:



[INT. (LAS VEGAS) NATHAN’S ROOM – NIGHT]

(Nathan and Niki are sleeping in bed.)

(We pull back and find Mr. Bennet standing at the foot of the bed watching them sleep.)

MR. BENNET: Just take the one.

(The Haitian moves toward Nathan.)

CUT TO:



[EXT. SUBWAY – NIGHT]

(Peter is inside the subway frozen in time.)



[INT. (NEW YORK) SUBWAY – NIGHT]

(He slams his hand against the glass window. He turns around and heads back through the car. He’s spooked and looks around. He reaches Mohinder and stops.)

(He slowly turns around. Future Hiro is standing behind him with a samurai sword slung around his back. Peter turns around.)

FUTURE HIRO: Peter Petrelli?

(Peter backs away from him.)

PETER: How is this happening?

FUTURE HIRO: I'm sorry if I scared you. You look different without your scar.

PETER: I don't know you, buddy.

FUTURE HIRO: Not yet. My name is Hiro Nakamura. I'm from the future. I have message for you.

(Peter and Hiro look at each other.)

FADE TO BLACK.



TO BE CONTINUED ...

Kikavu ?

Au total, 87 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

cordelia 
16.06.2022 vers 23h

Ocean29 
01.09.2019 vers 19h

Terilynn 
17.04.2019 vers 22h

morgoses49 
03.11.2018 vers 07h

stephane25 
12.02.2018 vers 18h

jujume80 
22.01.2018 vers 14h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

brucas59 
drogba 
kaylia 
stephe 
Activité récente
Actualités
La

La "Supers Battle" continue, la 2e manche est en cours
La première manche de la Supers Battle sur le quartier The Boys est terminée, les 128 Supers nominés...

La saison 7 de Bosch avec Jamie Hector arrive le 25 Juin sur Amazon Prime Video

La saison 7 de Bosch avec Jamie Hector arrive le 25 Juin sur Amazon Prime Video
La septième et dernière saison de Bosch arrive prochainement sur Amazon Prime Video. Dans celle-ci...

Zachary Quinto, une date pour The Boys In The Band (Netflix)

Zachary Quinto, une date pour The Boys In The Band (Netflix)
L'adaptation de la comédie musicale de Broadway, The Boys in The Band, réalisée par Joe Mantello,...

C'est terminé pour Charlie Manx, NOS4A2 est annulée par AMC

C'est terminé pour Charlie Manx, NOS4A2 est annulée par AMC
Il n'y aura pas de saison 3 pour NOS4A2. La série a été annulée par AMC à li'ssue de sa saison 2....

Un titre et une première affiche pour Shazam 2

Un titre et une première affiche pour Shazam 2
Pendant l'évènement Fandome, le titre du second volet de Shazam qui suit les aventures du...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

HypnoRooms

ShanInXYZ, 17.08.2022 à 17:26

Voyage au centre du Tardis : Les Enfants du Temps, c'est quoi pour vous ? On attend vos photos, passez voir le Docteur

choup37, 17.08.2022 à 18:44

Les enfants du temps? j'arrive!

Locksley, Avant-hier à 13:55

Le quartier MARVEL vous invite à découvrir son nouveau sondage. Merci d'avance pour vos clics et bonne journée !

quimper, Hier à 14:00

Sur le quartier Sherlock, les votes pour le concours Quel adversaire pour Sherlock ? sont toujours en cours.

quimper, Hier à 14:02

Vous pouvez départager 8 personnages dans le sondage jusqu'à dimanche soir. On vous attend nombreux

Viens chatter !